Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3 ss, 29 octobre 1986, 78471

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 78471
Numéro NOR : CETATEXT000007714841 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1986-10-29;78471 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - NOTATION ET AVANCEMENT - AVANCEMENT.


Texte :

Vu la requête enregistrée le 13 mai 1986 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Georges X..., demeurant rue de la Pégerie à Montignac-sur-Vezère Dordogne , et tendant à ce que le Conseil d'Etat prononce une astreinte de 400 F par jour de retard à l'encontre de l'Etat en vue d'assurer l'exécution d'une part de la décision n° 02014 du 4 mars 1977 par laquelle le Conseil d'Etat a annulé la décision du ministre de l'intérieur du 26 juillet 1974 prononçant la mutation du requérant, dans l'intérêt du service, de la circonscription de sécurité publique de Chatellerault Vienne à celle de Nantes Loire-Atlantique et, d'autre part, du jugement n° 33687 et 44585/5 du 2 mai 1985 par lequel le tribunal administratif de Paris a annulé le tableau d'avancement au grade de commissaire principal de la police nationale pour 1984 ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi du 16 juillet 1980 ;
Vu l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ;
Vu la loi du 30 décembre 1977 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Baptiste, Auditeur,
- les conclusions de Mme Hubac, Commissaire du gouvernement ;
Sur l'exécution de la décision n° 02014 du Conseil d'Etat :

Considérant que, par décision en date du 4 mars 1977, le Conseil d'Etat statuant au contentieux a annulé la décision du ministre de l'intérieur du 26 juillet 1974 prononçant la mutation de M. X..., dans l'intérêt du service, de la circonscription de sécurité publique de Châtellerault Vienne à celle de Nantes Loire-Atlantique ;
Considérant qu'il résulte de l'instruction qu'à la suite de l'intervention de la commission du rapport et des études du Conseil d'Etat, le ministre de l'intérieur a proposé la réintégration de M. X... dans son ancien poste à Châtellerault ; que cette proposition a été notifiée à l'avocat de M. X... par lettre du 12 mai 1978 et confirmée par lettres en date des 9 janvier 1984 et 19 février 1985 ; que, dans ces conditions, le ministre de l'intérieur doit être regardé comme ayant pris les mesures qui ont assuré l'exécution complète de la décision en date du 4 mars 1977 du Conseil d'Etat, laquelle n'entraînait pas pour l'administration l'obligation de procéder à une reconstitution de la carrière de l'intéressé ;
Sur l'exécution du jugement n° 33687-44585/5 du tribunal administratif de Paris :
Considérant que, par jugement en date du 2 mai 1985, le tribunal administratif de Paris a annulé le tableau d'avancement au grade de commissaire principal de la police nationale pour 1984 au motif qu'il avait été établi sans qu'il ait été procédé à l'examen de la candidature de M. X... et à l'examen de sa valeur professionnelle ;
Considérant qu'à la suite de cette décision, le ministre de l'intérieur, au terme d'une nouvelle procédure, au cours de laquelle il a été procédé à l'examen de la candidature et des mérites de M. X..., a établi pour 1984 le tableau d'avancement au grade de commissaire principal de la police nationale par arrêté en date du 9 octobre 1985 ; que dès lors, la décision en date du 2 mai 1985 du tribunal administratif de Paris doit être regardée comme complètement exécutée ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la requête de M. X... tendant à ce que le Conseil d'Etat prononce une astreinte pour assurer l'exécution des jugements susmentionnés doit être rejetée ;
Article ler : La requête de M. X... est rejetée.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. X... et au ministre de l'intérieur.


Publications :

Proposition de citation: CE, 29 octobre 1986, n° 78471
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Baptiste
Rapporteur public ?: Mme Hubac

Origine de la décision

Formation : 3 ss
Date de la décision : 29/10/1986

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.