Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7 / 9 ssr, 27 janvier 1986, 48421

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 48421
Numéro NOR : CETATEXT000007621353 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1986-01-27;48421 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOTS SUR LES REVENUS ET BENEFICES - REGLES GENERALES PROPRES AUX DIVERS IMPOTS - IMPOT SUR LES BENEFICES DES SOCIETES ET AUTRES PERSONNES MORALES.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire enregistrés les 3 février 1983 et 3 juin 1983 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour la Société anonyme "Malbec et Compagnie", dont le siège social est Avenue du Président Kennedy à LIMOGES 87000 , représentée par son président-directeur général en exercice, et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1° annule le jugement du 7 décembre 1982 par lequel le tribunal administratif de Limoges a rejeté sa demande tendant à la décharge du complément d'impôt sur les sociétés auquel elle a été assujettie au titre de l'exercice 1976 ;
2° lui accorde la décharge de l'imposition contestée ;

Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code général des impôts ;
Vu le code des tribunaux administratifs ;
Vu l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ;
Vu la loi du 30 décembre 1977 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Turquet de Beauregard, Maître des requêtes,
- les observations de la SCP de Chaisemartin, avocat de la Société anonyme "Malbec",
- les conclusions de M. Fouquet, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'à compter du 1er octobre 1976, la Société anonyme "Malbec et Compagnie", la société anonyme "Les porcelaines Limoges Castel", et la société anonyme Teissonière ont formé entre elles une société en participation en vue d'exploiter, sous la dénomination "Limoges Castel Participation" une entreprise de fabrication de porcelaine ; que la société en participation ainsi constituée n'ayant pas opté pour le régime fiscal des sociétés de capitaux, chacune des sociétés participantes était en vertu de l'article 218 bis du code général des impôts imposable à l'impôt sur les sociétés, à raison de la part de bénéfices correspondant aux droits qu'elle détenait en qualité de membre de la société en participation ;
Considérant que la Société anonyme "Malbec et Compagnie", pour déterminer ses bénéfices imposables, a incorporé à ses propres résultats sa quote-part des résultats de la société en participation et ajouté, de façon extra-comptable, aux amortissements qu'elle avait pratiqués un complément égal à la différence entre les amortissements calculés sur la base de la valeur réelle des biens apportés à la société en participation et ceux calculés sur la base du prix de revient desdits biens ; que l'administration a réintégré ce complément d'amortissements dans les résultats de 1976 ;
Considérant, en premier lieu, que, bien qu'elle n'ait pas de personnalité morale, une société en participation est cependant soumise, pour la détermination de ses résultats, aux règles du droit fiscal et notamment à celles prévues par l'article 39-1 du code général des impôts aux termes duquel le bénéfice net imposable ... "est établi sous déduction de toutes charges, celles-ci comprenant notamment : ... 2° les amortissements réellement effectués par l'entreprise" ; que, pour justifier que des biens amortissableslui ont été affectés lors de sa constitution, une société en participation est tenue de les inscrire dans un bilan d'ouverture ; qu'il résulte de l'instruction que la société en participation "Limoges Castel Participation" ne justifie pas avoir établi, lors de sa constitution, le 1er octobre 1976, un bilan d'ouverture comportant à son actif les biens qui lui avaient été apportés ; qu'elle ne pouvait donc pratiquer d'amortissements à raison de ceux-ci ; que, par suite, seuls des résultats hors amortissements de la société en participation pouvaient être incorporés aux résultats de la société "Malbec et Compagnie" au prorata des droits détenus par cette dernière ; que les résultats d'ensemble de la société "Malbec et Compagnie" pouvaient alors être diminués des amortissements relatifs aux biens apportés, mais basés sur le prix de revient de ceux-ci, ce prix étant la valeur pour lesquels ils étaient inscrits à l'actif de la société "Malbec et Compagnie" ;

Considérant, en second lieu que, si la société invoque, sur le fondement de l'article 1649 quinquies E du code général des impôts, la réponse ministérielle faite à M. X..., député, publiée au Journal Officiel le 13 mars 1976 et selon laquelle les biens mis en société de participation peuvent être inscrits au bilan de la société de participation pour leur valeur réelle à la date de leur affectation aux opérations effectuées en participation, cette valeur pouvant alors servir de base au calcul des amortissements déductibles, cette réponse ministérielle ne donne pas de l'article 39-1 du code général des impôts une interprétation différente de celle qui a été indiquée ci-dessus ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la société "Malbec et Compagnie" n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Limoges a rejeté sa demande tendant à la décharge du complément d'imposition sur les sociétés auquel elle a été assujettie en 1976 ;
Article 1er : La requête de la société "Malbec et Compagnie" est rejetée.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à la Société anonyme "Malbec et Compagnie" et au ministre de l'économie, des finances et du budget.


Publications :

Proposition de citation: CE, 27 janvier 1986, n° 48421
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Turquet de Beauregard
Rapporteur public ?: Fouquet

Origine de la décision

Formation : 7 / 9 ssr
Date de la décision : 27/01/1986

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.