Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 4 / 1 ssr, 28 septembre 1988, 88195

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 88195
Numéro NOR : CETATEXT000007760584 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1988-09-28;88195 ?

Analyses :

PROFESSIONS - CHARGES ET OFFICES - DISCIPLINE PROFESSIONNELLE - SANCTIONS - Interdiction de donner des soins aux assurés sociaux pendant trois mois.

PROFESSIONS - CHARGES ET OFFICES - DISCIPLINE PROFESSIONNELLE - SANCTIONS - FAITS DE NATURE A JUSTIFIER UNE SANCTION - MEDECINS.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire enregistrés les 3 juin 1987 et 28 septembre 1987 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M. X..., demeurant ..., et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1°) annule la décision du 18 février 1987 par laquelle la section des assurances sociales du conseil national de l'Ordre des médecins a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du 25 juin 1985 de la section des assurances sociales du conseil régional du Nord prononçant à son encontre la sanction de l'interdiction de donner des soins aux assurés sociaux durant trois mois et a mis à sa charge les frais d'instance s'élèvant à 750,10 F ;
2°) renvoie l'affaire devant la section des assurances sociales du conseil national de l'Ordre des médecins ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 88-828 du 20 juillet 1988 portant amnistie ;
Vu le code de la santé publique ;
Vu le code de la sécurité sociale ;
Vu le code de déontologie médicale ;
Vu la nomenclature générale des actes professionnels des médecins, chirurgiens, dentistes, sage-femmes et auxiliaires médicaux fixée par l'arrêté du 27 mars 1972 modifié ;
Vu l'ordonnance du 31 juillet 1945 et le décret du 30 septembre 1953 ;
Vu la loi du 30 décembre 1977 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Lamy, Auditeur,
- les observations de la SCP Fortunet Mattei-Dawance, avocat de M. X... et de la SCP Vier, Barthélémy, avocat du conseil national de l'Ordre des médecins,
- les conclusions de Mme Laroque, Commissaire du gouvernement ;
Sur les moyens tirés de ce que les poursuites pénales engagées contre le requérant n'auraient pas conduit à retenir sa culpabilité :

Considérant qu'il ne ressort pas des pièces du dossier soumis aux juges du fond que M. X... ait, ainsi qu'il l'allègue, bénéficié d'un acquittement à la suite de poursuites pénales engagées contre lui en relation avec les faits qui ont donné lieu à la sanction disciplinaire attaquée ; que l'existence des poursuites pénales n'aurait d'ailleurs pas fait obstacle à ce que le juge disciplinaire se prononçât sur ces faits ; que M. X..., qui s'était borné à faire allusion devant la section disciplinaire à une procédure pénale, n'en a pas tiré argument pour démentir l'illégalité de la sanction disciplinaire qui l'a frappé ; que la section des assurances sociales n'était dès lors pas saisie d'un moyen auquel elle aurait été tenue de répondre ;
Sur les faits retenus par la section des assurances sociales :
Considérant que pour infliger à M. X... la sanction d'interdiction de donner des soins aux assurés sociaux pendant 3 mois, la section a relevé qu'il avait attesté avoir effectué des actes d'accouchement qu'il n'avait pas faits lui-même et perçu des honoraires correspondant à des actes qui avaient été effectués soit par des sages-femmes, soit par un confrère ; que s'agissant des deux accouchements du 23 août 1983, qui n'ont pas été pratiqués par M. X... mais pour lesquels il avait perçu des honoraires, la section des assurances sociales a souverainement apprécié les explications avancées par le praticien selon lesquelles il était resté personnellement étranger à cette perception ; qu'il résulte des pièces du dossier soumis aux juges du fond que l'accouchement attesté par M. X... à la date du 3 décembre 1983 n'a pas non plus été pratiqué par lui ; qu'ainsi la section des assurances sociales a pu légalement qualifier les agissements relevés à l'encontre de M. X... de faute disciplinaire ;

Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X... n'est pas fondé à demander l'annulation de la décision du 18 février 1987 de la section des assurances sociales du conseil national de l'Ordre des médecins ;
Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. X..., au conseil national de l'Ordre des médecins et au ministre de la solidarité, de la santé et de la protection sociale.


Publications :

Proposition de citation: CE, 28 septembre 1988, n° 88195
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Lamy
Rapporteur public ?: Mme Laroque

Origine de la décision

Formation : 4 / 1 ssr
Date de la décision : 28/09/1988

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.