Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 4 / 1 ssr, 13 mars 1987, 64561

Imprimer

Sens de l'arrêt : Annulation totale
Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours pour excès de pouvoir

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 64561
Numéro NOR : CETATEXT000007716088 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1987-03-13;64561 ?

Analyses :

ENSEIGNEMENT - QUESTIONS GENERALES - EXAMENS ET CONCOURS - JURY - COMPOSITION - Concours interne d'entrée à l'E - N - A - Nomination des correcteurs postérieurement à la publication des résultats d'admissibilité - Illégalité entraînant celle de l'ensemble des opérations du concours.

30-01-04-02-01, 36-03-02-03 Lors du concours interne d'entrée à l'Ecole nationale d'administration de 1984, les correcteurs prévus à l'article 21 du décret du 27 septembre 1982 relatif aux conditions d'accès à l'E.N.A. et au régime de la scolarité ont été nommés par arrêté du 15 octobre 1984 du secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre chargé de la fonction publique à une date postérieure à la publication des résultats d'admissibilité dudit concours. Ainsi, faute d'avoir été nommés avant le commencement des épreuves, lesdits correcteurs n'étaient pas habilités à participer avec les membres du jury à la correction des épreuves et à délibérer avec le jury comme le prévoit l'article 21 dudit décret. Cette irrégularité vicie les opérations du concours. Par suite, la délibération du jury ayant prononcé les résultats d'admissibilité et, par voie de conséquence, celle ayant prononcé les résultats d'admission de ce concours sont entachées d'illégalité et doivent être annulées.

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - ENTREE EN SERVICE - CONCOURS ET EXAMENS PROFESSIONNELS - ORGANISATION DES CONCOURS - JURY - Composition du jury - Concours interne d'entrée à l'E - N - A - Nomination des correcteurs postérieurement à la publication des résultats d'admissibilité - Illégalité entraînant celle de l'ensemble des opérations du concours.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire enregistrés les 14 décembre 1984 et 9 avril 1985 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés par M. Dominique X..., demeurant ... à PARIS 75015 , et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1° annule la délibération du jury fixant la liste d'admissibilité des candidats au concours interne d'entrée à l'Ecole Nationale d'Administration E.N.A. pour 1984 et, par voie de conséquence, celle fixant la liste d'admission des candidats à ce même concours ;
2° autorise M. X... à se présenter une nouvelle fois audit concours ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ;
Vu la loi du 30 décembre 1977 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Stasse, Maître des requêtes,
- les conclusions de Mme Laroque, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article 21 du décret du 27 septembre 1982 relatif aux conditions d'accès à l'Ecole Nationale d'Administration et au régime de la scolarité : "des correcteurs sont désignés par arrêté du ministre chargé de la fonction publique pour participer avec les membres du jury à la correction des épreuves. Ils délibèrent avec le jury avec voix consultative pour l'attribution des notes des épreuves qu'ils ont corrigées" ;
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que lors du concours interne d'entrée à l'Ecole Nationale d'Administration de 1984, les correcteurs prévus à l'article 21 du décret du 27 septembre 1982 précité ont été nommés par arrêté du 15 octobre 1984 du secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre chargé de la fonction publique à une date postérieure à la publication des résultats d'admissibilité dudit concours ; qu'ainsi, faute d'avoir été nommés avant le commencement des épreuves, lesdits correcteurs n'étaient pas habilités à participer avec les membres du jury à la correction des épreuves et à délibérer avec le jury ; que cette irrégularité vicie les opérations du concours ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X... est fondé à soutenir que la délibération du jury ayant prononcé les résultats d'admissibilité et, par voie de conséquence, celle ayant prononcé les résultats d'admission de ce concours sont entachées d'illégalité et doivent être annulées ;
Considérant en revanche qu'il n'appartient pas au juge administratif d'adresser des injonctions à l'administration ; que par suite les conclusions de M. X... tendant à ce qu'il soit autorisé à se présenter une nouvelle fois au concours d'entrée à l'Ecole nationale d'administration ne peuvent qu'être rejetées ;
Article ler : Les délibérations du jury ayant prononcé les résultats d'admissibilité et d'admission au concours interne d'entrée à l'Ecole Nationale d'Administration de 1984 sont annulées.

Article 2 : Le surplus des conclusions de M. X... est rejeté.

Article 3 : La prsente décision sera notifiée à M. X... et auministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la fonction publique et du Plan.

Références :

Décret 1982-09-27 art. 21


Publications :

Proposition de citation: CE, 13 mars 1987, n° 64561
Publié au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Président : Mme Bauchet
Rapporteur ?: M. Stasse
Rapporteur public ?: Mme Laroque

Origine de la décision

Formation : 4 / 1 ssr
Date de la décision : 13/03/1987

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.