Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6 ss, 10 novembre 1989, 110250

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 110250
Numéro NOR : CETATEXT000007763147 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1989-11-10;110250 ?

Analyses :

POLICE ADMINISTRATIVE - POLICES SPECIALES - POLICE DES ETRANGERS - REFUS DE SEJOUR.

TRAVAIL ET EMPLOI - REGLEMENTATIONS SPECIALES A L'EMPLOI DE CERTAINES CATEGORIES DE TRAVAILLEURS - EMPLOI DES ETRANGERS - MESURES INDIVIDUELLES - TITRE DE TRAVAIL - Refus de délivrance d'une autorisation de travail - Conséquences.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 7 septembre 1989 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Magloire X... demeurant ..., et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 22 juin 1989 par lequel le tribunal administratif de Bordeaux a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du 29 juillet 1988 par laquelle le préfet de la Gironde a refusé de lui délivrer une carte de résident et lui a enjoint de quitter le territoire français dans le délai d'un mois, ensemble ladite décision ;
2°) ordonne qu'il sera sursis à l'exécution du jugement du 22 juin 1989 ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu l'ordonnance du 2 novembre 1945 modifiée par la loi n° 86-1025 du 9 septembre 1986 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Salesse, Auditeur,
- les conclusions de M. de la Verpillière, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que, pour refuser à M. X... la carte de résident qu'il avait sollicitée sur le fondement des articles 14 et 15-3ème alinéa de l'ordonnance du 2 novembre 1945 modifiée, le préfet de la Gironde a constaté que l'intéressé ne bénéficiait pas de ressources suffisantes, n'exerçait pas, même partiellement, l'autorité parentale sur l'enfant français dont il était le père et ne subvenait pas effectivement à ses besoins ; que, sur requête de M. X..., les premiers juges ont confirmé cette décision ; que pour demander l'annulation de ce jugement, M. X... se borne à soutenir qu'à l'époque où il a demandé la carte de résident, il avait trouvé du travail et pouvait ainsi subvenir aux besoins de son enfant ; que la perte de son emploi résulte uniquement du refus de lui délivrer le titre de séjour sollicité ;
Considérant qu'il résulte des pièces du dossier que M. X... ne détient pas l'autorisation de travail prévue à l'article L. 341-2 du code du travail, et ne peut donc pas exercer régulièrement en France une profession salariée ; que son ex-concubine, avec laquelle il ne vit plus, s'est opposée à ce qu'il exerce sur leur fils l'autorité parentale conjointe et ne reçoit de lui aucune pension alimentaire ; que l'intéressé ne saurait dès lors prétendre ni à une carte de séjour temporaire de travailleur salarié, ni à une carte de résident ; qu'il n'est dès lors pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Bordeaux a rejeté sa demande d'annulation de la décision préfectorale qui lui a refusé le bénéfice d'une carte de séjour ;

Article 1er : La requête susvisée de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. X... et au ministre de l'intérieur.

Références :

Code du travail L341-2
Ordonnance 45-2658 1945-11-02 art. 14, art. 15 al. 3


Publications :

Proposition de citation: CE, 10 novembre 1989, n° 110250
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Salesse
Rapporteur public ?: de la Verpillière

Origine de la décision

Formation : 6 ss
Date de la décision : 10/11/1989

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.