Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9 / 7 ssr, 14 décembre 1984, 41139

Imprimer

Sens de l'arrêt : Supplément d'instruction
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 41139
Numéro NOR : CETATEXT000007622780 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1984-12-14;41139 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REGLES GENERALES PROPRES AUX DIVERS IMPOTS - IMPOT SUR LES BENEFICES DES SOCIETES ET AUTRES PERSONNES MORALES - ETABLISSEMENT DE L'IMPOT - Taux de l'impôt - Taux applicables aux profits retirés par une personne morale sans but lucratif de l'exercice d'une activité lucrative - [1] Application de la loi [articles 206-5 et 219 bis du C - G - I - ] - [2] Application d'une instruction administrative du 1er avril 1972.

19-04-01-04-04[1] Il résulte des dispositions des articles 206-5 et 219 bis du code général des impôts que, lorsqu'une personne morale sans but lucratif exerce une activité lucrative dans des conditions telles qu'elle ne lui fait pas perdre son caractère désintéressé, les profits provenant de ladite activité, à l'exception de ceux visés par les dispositions de l'article 206-5 du code, sont imposables au taux normal de l'impôt sur les sociétés. Cas d'une société d'assurances à forme mutuelle, régie par les dispositions du décret du 14 février 1938 ayant acquis d'une part au titre des réserves techniques obligatoires prévues par le code des assurances, et d'autre part au titre de placements libres, des parts de sociétés civiles immobilières de construction-vente. Eu égard à ses dispositions statutaires et à ses modalités d'organisation et de fonctionnement, cette société doit être regardée comme une collectivité sans but lucratif au sens de l'article 129 bis du code. Mais les profits provenant des sociétés civiles immobilières de construction-vente ne constituent pas des revenus de capitaux mobiliers au sens des dispositions combinées des articles 206-5-c et 2-bis-1 du code. Par suite, lesdits profits étaient imposables au taux normal de l'impôt sur les sociétés.

19-04-01-04-04[2] Aux termes d'une instruction administrative du 1er avril 1972 qui constitue une interprétation formelle de la loi fiscale au sens de l'article 1649 quinquies E du C.G.I., "il y a lieu de considérer que les collectivités constituées pour réaliser une oeuvre désintéressée échappent à l'impôt sur les sociétés au titre de l'article 206-1 du C.G.I. et ne sont passibles de cet impôt qu'au titre de l'article 206-5 à raison de leurs revenus fonciers, agricoles ou mobiliers, énumérés audit article, lorsque leurs activités lucratives s'inscrivent dans le cadre d'une activité principale non lucrative avec laquelle elles présentent un lien organique, que l'exercice de ses activités ne traduit pas la recherche systématique de profits par des méthodes commerciales et que les excédents de gestion, s'il en existe, reçoivent une destination conforme à la mission désintéressée que ces collectivités se sont fixées". Il résulte des termes mêmes de cette instruction que celles des activités lucratives d'une collectivité à caractère désintéressé, lorsqu'elles se rattachent par un lien organique évident à l'activité principale de cette collectivité, ne sont pas passibles de l'impôt sur les sociétés. Application au cas d'une société d'assurances à forme mutuelle régie par les dispositions du décret du 14 février 1938 ayant acquis des parts de sociétés civiles immobilières de construction-vente, d'une part, au titre de l'article R. 332-2-7° du code des assurances, selon lequel les provisions techniques obligatoires peuvent être représentées par des parts de sociétés immobilières, et d'autre part, au titre des dispositions de l'article R. 332-13 du même code, selon lesquelles les fonds disponibles après la constitution des provisions obligatoires peuvent être placés dans les conditions du droit commun. La souscription, par ladite société d'assurances de parts de sociétés civiles immobilières de construction-vente au titre de l'article R. 332-2-7° du code des assurances précité, dans les conditions autorisées par lettres du ministre des finances présentait, en l'espèce, un lien organique direct avec son activité principale à caractère désintéressé. En revanche, les placements libres effectués par elle dans le cadre des dispositions de l'article R. 332-13 du même code des assurances ne présentaient pas un lien organique de même nature et ne pouvaient donc bénéficier de l'interprétation administrative précitée.


