Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 1 / 4 ssr, 02 février 1983, 14365

Imprimer

Sens de l'arrêt : Rejet
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours en cassation

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 14365
Numéro NOR : CETATEXT000007679188 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1983-02-02;14365 ?

Analyses :

PROFESSIONS - CHARGES ET OFFICES - ACCES AUX PROFESSIONS - CONDITIONS D'EXERCICE DES PROFESSIONS - MEDECINS - Inscription au tableau de l'ordre - Refus fondé sur l'insuffisance de moralité - Exercice illégal de la médecine antérieur à la demande d'inscription.

55-03-03 La section disciplinaire du conseil national de l'ordre des médecins a pu légalement estimer qu'une pratique illégale de la médecine pendant de nombreuses années, dont elle a d'ailleurs relevé qu'elle était assortie d'une "publicité tapageuse", entache la moralité de l'intéressé et constitue, en application des dispositions de l'article 2 du décret du 26 octobre 1948 modifié par le décret du 28 avril 1977, un motif justifiant le refus d'inscription au tableau de l'ordre.


Texte :

VU LA REQUETE SOMMAIRE, ENREGISTREE AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LE 12 SEPTEMBRE 1978 ET LE MEMOIRE COMPLEMENTAIRE, ENREGISTRE LE 9 MARS 1979, PRESENTES POUR M. JEAN X..., DEMEURANT A SCEAUX HAUTS-DE-SEINE ..., ET TENDANT A CE QUE LE CONSEIL D'ETAT : - ANNULE LA DECISION, EN DATE DU 28 JUIN 1978, PAR LAQUELLE LA SECTION DISCIPLINAIRE DU CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS A REFUSE SON INSCRIPTION AU TABLEAU DE L'ORDRE ; VU LE CODE DE LA SANTE PUBLIQUE, ET NOTAMMENT SES ARTICLES L. 356-2 ET L. 413 ; VU LA LOI PORTANT AMNISTIE DU 16 JUILLET 1974 ; VU LA LOI N° 76-1 288 DU 31 DECEMBRE 1976 ; VU L'ARRETE DU MINISTRE DE LA SANTE ET DU MINISTRE DES UNIVERSITES DU 16 FEVRIER 1977 ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; VU LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ;
CONSIDERANT QUE M. X... A DEMANDE L'ANNULATION DE LA DECISION DE LA SECTION DISCIPLINAIRE DU CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS, EN DATE DU 28 JUIN 1978, REJETANT SA REQUETE AUX FINS D'ANNULATION DE LA DECISION, EN DATE DU 4 MARS 1978, PAR LAQUELLE LE CONSEIL REGIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS DE LA REGION PARISIENNE AVAIT REFUSE SON INSCRIPTION AU TABLEAU DE L'ORDRE DU DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE ; QU'APRES LE DECES DU REQUERANT, SURVENU LE 28 MAI 1979, SES HERITIERS ONT DECLARE, LE 24 SEPTEMBRE 1979, REPRENDRE L'INSTANCE PENDANTE DEVANT LE CONSEIL D'ETAT ;
CONSIDERANT, D'UNE PART, QUE, POUR REFUSER L'INSCRIPTION AU TABLEAU DE M. X..., LA SECTION DISCIPLINAIRE DU CONSEIL NATIONAL S'EST FONDE SUR LE FAIT ; QUE L'INTERESSE AVAIT, PENDANT DE NOMBREUSES ANNEES, EXERCE LA MEDECINE SANS DETENIR LES DIPLOMES NECESSAIRES, PUIS, APRES, L'INTERVENTION DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1976 ET DE L'ARRETE DU 16 FEVRIER 1977 MODIFIANT, EN APPLICATION DE LA DIRECTIVE, EN DATE DU 16 JUIN 1975, DU CONSEIL DES COMMUNAUTES EUROPEENNES, LA LISTE DES DIPLOMES PERMETTANT L'EXERCICE DE LA MEDECINE EN FRANCE, CONTINUE A EXERCER SANS ETRE INSCRIT A UN TABLEAU DEPARTEMENTAL DE L'ORDRE ; QUE LA SECTION DISCIPLINAIRE DU CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE A PU LEGALEMENT ESTIMER, DANS LES CIRCONSTANCES DE L'ESPECE, QUE CETTE PRATIQUE ILLEGALE DE LA MEDECINE, DONT ELLE A D'AILLEURS RELEVE QU'ELLE ETAIT ASSORTIE D'UNE "PUBLICITE TAPAGEUSE", ENTACHAIT LA MORALITE DE L'INTERESSE ET CONSTITUAIT, EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L'ARTICLE 2 DU DECRET DU 26 NOVEMBRE 1948 MODIFIE PAR LE DECRET DU 28 AVRIL 1977, AUX TERMES DESQUELLES "LE CONSEIL .... REFUSE L'INSCRIPTION SI LE DEMANDEUR NE REMPLIT PAS LES CONDITIONS NECESSAIRES DE MORALITE", UN MOTIF JUSTIFIANT LE REFUS D'INSCRIPTION ;
CONSIDERANT, D'AUTRE PART, QU'A SUPPOSER QUE LES FAITS AYANT MOTIVE LA DECISION ATTAQUEE AIENT ETE AMNISTIES PAR LA LOI DU 16 JUILLET 1974, CETTE CIRCONSTANCE NE FAISAIT PAS OBSTACLE A CE QUE LA SECTION DISCIPLINAIRE DU CONSEIL NATIONAL DES RETINT POUR REFUSER L'INSCRIPTION DE M. X... AU TABLEAU DE L'ORDRE ;
CONSIDERANT QU'IL RESULTE DE TOUT CE QUI PRECEDE QUE LES HERITIERS DE M. X... NE SONT PAS FONDES A SOUTENIR QUE C'EST A TORT QUE, PAR LA DECISION DU 28 JUIN 1978, LE CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS A REFUSE L'INSCRIPTION DE M. X... AU TABLEAU DEPARTEMENTAL DE L'ORDRE.
DECIDE : ARTICLE 1ER - LA REQUETE DE M. X... EST REJETEE. ARTICLE 2 - LA PRESENTE DECISION SERA NOTIFIEE AUX HERITIERS DE M. X..., AU CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS ET AU MINISTRE DE LA SANTE.

Références :

Arrêté 1977-02-16
Décret 48-1671 1948-10-26 art. 2
Décret 77-456 1977-04-28
LOI 74-643 1974-07-16
LOI 76-1288 1976-12-31


Publications :

Proposition de citation: CE, 02 février 1983, n° 14365
Mentionné aux tables du recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. de Bresson
Rapporteur ?: M. Ulrich
Rapporteur public ?: M. Boyon

Origine de la décision

Formation : 1 / 4 ssr
Date de la décision : 02/02/1983

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.