Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9 / 7 ssr, 27 septembre 1989, 61424

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Plein contentieux fiscal

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 61424
Numéro NOR : CETATEXT000007628321 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1989-09-27;61424 ?

Analyses :

CONTRIBUTIONS ET TAXES - IMPOSITIONS LOCALES AINSI QUE TAXES ASSIMILEES ET REDEVANCES - TAXE PROFESSIONNELLE.


Texte :

Vu la requête et le mémoire complémentaire enregistrés le 3 août 1984 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés par M. Roger X..., demeurant ..., et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1°) réforme un jugement en date du 24 mai 1984 par lequel le tribunal administratif de Paris a rejeté sa demande tendant à la décharge des impositions complémentaires à la taxe professionnelle mises à sa charge au titre des années 1977 et 1978 ;
2°) lui accorde la décharge des impositions contestées,
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code général des impôts ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de Mme Bechtel, Maître des requêtes,
- les conclusions de Mme Liébert-Champagne, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes de l'article 1931 du code général des impôts applicable en l'espèce : "1 - Le redevable qui entend contester la créance du Trésor en totalité ou en partie doit adresser une réclamation à l'administration dans les conditions et délais prévus ci-après ..." ; qu'aux termes de l'article 1932 les réclamations sont recevables jusqu'au 31 décembre de l'année suivant celles de la mise en recouvrement du rôle ;
Considérant qu'il résulte de l'instruction que M. X... conteste les montants de taxe professionnelle mis à sa charge au titre des années 1977 et 1978 et mises en recouvrement les 31 octobre 1977 et 31 octobre 1978 ; que le délai de réclamation expirait ainsi, en vertu des dispositions précitées le 31 décembre 1978 et le 31 décembre 1979 ; que, s'agissant de la première des deux années en cause, M. X... n'a présenté aucune réclamation ; que, s'agissant de la deuxième année, si M. X... a envoyé deux lettres au directeur des services fiscaux la première en date du 4 juillet 1979 ne peut être regardée comme une réclamation contentieuse et celle du 12 janvier 1980, a été reçue par son destinataire postérieurement à l'expiration du délai de réclamation ; qu'ainsi la demande formée devant le tribunal administratif contre les impositions auxquelles M. X... a été assujetti au titre des années litigieuses était irrecevable ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X... n'est pas fondé à se plaindre de ce que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Paris a rejeté sa requête en tant qu'elle était dirigée contre les impositions à la taxe professionnelle mises à sa charge au titre des années 1977 à 1978 ;
Article ler : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. X... et au ministre délégué auprès du ministre d'Etat, ministre de l'éconmie, des finances et du budget, chargé du budget.

Références :

CGI 1931, 1932


Publications :

Proposition de citation: CE, 27 septembre 1989, n° 61424
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Bechtel
Rapporteur public ?: Mme Liébert-Champagne

Origine de la décision

Formation : 9 / 7 ssr
Date de la décision : 27/09/1989

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.