Texte :

VU LA REQUETE SOMMAIRE ET LE MEMOIRE COMPLEMENTAIRE, ENREGISTRES AU SECRETARIAT DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LES 29 MARS 1982 ET 5 JUILLET 1982, PRESENTES POUR LA SOCIETE MUTUELLE D'ASSURANCE SUR LA VIE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS S.M.A.V.B.T.P. DONT LE SIEGE SOCIAL EST ... A PARIS 15EME , ET TENDANT A CE QUE LE CONSEIL D'ETAT : 1° ANNULE UN JUGEMENT DU 28 JANVIER 1982, PAR LEQUEL LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS A REJETE SA DEMANDE EN DECHARGE DES COTISATIONS SUPPLEMENTAIRE A L'IMPOT SUR LES SOCIETES AUXQUELLES ELLE A ETE ASSUJETTIE AU TITRE DES ANNEES 1974, 1975 ET 1976, AINSI QU'AU TITRE DE LA CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE POUR L'ANNEE 1975 DANS LES ROLES DE LA VILLE DE PARIS ; 2° LUI ACCORDE LA DECHARGE DES IMPOSITIONS CONTESTEES ;
VU LE CODE DES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS ; VU LE CODE GENERAL DES IMPOTS ; VU LE CODE DES ASSURANCES ; VU L'ORDONNANCE DU 31 JUILLET 1945 ET LE DECRET DU 30 SEPTEMBRE 1953 ; VU LA LOI DU 30 DECEMBRE 1977 ; VU L'ARTICLE 93-II DE LA LOI N° 83-1179 DU 29 DECEMBRE 1983, PORTANT LOI DE FINANCES POUR 1984 ;
CONSIDERANT QUE LA "SOCIETE MUTUELLE D'ASSURANCE SUR LA VIE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS", SOCIETE D'ASSURANCES A FORME MUTUELLE REGIE PAR LES DISPOSITIONS DU DECRET DU 14 JUIN 1938, A ACQUIS, D'UNE PART, AU TITRE DES RESERVES TECHNIQUES OBLIGATOIRES PREVUES PAR LE CODE DES ASSURANCES, ET, D'AUTRE PART, AU TITRE DE PLACEMENTS LIBRES, DES PARTS DE SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES DE CONSTRUCTION-VENTE ; QUE L'ADMINISTRATION A IMPOSE LES REVENUS PROVENANT DE CES SOCIETES, AU TITRE DES ANNEES 1974, 1975 ET 1976, A L'IMPOT SUR LES SOCIETES AU TAUX NORMAL ; QUE LA SOCIETE REQUERANTE SOUTIENT QUE LESDITS REVENUS NE SONT PAS IMPOSABLES, EU EGARD AU CARACTERE NON LUCRATIF DE SES ACTIVITES ET DEMANDE LA DECHARGE DES COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES A L'IMPOT SUR LES SOCIETES QUI LUI ONT ETE ASSIGNEES, DE CE CHEF, AU TITRE DES ANNEES SUSMENTIONNEES ;
SUR L'APPLICATION DE LA LOI FISCALE : CONSIDERANT QU'IL RESULTE DES DISPOSITIONS COMBINEES DES ARTICLES 239-TER-I, 8 ET 206-2 DU CODE GENERAL DES IMPOTS QUE, LORSQUE LES ASSOCIES D'UNE SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE DE CONSTRUCTION-VENTE SONT DES PERSONNES MORALES, LES BENEFICES TIRES DE L'ACTIVITE DESDITES SOCIETES SONT IMPOSES ENTRE LES MAINS DE CHACUN DES ASSOCIES, AU TITRE DE L'IMPOT SUR LE REVENU, DANS LA CATEGORIE DES BENEFICES INDUSTRIELS ET COMMERCIAUX OU DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES, SELON LE REGIME PROPRE A CHACUN D'EUX, ET A RAISON DE LA PART DE BENEFICES CORRESPONDANT A LEURS DROITS DANS CES SOCIETES ; QU'AUX TERMES DE L'ARTICLE 206 DU MEME CODE : "... 