Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 2 / 6 ssr, 29 novembre 1989, 81885

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 81885
Numéro NOR : CETATEXT000007768135 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1989-11-29;81885 ?

Analyses :

POLICE ADMINISTRATIVE - POLICES SPECIALES - POLICE DES ETRANGERS - REFUS DE SEJOUR.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 9 septembre 1986 et 4 novembre 1986 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés par M. X..., demeurant ... et tendant à ce que le Conseil d'Etat :
1°) annule un jugement en date du 3 juillet 1986 par lequel le tribunal administratif de Lyon a rejeté ses demandes tendant à l'annulation et au sursis à l'exécution de la décision du 2 octobre 1985 par laquelle le commissaire de la République du département du Rhône lui a refusé un certificat de résidence ;
2°) annule pour excès de pouvoir cette décision ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu l'ordonnance du 2 novembre 1945 modifiée ;
Vu le décret du 18 mars 1969 portant publication de l'accord franco-algérien du 27 décembre 1968 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de Mme Duléry, Conseiller d'Etat,
- les conclusions de M. Abraham, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que si, pour refuser, par la décision attaquée, de délivrer un certificat de résidence à M. X..., qui avait laissé périmer le précédent certificat dont il était titulaire, le préfet, commissaire de la République délégué pour la police à Lyon, s'est référé à des condamnations amnistiées par la loi du 4 août 1981, il ressort des pièces du dossier que cette mention est restée sans influence sur le contenu de la décision, laquelle est fondée sur le comportement d'ensemble de l'intéressé ; qu'en estimant, au vu de ces éléments, que la présence de M. X... en France était de nature à nuire à l'ordre public, le préfet, commissaire de la République délégué pour la police à Lyon, n'a pas commis d'erreur manifeste d'appréciation ;
Considérant que M. X... ne saurait utilement se prévaloir des dispositions de la loi du 20 juillet 1988 portant amnistie dès lors que celle-ci est postérieure à la décision attaquée ;
Considérant que, de ce qui précède, il résulte que M. X... n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Lyon a rejeté sa demande d'annulation de la décision du commissaire de la République du département du Rhône lui refusant un certificat de résidence ;
Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. X..., au préfet du Rhône et au ministre de l'intérieur.

Références :

Loi 81-736 1981-08-04
Loi 88-828 1988-07-20


Publications :

Proposition de citation: CE, 29 novembre 1989, n° 81885
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Duléry
Rapporteur public ?: Abraham

Origine de la décision

Formation : 2 / 6 ssr
Date de la décision : 29/11/1989

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.