Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9 / 7 ssr, 03 juin 1988, 58767

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 58767
Numéro NOR : CETATEXT000007626535 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1988-06-03;58767 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - TAXES SUR LE CHIFFRE D'AFFAIRES ET ASSIMILEES - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE.


Texte :

Vu la requête enregistrée le 26 avril 1984 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par Mme Claudine X..., demeurant ... (89400), et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
°1 annule le jugement du 14 février 1984 par lequel le tribunal administratif de Dijon a rejeté sa demande en décharge des rappels de taxe sur la valeur ajoutée auxquels elle a été assujettie au titre de la période du 1er janvier 1976 au 31 décembre 1978 par avis de mise en recouvrement °n 81-1260 du 16 septembre 1981 ;
°2 lui accorde la décharge des impositions contestées,
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code des tribunaux administratifs ;
Vu le code général des impôts ;
Vu l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ;
Vu la loi du 30 décembre 1977 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Dulong, Maître des requêtes,
- les conclusions de M. Le Roy, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article 1649 septies du code général des impôts, applicable à l'imposition contestée : "Les contribuables peuvent se faire assister au cours des vérifications de comptabilité ... d'un conseil et doivent être avertis de cette faculté, à peine de nullité de la procédure. - Dans tous les cas, la procédure de vérification doit comporter l'envoi d'un avis de vérification. Cet avis doit préciser les années soumises à vérification en mentionnant expressément la faculté pour le contribuable de se faire assister d'un conseil de son choix" ;
Considérant qu'il résulte de l'instruction qu'un contrôleur des impôts s'est présenté, le 4 mars 1980, dans le magasin de vente au détail de vêtements que Mme X..., exploitait à Migennes et a procédé au relevé des prix de vente de certains articles exposés dans le magasin ainsi qu'à l'examen de factures d'achat ; que ce contrôle a été suivi de l'envoi à Mme X..., par un inspecteur des impôts, le 5 mars 1980, d'un avis l'informant que cet inspecteur allait procéder, le 18 mars 1980, à la vérification de la comptabilité du magasin ;
Considérant que, compte tenu des conditions dans lesquelles les opérations de contrôle se sont déroulées sur place le 4 mars 1980 et des mentions de la notification de redressements du 18 juin 1980, laquelle se fonde essentiellement sur l'insuffisance des taux de marge brute ressortant des résultats déclarés par rapport aux taux ressortant d'une comparaison entre les prix d'achat et les prix de vente, les impositions en litige procédent de l'intervention du 4 mars 1980, laquelle, ayant comporté un examen critique des pièces comptables présentées et leur confrontation aux déclarations de l'entreprise, constitue une vérification de comptabilité ; qu'il suit de là que la requérante est fondée à soutenir que cette vérification, qui n'a été précédée que d'un "l'avis de passage" qui ne mentionnaient pas la faculté qu'a le contribuable de se faire assister d'un conseil de son choix, a été effectuée en violation des dispostions susreproduites de l'article 1649 septies du code général des impôts ;

Considérant que la procédure d'imposition ayant été ainsi entachée d'une irrégularité, Mme X... est fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Dijon a rejeté sa demande en décharge du rappel de taxe sur la valeur ajoutée auquel elle a été assujettie à raison du rehaussement de son chiffre d'affaires déclaré ;

Article 1er : Le jugement susvisé du tribunal administratif de Dijon, en date du 14 février 1984, est annulé.
Article 2 : Il est accordé à Mme X... décharge du rappel de taxe sur la valeur ajoutée et des pénalités correspondantes auxquelles elle a été assujettie au titre de la période du 1er janvier 1976 au 31 décembre 1978.
Article 3 : : La présente décision sera notifiée à Mme X... et au ministre d'Etat, ministre de l'économie, des finances et du budget.

Références :

CGI 1649 septies


Publications :

Proposition de citation: CE, 03 juin 1988, n° 58767
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Dulong
Rapporteur public ?: Le Roy

Origine de la décision

Formation : 9 / 7 ssr
Date de la décision : 03/06/1988

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.