5... LES ASSOCIATIONS ET COLLECTIVITES NON SOUMISES A L'IMPOT SUR LES SOCIETES EN VERTU D'UNE AUTRE DISPOSITION SONT ASSUJETTIES AUDIT IMPOT EN RAISON : A DE LA LOCATION DES IMMEUBLES BATIS OU NON BATIS DONT ILS SONT PROPRIETAIRES, B DE L'EXPLOITATION DES PROPRIETES AGRICOLES OU FORESTIERES, C DES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS DONT ILS DISPOSENT A L'EXCEPTION DES DIVIDENDES DES SOCIETES FRANCAISES- LORSQUE CES REVENUS N'ENTRENT PAS DANS LE CHAMP D'APPLICATION DE LA RETENUE A LA SOURCE VISEE A L'ARTICLE 119 BIS...". QU'ENFIN, AUX TERMES DE L'ARTICLE 219-BIS DE CE CODE : "I. PAR DEROGATION AUX DISPOSITIONS DE L'ARTICLE 219, LE TAUX DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES EST FIXE A 24 % EN CE QUI CONCERNE LES REVENUS VISES A L'ARTICLE 206-5, PERCUS PAR LES ETABLISSEMENTS PUBLICS, ASSOCIATIONS ET COLLECTIVITES SANS BUT LUCRATIF. TOUTEFOIS, CETTE DISPOSITION NE S'APPLIQUE PAS AUX REVENUS DE L'ESPECE QUI SE RATTACHENT A UNE EXPLOITAION COMMERCIALE, INDUSTRIELLE OU NON COMMERCIALE" ; QU'IL RESULTE DE CES DISPOSITIONS QUE, LORSQU'UNE PERSONNE MORALE SANS BUT LUCRATIF EXERCE UNE ACTIVITE LUCRATIVE DANS DES CONDITIONS TELLES QU'ELLE NE LUI FAIT PAS PERDRE SON CARACTERE DESINTERESSE, LES PROFITS PROVENANT DE LADITE ACTIVITE, A L'EXCEPTION DE CEUX VISES PAR LES DISPOSITIONS PRECITEES DE L'ARTICLE 206-5 DU CODE, SONT IMPOSABLES AU TAUX NORMAL DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES ;
CONSIDERANT QUE L'ADMINISTRATION NE CONTESTE PAS QU'EU EGARD A SES DISPOSITIONS STATUTAIRES ET A SES MODALITES D'ORGANISATION ET DE FONCTIONNEMENT, LA "SOCIETE MUTUELLE D'ASSURANCE SUR LA VIE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS" DOIT ETRE REGARDEE COMME UNE COLLECTIVITE SANS BUT LUCRATIF, AU SENS DES DISPOSITIONS PRECITEES DE L'ARTICLE 219-BIS DU CODE ;
CONSIDERANT QUE LES PROFITS PROVENANT DES SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES DE CONSTRUCTION-VENTE NE CONSTITUENT PAS, AINSI QU'IL A ETE DIT CI-DESSUS, DES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS, AU SENS DES DISPOSITIONS COMBINEES DES ARTICLES 206-5-C ET 219-BIS-1 PRECITES DU CODE GENERAL DES IMPOTS ; QUE, PAR SUITE, L'ADMINISTRATION ETAIT, EN DROIT, D'IMPOSER LESDITS PROFITS AU TAUX NORMAL DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES EN APPLICATION DESDITES DISPOSITIONS ;
