Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 10/ 3 ssr, 02 décembre 1987, 52210

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 52210
Numéro NOR : CETATEXT000007733120 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1987-12-02;52210 ?

Analyses :

OUTRE-MER - INDEMNISATION DES FRANCAIS DEPOSSEDES - PERSONNES INDEMNISABLES - Justification du droit de propriété - Absence - Promesse de vente non réalisée.

OUTRE-MER - INDEMNISATION DES FRANCAIS DEPOSSEDES - BIENS INDEMNISABLES - Biens agricoles - Justification de la superficie et de la nature des cultures - Moyens de preuve - Documents administratifs.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire enregistrés les 9 juillet 1983 et 10 novembre 1983 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés par Mme Angèle X..., demeurant ... à Nice 06000 , et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1° annule la décision en date du 9 mars 1983 par laquelle la commission du contentieux de l'indemnisation de Nice a rejeté sa demande tendant à la réformation de la décision en date du 29 juin 1976 par laquelle le directeur général de l'Agence nationale pour l'indemnisation des Français d'outre-mer a fixé la valeur d'indemnisation des biens dont elle était propriétaire en Algérie ;
2° la renvoie devant l'Agence nationale pour l'indemnisation des Français d'outre-mer pour qu'il soit procédé à la révision de la valeur d'indemnisation de ses biens ;

Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 70-632 du 15 juillet 1970 ;
Vu le décret n° 70-720 du 5 août 1970 ;
Vu le décret n° 72-128 du 10 février 1972 ;
Vu l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ;
Vu la loi du 30 décembre 1977 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Lecat, Maître des requêtes,
- les conclusions de M. Massot, Commissaire du gouvernement ;
Sur les conclusions relatives aux droits de Mme X... sur le lot n° 41 situé à Duquesne Algérie :

Considérant, en premier lieu, qu'aux termes de l'article 16 de la loi du 15 juillet 1970 : "Pour prétendre à indemnisation de biens agricoles, le demandeur doit apporter la justification à la date de la dépossession : 1° de son droit de propriété ..." ; que Mme X..., qui exploitait à la date de la dépossession le "lot d'agrandissement" n° 41 d'une superficie de 24 hectares 42 ares, a prétendu être propriétaire de ce lot et bénéficier de l'indemnisation prévue pour la terre nue par l'article 6 du décret du 5 août 1970 ;
Considérant qu'il résulte de l'instruction que l'article 15 de l'acte administratif en vertu duquel Mme X... exploitait le lot n° 41 stipulait au bénéfice de Mme X... et de son mari une promesse de vente dudit lot, à l'expiration d'une période de location de 5 années, et pour un prix fixé à 176 000 F ; que la réalisation de cette promesse dépendait toutefois de la volonté du preneur et de la condition d'avoir satisfait aux obligations générales et spéciales, notamment de mise en culture, prévues à l'acte ; qu'enfin la réalisation de la vente était subordonnée à l'établissement d'un acte dressé en application des dispositions du décret du 9 septembre 1924 modifié ; qu'il n'est pas contesté que cet acte n'est jamais intervenu ; que, dans ces conditions, Mme X... ne peut pas être regardée comme ayant été propriétaire du lot n° 41 ; qu'elle n'est, dès lors, pas fondée à contester sur ce point la décision de la commission du contentieux de l'indemnisation de Nice qui a refusé de lui reconnaître la qualité de propriété dudit lot ;
Considérant, en second lieu, qu'en vertu des dispositions de l'article 17 de la loi précitée du 15 juillet 1970, la valeur d'indemnisation des biens agricoles, établie forfaitairement à partir de barèmes fixés par décret en Conseil d'Etat, couvre notamment la valeur des bâtiments d'habitation et d'exploitation ; qu'aucune des dispositions de cette loi ou du décret du 5 août 1970 relatif à la détermination et à l'évaluation des biens situés en Algérie n'a prévu de dérogation à cette évaluation forfaitaire en ce qui regarde les bâtiments à usage d'exploitation des propriétés agricoles ; que Mme X... n'est, dès lors, pas fondée à demander l'évaluation des bâtiments affectés à l'exploitation de la parcelle agricole n° 41 sur la base des barêmes du décret du 5 août 1970 modifié afférents aux bâtiments d'habitation à usage de résidence principale des propriétaires agricoles exploitants, catégorie dont ne relève d'ailleurs pas l'intéressée ;

Considérant, enfin, que Mme X... n'apporte aucun élément de nature à établir que, compte-tenu de la surface construite, le directeur général de l'Agence nationale pour l'indemnisation des Français d'outre-mer a commis une erreur en estimant à 24 ha 20 ares la surface effectivement cultivée à la date de la dépossession ;
Sur les conclusions relatives à l'indemnisation du jardin situé sur le lot n° 55 à Duquesne :
Considérant qu'aux termes de l'article 16 de la loi du 15 juillet 1970 : "Pour prétendre à indemnisation de biens agricoles, le demandeur doit apporter la justification à la date de la dépossession : 1° de son droit de propriété ou des titres qui fondaient sa qualité d'exploitant agricole ; 2° du mode d'exploitation ; 3° de la superficie et de la nature des cultures et activités ..." ; qu'en vertu de l'article 5 du décret du 5 août 1970 : "La nature des cultures ou activités et la répartition des superficies entre ces cultures ou activités sont justifiées par tous documents administratifs ..." ;
Considérant qu'il résulte de l'instruction, notamment des documents administratifs joints au dossier, que la parcelle de 1036 m 2 située sur le lot n° 55 à Duquesne dont Mme X... demande l'indemnisation était cultivée en nature de jardin potager ; qu'il y a lieu, dès lors, de renvoyer Mme X... devant l'agence nationale pour l'indemnisation des Français d'outre-mer pour qu'il soit procédé à l'indemnisation de cette parcelle ;
Article 1er : La décision de la commission du contentieux de l'indemnisation de Nice en date du 9 mars 1983 et la décision du directeur général de l'agence nationale pour l'indemnisation des Français d'outre-mer en date du 29 juin 1976 sont annulées en tant qu'elles n'ont pas prévu l'indemnisation du jardin dont Mme X... était propriétaire sur le lot n° 55 à Duquesne.
Article 2 : Mme X... est renvoyée devant l'agence nationale pour l'indemnisation des Français d'outre-mer pour que soit fixée la valeur d'indemnisation du jardin dont elle était propriétaire sur le lot n° 55 à Duquesne.
Article 3 : Le surplus des conclusions de la requête de Mme X... est rejeté.
Article 4 : La présente décision sera notifiée à Mme X..., au directeur général de l'agence nationale pour l'indemnisation des Français d'outre-mer et au ministre d'Etat, ministre de l'économie, des finances et de la privatisation.

Références :

. Décret 70-720 1970-08-05 art. 5, art. 6
Décision 1976-06-29 Directeur général de l'Agence nationale pour l'indemnisation des Français d'outre-mer décision attaquée annulation
Décret 1924-09-09
Loi 70-632 1970-07-15 art. 1§, art. 17


Publications :

Proposition de citation: CE, 02 décembre 1987, n° 52210
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Lecat
Rapporteur public ?: Massot

Origine de la décision

Formation : 10/ 3 ssr
Date de la décision : 02/12/1987

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.