Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7/8/9 ssr, 25 novembre 1981, 15495

Imprimer

Sens de l'arrêt : Annulation totale décharge
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 15495
Numéro NOR : CETATEXT000007618114 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1981-11-25;15495 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REGLES GENERALES PROPRES AUX DIVERS IMPOTS - IMPOT SUR LE REVENU - DETERMINATION DU REVENU IMPOSABLE - Notion - Libéralités ne constituant pas des revenus imposables.

19-04-01-02-03, 19-04-02-05-01 Les dispositions de l'article 92 du C.G.I. ne permettent, dans le cas des personnes dont le train de vie est assuré par des subsides qu'elles reçoivent d'un tiers, de soumettre à l'impôt, comme constituant des revenus, les sommes ainsi perçues que si l'ensemble des circonstances de l'affaire fait ressortir que le versement de ces subsides n'a pas le caractère d'une pure libéralité. En l'espèce, caractère de pure libéralité établi.

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REVENUS ET BENEFICES IMPOSABLES - REGLES PARTICULIERES - BENEFICES NON COMMERCIAUX - PERSONNES - PROFITS - ACTIVITES IMPOSABLES - Libéralités ne constituant pas des B - N - C.


Texte :

VU LA REQUETE SOMMAIRE, ENREGISTREE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LE 26 DECEMBRE 1978, ET LE MEMOIRE COMPLEMENTAIRE, ENREGISTRE LE 5 MARS 1980, PRESENTES POUR MME X , ET TENDANT A CE QUE LE CONSEIL D'ETAT : 1° ANNULE LE JUGEMENT DU 25 OCTOBRE 1978 PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE A REJETE SA DEMANDE TENDANT A LA DECHARGE DE L'IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES ET DE L'IMPOT SUR LE REVENU AUXQUELS ELLE A ETE ASSUJETTIE AU TITRE DES ANNEES 1969 ET 1970 A 1972 DANS LES ROLES DE LA COMMUNE.... 2° LUI ACCORDE LA DECHARGE DES IMPOSITIONS CONTESTEES ;
VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; VU LE CODE DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; VU LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ;
CONSIDERANT QUE MLLE X, QUI S'EST ULTERIEUREMENT MARIEE AVEC M. Y, A ETE ASSUJETTIE , PAR VOIE DE TAXATION D'OFFICE, A L'IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES ET A L'IMPOT SUR LE REVENU AU TITRE DES ANNEES 1969, 1970, 1971 ET 1972 SUR LA BASE DE REVENUS ANNUELS QUE L'ADMINISTRATION A EVALUES PAR APPLICATION DU BAREME FIGURANT A L'ARTICLE 168 DU CODE GENERAL DES IMPOTS ; QU'ELLE DEMANDE LA DECHARGE OU, SUBSIDIAIREMENT, LA REDUCTION DE CES IMPOSITIONS ; QU'ELLE NE CONTESTE NI QU'ELLE S'EST MISE EN SITUATION D'ETRE TAXEE D'OFFICE AU TITRE DESDITES ANNEES FAUTE D'AVOIR SOUSCRIT LA DECLARATION DE REVENU GLOBAL A LAQUELLE ELLE ETAIT TENU EN VERTU DE L'ARTICLE 170 BIS DU CODE, NI QUE L'ADMINISTRATION A PU SE REFERER AU BAREME FIGURANT A L'ARTICLE 168 BIEN QUE CET ARTICLE NE LUI FUT PAS DIRECTEMENT APPLICABLE. QU'ELLE FAIT VALOIR PRINCIPALEMENT QU'ELLE N'A BENEFICIE PERSONNELLEMENT D'AUCUN REVENU IMPOSABLE AU COURS DES ANNEES EN CAUSE ET QUE C'EST M. Y, AVEC LEQUEL ELLE VIVAIT ALORS EN CONCUBINAGE, QUI A POURVU A TOUS SES BESOINS AINSI QU'A CEUX DE SON ENFANT ; QUE LA VERACITE DE CETTE DERNIERE ALLEGATION N'EST PAS CONTESTEE ;
CONSIDERANT QUE, SI AUX TERMES DE L'ARTICLE 92 DU CODE GENERAL DES IMPOTS, "1. SONT CONSIDERES ... COMME REVENUS ASSIMILES AUX BENEFICES NON COMMERCIAUX LES BENEFICES ... DE TOUTES OCCUPATIONS, EXPLOITATIONS LUCRATIVES ET SOURCES DE PROFITS NE SE RATTACHANT PAS A UNE AUTRE CATEGORIE DE BENEFICES OU DE REVENUS", CES DISPOSITIONS NE PERMETTENT, DANS LE CAS DES PERSONNES DONT LE TRAIN DE VIE EST ASSURE PAR DES SUBSIDES QU'ELLES RECOIVENT D'UN TIERS, DE SOUMETTRE A L'IMPOT, COMME CONSTITUANT DES REVENUS, LES SOMMES AINSI PERCUES QUE SI L'ENSEMBLE DES CIRCONSTANCES DE L'AFFAIRE FAIT RESSORTIR QUE LE VERSEMENT DE CES SUBSIDES N'A PAS LE CARACTERE D'UNE PURE LIBERALITE ; QU'EN L'ESPECE, LE CARACTERE DE PURE LIBERALITE DES SOMMES VERSEES PAR M. Y A MLLE X PEUT ETRE TENU POUR ETABLI ; QUE MME X EST DES LORS FONDEE A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE, PAR LE JUGEMENT ATTAQUE, LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE A REFUSE DE LA DECHARGER DES IMPOSITIONS CONTESTEES ;
DECIDE : ARTICLE 1ER : LE JUGEMENT DU TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE GRENOBLE EN DATE DU 25 OCTOBRE 1978 EST ANNULE. ARTICLE 2 : MME X EST DECHARGEE DE L'IMPOT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES ET DE L'IMPOT SUR LE REVENU AUXQUELS ELLE A ETE ASSUJETTIE AU TITRE DES ANNEES 1969, 1970, 1971 ET 1972 DANS LES ROLES DE LA COMMUNE D'.... ARTICLE 3 : LA PRESENTE DECISION SERA NOTIFIEE A MME X ET AU MINISTRE DELEGUE AUPRES DU MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES, CHARGE DU BUDGET.

Références :

CGI 168
CGI 170 bis
CGI 92 1


Publications :

Proposition de citation: CE, 25 novembre 1981, n° 15495
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. Lasry
Rapporteur ?: M. Bérard
Rapporteur public ?: M. Verny

Origine de la décision

Formation : 7/8/9 ssr
Date de la décision : 25/11/1981

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.