SUR LE MOYEN TIRE, SUR LE FONDEMENT DES DISPOSITIONS DE L'ARTICLE 1649 QUINQUIES E DU CODE GENERAL DES IMPOTS, D'UNE INTERPRETATION ADMINISTRATIVE : CONSIDERANT QUE LA "SOCIETE MUTUELLE D'ASSURANCE SUR LA VIE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS" INVOQUE, SUR LE FONDEMENT DES DISPOSITIONS DE L'ARTICLE 1649 QUINQUIES-E DU CODE, APPLICABLE EN L'ESPECE, UNE INSTRUCTION DU 1ER AVRIL 1972 . 23 AUX TERMES DE LAQUELLE : "... IL Y A LIEU DE CONSIDERER QUE LES COLLECTIVITES CONSTITUEES POUR REALISER UNE OEUVRE DESINTERESSEE ECHAPPENT A L'IMPOT SUR LES SOCIETES AU TITRE DE L'ARTICLE 206-1 DU CODE GENERAL DES IMPOTS ET NE SONT PASSIBLES DE CET IMPOT QU'AU TITRE DE L'ARTICLE 206-5 A RAISON DE LEURS REVENUS FONCIERS, AGRICOLES OU MOBILIERS, ENUMERES AUDIT ARTICLE, LORSQUE LEURS ACTIVITES LUCRATIVES S'INSCRIVENT DANS LE CADRE D'UNE ACTIVITE PRINCIPALE NON LUCRATIVE AVEC LAQUELLE ELLES PRESENTENT UN LIEN ORGANIQUE, QUE L'EXERCICE DE SES ACTIVITES NE TRADUIT PAS LA RECHERCHE SYSTEMATIQUE DE PROFITS PAR DES METHODES COMMERCIALES ET QUE LES EXCEDENTS DE GESTION, S'IL EN EXISTE, RECOIVENT UNE DESTINATION CONFORME A LA MISSION DESINTERESSEE QUE CES COLLECTIVITES SE SONT FIXEES.". QU'IL RESULTE DES TERMES MEMES DE CETTE INSTRUCTION, LAQUELLE CONSTITUE UNE INTERPRETATION FORMELLE DE LA LOI FISCALE AU SENS DES DISPOSITIONS DE L'ARTICLE 1649 QUINQUIES-E DU CODE, QUE CELLES DES ACTIVITES LUCRATIVES D'UNE COLLECTIVITE A CARACTERE DESINTERESSE, LORSQU'ELLES SE RATTACHENT PAR UN LIEN ORGANIQUE EVIDENT A L'ACTIVITE PRINCIPALE DE CETTE COLLECTIVITE, NE SONT PAS PASSIBLES DE L'IMPOT SUR LES SOCIETES ;
CONSIDERANT QU'IL RESULTE DE L'INSTRUCTION QUE LES PARTS DE SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES DE CONSTRUCTION-VENTE ETAIENT SOUSCRITES PAR LA SOCIETE REQUERANTE, D'UNE PART, AU TITRE DE L'ARTICLE R. 332-2-7° DU CODE DES ASSURANCES, SELON LEQUEL LES PROVISIONS TECHNIQUES OBLIGATOIRES PEUVENT ETRE REPRESENTEES PAR DES PARTS DE SOCIETES IMMOBILIERES, DANS LES CONDITIONS DETERMINEES PAR LE MINISTRE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES, ET, D'AUTRE PART, AU TITRE DES DISPOSITIONS DE L'ARTICLE R. 332-13 DU MEME CODE, SELON LESQUELLES LES FONDS DISPONIBLES APRES LA CONSTITUTION DES PROVISIONS OBLIGATOIRES PEUVENT ETRE PLACES DANS LES CONDITIONS DU DROIT COMMUN ; QUE LA SOCIETE REQUERANTE EST FONDEE A SOUTENIR QUE LA SOUSCRIPTION DE PARTS DE SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES DE CONSTRUCTION-VENTE, AU TITRE DE L'ARTICLE R. 332-2-7° DU CODE DES ASSURANCES, DANS LES CONDITIONS