Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6 ss, 06 mars 1987, 39935

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 39935
Numéro NOR : CETATEXT000007735522 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1987-03-06;39935 ?

Analyses :

MINES - MINIERES ET CARRIERES - REGIME GENERAL - EXPLOITATION DES MINES - Régime juridique - [1] Ouverture des travaux - Autorisation - Notion - [2] Servitudes - Servitudes établies au profit des titulaires de titres miniers à défaut de consentement du propriétaire du sol [articles 71 et 71-2 du code minier] - [21] Etablissement - Etude d'impact non obligatoire - [22] Etendue - Arrêté autorisant l'occupation d'une parcelle sur laquelle est cultivé un jardin - Illégalité.

NATURE ET ENVIRONNEMENT - LOI DU 10 JUILLET 1976 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA NATURE - ETUDE D'IMPACT - CHAMP D'APPLICATION - ETUDE NON OBLIGATOIRE - Autorisation d'occupation temporaire de terrains et instauration d'un servitude de passage nécessaires à l'exploitation d'un gisement d'uranium.

Références :


Cf. décision du même jour relative au même litige, Consorts Boudaud, n° 48416


Texte :

Vu le recours enregistré le 2 février 1982 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présenté par le MINISTRE DE L'INDUSTRIE, et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1° annule le jugement en date du 2 décembre 1981 par lequel le tribunal administratif de Poitiers a annulé à la demande de MM. X... Jean-Marie et Louis un arrêté du préfet des Deux-Sèvres en date du 4 septembre 1980 autorisant la compagnie générale des matières nucléaires COGEMA à bénéficier des servitudes définies aux articles 71 et 71-2 du code minier ;
2° rejette la demande présentée par MM. X... Jean-Marie et Louis devant le tribunal administratif de Poitiers ;

Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code minier, notamment ses articles 71 et 71-2 ;
Vu le code des tribunaux administratifs ;
Vu la loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature ;
Vu le décret n° 70-989 du 29 octobre 1970 ;
Vu le décret n° 77-1141 du 2 octobre 1977 ;
Vu le décret n° 80-330 du 7 mai 1980 ;
Vu l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ;
Vu la loi du 30 décembre 1977 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Aberkane, Conseiller d'Etat,
- les observations de la S.C.P. Boré, Xavier, avocat de M. X...,
- les conclusions de M. E. Guillaume, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article 2 de la loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature : "les études préalables à la réalisation d'aménagements ou d'ouvrages qui, par l'importance de leurs dimensions ou leurs incidences sur le milieu naturel, peuvent porter atteinte à ce dernier, doivent comporter une étude d'impact permettant d'en apprécier les conséquences" ; qu'en vertu de l'article 13-1 du décret n° 77-1141 du 12 octobre 1977 et de l'annexe III de ce décret, une étude d'impact doit être produite préalablement à "l'ouverture de travaux d'exploitation de mines" ;
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que l'autorisation contestée, en date du 4 septembre 1980, a pour objet, d'une part, d'instaurer une servitude de passage pour les véhicules de la compagnie générale des matières nucléaires COGEMA et, d'autre part, de permettre l'occupation temporaire de terrains nécessaires à l'exploitation du gisement d'uranium de la concession de Mallièvre ; qu'elle ne peut, par elle-même, être regardée comme relative à l'ouverture de travaux d'exploitation de mine ; qu'au surplus, la COGEMA avait acquis en 1975, dans les conditions prévues par la procédure alors en vigueur, le droit de commencer les travaux d'exploitation ; que l'autorisation n'avait pas, dès lors, à être précédée de l'étude d'impact prévue par les dispositions de la loi du 10 juillet 1976 ; qu'il résulte de ce qui précède que c'est à tort que le tribunal administratif, s'est fondé sur l'absence d'étude d'impact pour annuler l'arrêté en date du 4 septembre 1980 du préfet des Deux-Sèvres ;

Considérant toutefois qu'il appartient au Conseil d'Etat, saisi de l'ensembledu litige par l'effet dévolutif de l'appel d'examiner l'autre moyen soulevé par MM. X... Jean-Marie et Louis devant le tribunal administratif de Poitiers ;
Considérant qu'il résulte des dispositions de l'article 71 du code minier que les autorisations d'occupations temporaire prévues par ledit article : "ne peuvent être données en ce qui concerne les terrains attenant aux habitations ou clos de mur ou de clôtures équivalentes" ;
Considérant qu'il résulte des pièces du dossier et notamment des plans qu'il contient que les terrains que la COGEMA a été autorisée à occuper temporairement sont complètement séparés par des clôtures de la maison d'habitation des requérants, qui se trouvent ainsi isolée du reste de la propriété ; qu'ainsi les terrains dont s'agit ne sont point attenants à une habitation, contrairement à ce que soutiennent les consorts X... ;
Considérant en revanche qu'il résulte de la combinaison des articles 71 et 69 du code minier que l'autorisation d'occupation temporaire ne peut être donnée pour un jardin ; que l'arrêté attaqué autorise notamment l'occupation de la parcelle BO 14 sur laquelle est cultivé un jardin ; que l'arrêté doit donc être annulé en tant qu'il s'applique à cette parcelle ;
Article ler : Le jugement en date du 2 décembre 1981 du tribunal administratif de Poitiers est annulé.

Article 2 : L'arrêté du préfet des Deux-Sèvres du 4 septembre 1980 est annulé en tant qu'il autorise l'occupation de la parcelle BO14.

Article 3 : Le surplus de la demande présentée par MM. X... Marie et Louis devant le tribunal administratif de Poitiers est rejetée.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. X... Marie , à M. X... Louis , à la compagnie générale des matières nucléaires et au ministre de l'industrie, des P. et T. et dutourisme.

Références :

Arrêté préfectoral 1980-09-04 Deux-Sèvres décision attaquée annulation
Code minier 71, 69
Décret 77-1141 1977-10-12 art. 13 1, Annexe III
Loi 76-629 1976-07-10 art. 2


Publications :

Proposition de citation: CE, 06 mars 1987, n° 39935
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Aberkane
Rapporteur public ?: E. Guillaume

Origine de la décision

Formation : 6 ss
Date de la décision : 06/03/1987

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.