Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 4 / 1 ssr, 08 janvier 1990, 76936

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 76936
Numéro NOR : CETATEXT000007746712 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1990-01-08;76936 ?

Analyses :

ACTES LEGISLATIFS ET ADMINISTRATIFS - VALIDITE DES ACTES ADMINISTRATIFS - MOTIFS - POUVOIRS ET OBLIGATIONS DE L'ADMINISTRATION - COMPETENCE LIEE - Absence.

SANTE PUBLIQUE - ETABLISSEMENTS PUBLICS D'HOSPITALISATION - PERSONNEL - PERSONNEL MEDICAL - PRATICIENS A TEMPS PARTIEL - Assistants - Conditions de nomination.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 24 mars 1986 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée pour M. Bernard X..., demeurant ... ; M. X... demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 21 janvier 1986 par lequel le tribunal administratif de Châlons-sur-Marne a rejeté sa demande dirigée contre l'arrêté du 17 avril 1984 par lequel le commissaire de la République du département de l'Aube a nommé le docteur Y... au poste de gynécologue-accoucheur à temps partiel au centre hospitalier général de Troyes,
2°) annule pour excès de pouvoir cette décision ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 70-1318 du 31 décembre 1970 portant réforme hospitalière ;
Vu le décret n° 74-393 du 3 mai 1974 relatif au recrutement, à la nomination et au statut des praticiens à temps partiel des établissements d'hospitalisation publics autres que les centres hospitaliers régionaux faisant partie des centres hospitaliers et universitaires et les hôpitaux locaux ;
Vu l'arrêté du ministre de la santé du 9 décembre 1974 relatif au mode de désignation des membres et au fonctionnement des commissions pour le recrutement des médecins, chirurgiens, spécialistes et biologistes à temps partiel, chefs de service et assistants des établissements d'hospitalisation publics autres que les centres hospitaliers régionaux faisant partie des centres hospitaliers et universitaires et les hôpitaux locaux ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Lamy, Auditeur,
- les observations de Me Cossa, avocat de M. Bernard X...,
- les conclusions de M. Daël, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens de la requête :
Considérant qu'en vertu de l'article 21 du décret susvisé du 3 mai 1974, en vigueur lors de l'introduction de la décision contestée, les postes d'assistants à temps partiel des établissements d'hospitalisation publics autres que les centres hospitaliers régionaux faisant partie des centres hospitaliers et universitaires et les hôpitaux locaux demeurés vacants à l'issue de la procédure de recrutement interne à l'établissement concerné, réglée par l'article 20 du même décret, sont pourvus, soit par concours, dans les conditions fixées à son article 23, soit selon une procédure spéciale prévue à son article 22 ; qu'aux termes dudit article 22 : "Les candidatures aux postes déclarés vacants dans un établissement sont soumises à l'avis d'une commission" ; que l'article 24 du décret susmentionné dispose que : " ... les assistants à temps partiel sont nommés par le préfet au vu de l'avis émis par la commission prévue par l'article 22 ci-dessus ..." ; qu'il résulte de ces dispositions que la commissio précitée, qui ne constitue pas un jury, émet un avis qui ne lie pas l'autorité investie du pouvoir de nomination ;
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier, et notamment de sa lettre du 24 mai 1984 adressée à M. X..., qu'en nommant le docteur Y... au poste d'assistant à temps partiel au centre hospitalier de Troyes par arrêté du 17 avril 1984, le commissaire de la République de l'Aube s'est cru lié par l'avis du 9 décembre 1983 de la commission et a ainsi méconnu l'étendue de la compétence que lui conféraient les dispositions suscitées de l'article 24 du décret du 3 mai 1974 ; que, par suite, M. X... est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Châlons-sur-Marne a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 17 avril 1984 du commissaire de la République de l'Aube et à demander l'annulation de cet arrêté ;
Article 1er : Le jugement susvisé en date du 21 janvier 1986 du tribunal administratif de Châlons-sur-Marne et l'arrêté du 17avril 1984 du commissaire de la République de l'Aube nommant le docteur Y... au poste du gynécologue-accoucheur à temps partiel au centre hospitalier général de Troyes sont annulés.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. X..., à M. Y... et au ministre de la solidarité, de la santé et de la protection sociale.

Références :

Décret 74-393 1974-05-03 art. 21, art. 20, art. 23, art. 24


Publications :

Proposition de citation: CE, 08 janvier 1990, n° 76936
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Lamy
Rapporteur public ?: Daël

Origine de la décision

Formation : 4 / 1 ssr
Date de la décision : 08/01/1990

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.