Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6 / 2 ssr, 23 octobre 1981, 18800

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 18800
Numéro NOR : CETATEXT000007667363 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1981-10-23;18800 ?

Analyses :

MARCHES ET CONTRATS ADMINISTRATIFS - ARCHITECTES ET ENTREPRENEURS - RESPONSABILITE DECENNALE - DESORDRES DE NATURE A ENGAGER LA RESPONSABILITE DES CONSTRUCTEURS - DESORDRES N'AYANT PAS CE CARACTERE - Désordres de faible importance ne menaçant pas la solidité des bâtiments d'un lycée.


Texte :

VU LA REQUETE SOMMAIRE, ENREGISTREE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LE 5 JUILLET 1979 ET LE MEMOIRE COMPLEMENTAIRE, ENREGISTRE LE 11 JANVIER 1980, PRESENTES POUR LE DISTRICT URBAIN DE POITIERS ET TENDANT A CE QUE LE CONSEIL D'ETAT : 1° ANNULE LE JUGEMENT DU 11 MAI 1979 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS A REJETE SA DEMANDE TENDANT A CE QUE L'ETAT MINISTERE DE L'EDUCATION , LA SOCIETE AUXILIAIRE D'ENTREPRISES DU SUD-OUEST ET DU CENTRE S.O.C.A.E. LES ARCHITECTES MALIZARD ET LETENDRE SOIENT DECLARES RESPONSABLES DES MALFACONS AFFECTANT LES BATIMENTS DU LYCEE POLYVALENT ALIENOR D'AQUITAINE A POITIERS ; 2° CONDAMNE L'ETAT, LA SOCIETE AUXILIAIRE D'ENTREPRISES DU SUD-OUEST ET DU CENTRE ET LES ARCHITECTES A REPARER LES MALFACONS ET ORDONNE UNE NOUVELLE EXPERTISE POUR RECHERCHER LES RESPONSABILITES ENCOURUES, DETERMINER LE MONTANT DES DEGATS ET INDIQUER LA NATURE, L'IMPORTANCE ET LE MONTANT DES TRAVAUX NECESSAIRES A LA REMISE EN ETAT ; VU LE CODE DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ; VU LA LOI DU 28 PLUVIOSE, AN VIII ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; VU LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ;
SUR LES CONCLUSIONS DIRIGEES CONTRE LES CONSTRUCTEURS : CONSIDERANT QUE SI DES DESORDRES AFFECTANT LES BATIMENTS DU LYCEE POLYVALENT ALIENOR D'AQUITAINE A POITIERS, SONT APPARUS POSTERIEUREMENT A LA RECEPTION DEFINITIVE DES TRAVAUX, IL RESULTE DE L'INSTRUCTION ET, NOTAMMENT, DU RAPPORT DE L'EXPERT X... PAR ORDONNANCE DE REFERE QU'ILS NE RENDENT PAS LESDITS BATIMENTS IMPROPRES A LEUR UTILISATION ET QU'EU EGARD A LEUR FAIBLE IMPORTANCE LA SOLIDITE DES CONSTRUCTIONS N'EST PAS MENACEE ; QU'AINSI LES DESORDRES SURVENUS ET QUI NE SONT PAS SUSCEPTIBLES ULTERIEUREMENT DE CHANGER DE CARACTERE NE SONT PAS DE NATURE A ENGAGER LA RESPONSABILITE DES CONSTRUCTEURS SUR LE FONDEMENT DES PRINCIPES POSES PAR LES ARTICLES 1792 ET 2270 DU CODE CIVIL ;
SUR LES CONCLUSIONS DIRIGEES CONTRE L'ETAT : CONSIDERANT QUE LES CONSTRUCTIONS ONT FAIT L'OBJET LE 28 FEVRIER 1977 D'UN PROCES-VERBAL SANS RESERVE DE REMISE PAR L'ETAT AU DISTRICT URBAIN DE POITIERS ; QUE CE DERNIER A ACCEPTE DE LES PRENDRE DANS L'ETAT OU ELLES SE TROUVAIENT LORS DE CETTE REMISE, SANS POUVOIR RECLAMER AUCUNE INDEMNITE EN RAISON DE MALFACONS QU'IL POURRAIT ETRE NECESSAIRE DE REPARER ; QU'IL SUIT DE LA QUE LE DISTRICT URBAIN DE POITIERS NE PEUT METTRE EN CAUSE LA RESPONSABILITE DE L'ETAT POUR CES MALFACONS ;
CONSIDERANT QU'IL RESULTE DE CE QUI PRECEDE, ET SANS QU'IL SOIT BESOIN DE PROCEDER A UNE NOUVELLE EXPERTISE, QUE LE DISTRICT URBAIN DE POITIERS N'EST PAS FONDE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF A REJETE SA DEMANDE TENDANT A CE QUE L'ETAT, LES ARCHITECTES MALIZARD ET LETENDRE ET LA SOCIETE AUXILIAIRE D'ENTREPRISES DU SUD-OUEST ET DU CENTRE SOIENT DECLARES RESPONSABLES DES DESORDRES LITIGIEUX ;
DECIDE : ARTICLE 1ER - LA REQUETE DU DISTRICT URBAIN DE POITIERS EST REJETEE. ARTICLE 2 - LA PRESENTE DECISION SERA NOTIFIEE AU DISTRICT URBAIN DE POITIERS, AUX ARCHITECTES MALIZARD ET LETENDRE, A LA SOCIETE AUXILIAIRE D'ENTREPRISES DU SUD-OUEST ET DU CENTRE, ET AU MINISTRE DE L'EDUCATION NATIONALE.

Références :

Code civil 1792, 2270


Publications :

Proposition de citation: CE, 23 octobre 1981, n° 18800
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Ourabah
Rapporteur public ?: M. Robineau

Origine de la décision

Formation : 6 / 2 ssr
Date de la décision : 23/10/1981

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.