AUTORISEES PAR LES LETTRES DU MINISTRE DES FINANCES PRODUITES PAR LA REQUERANTE, PRESENTE, EN L'ESPECE, UN LIEN ORGANIQUE DIRECT AVEC SON ACTIVITE PRINCIPALE A CARACTERE DESINTERESSE ; QU'EN REVANCHE, LES PLACEMENTS LIBRES EFFECTUES PAR ELLE DANS LE CADRE DES DISPOSITIONS DE L'ARTICLE R. 332-13 DU CODE DES ASSURANCES NE PRESENTENT PAS UN LIEN ORGANIQUE DE MEME NATURE ET NE PEUVENT DONC BENEFICIER DE L'INTERPRETATION ADMINISTRATIVE SUSRAPPELEE ;
CONSIDERANT QUE L'ETAT DU DOSSIER NE PERMET PAS AU CONSEIL D'ETAT DE DETERMINER AVEC PRECISION CEUX DES PROFITS DE LA "SOCIETE MUTUELLE D'ASSURANCE SUR LA VIE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS" QUI PROVIENNENT DE PLACEMENTS OBLIGATOIRES, ET CEUX QUI PROVIENNENT DE PLACEMENTS LIBRES, DANS DES SOCIETES CIVILE IMMOBILIERES DE CONSTRUCTION ; QU'IL Y A LIEU D'ORDONNER, SUR CE POINT, UN SUPPLEMENT D'INSTRUCTION ;
DECIDE ARTICLE 1ER : IL SERA PROCEDE PAR LES SOINS DU MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET, CONTRADICTOIREMENT AVEC LA "SOCIETE MUTUELLE D'ASSURANCE SUR LA VIE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS", A UN SUPPLEMENT D'INSTRUCTION AUX FINS DE DETERMINER CEUX DES PROFITS QU'A TIRES CETTE SOCIETE, AU COURS DE CHACUNE DES ANNEES 1974, 1975 ET 1976, RESPECTIVEMENT, DES PLACEMENTS QU'ELLE ETAIT TENUE D'EFFECTUER EN VERTU DES DISPOSITIONS DE L'ARTICLE R. 332-2-7° DU CODE DES ASSURANCES ET DES PLACEMENTS QU'ELLE A EFFECTUES LIBREMENT, AU COURS DE CES ANNEES, EN VERTU DES DISPOSITIONS DE L'ARTICLE R. 332-13 DU MEME CODE.
ARTICLE 2 : IL EST ACCORDE AU MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET UN DELAI DE DEUX MOIS POUR FAIRE PARVENIR AU SECRETARIAT DE LA SECTION DU CONTENTIEUX DU CONSEIL D'ETAT LES RESULTATS DU SUPPLEMENT D'INSTRUCTION DEFINI A L'ARTICLE 1ER CI-DESSUS. ARTICLE 3 : LA PRESENTE DECISION SERA NOTIFIEE A LA "SOCIETE MUTUELLE D'ASSURANCE SUR LA VIE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS" ET AU MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DU BUDGET.

Références :

CGI 1649 quinquies E
CGI 206 2
CGI 206 5 c
CGI 219 bis 1
CGI 239 ter I 8
Code des assurances R332-2 7, R332-13
Décret 1938-06-14
Instruction 1972-04-01 Direction générale des impôts


Publications :

Proposition de citation: CE, 14 décembre 1984, n° 41139
Mentionné aux tables du recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : M. de Bresson
Rapporteur ?: M. Larère
Rapporteur public ?: M. Bissara

Origine de la décision

Formation : 9 / 7 ssr
Date de la décision : 14/12/1984

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.