Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 15 mai 1991, 115601

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 115601
Numéro NOR : CETATEXT000007770276 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1991-05-15;115601 ?

Analyses :

ELECTIONS - ELECTIONS PROFESSIONNELLES - ELECTIONS AUX ORGANES ET AUX ORDRES PROFESSIONNELS.


Texte :

Vu la requête, enregistrée au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat le 21 mars 1990, présentée par Mme Bénédicte X..., architecte, demeurant ... (79022) ; Mme X... demande que le Conseil d'Etat annule les élections qui ont eu lieu le 14 février 1990 pour la désignation de 7 membres du conseil national de l'ordre des architectes Poitou-Charente, ensemble la décision de rejet par le ministre de l'équipement, du logement, des transports et de la mer de la protestation qu'elle avait formée contre ces élections ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu de décret n° 77-1481 du 28 décembre 1977 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. du Marais, Auditeur,
- les observations de la S.C.P. Vier, Barthélemy, avocat du conseil régional de l'ordre des architectes Poitou-Charente et autres,
- les conclusions de Mme de Saint-Pulgent, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'il résulte des dispositions de l'article 3 du décret du 28 décembre 1977 susvisé que, pour être éligible en qualité de membre d'un conseil national de l'ordre des architectes, tout candidat doit être à jour de ses cotisations ordinales ;
Considérant qu'il ne ressort pas des pièces du dossier que M. Y..., dont l'élection comme membre du conseil régional Poitou-Charente de l'ordre des architectes a été proclamée à l'issue du premier tour de scrutin organisé le 14 février 1990, n'ait pas été à jour de ses cotisations ; qu'ainsi, Mme X... n'est pas fondée à demander l'annulation de la décision implicite de rejet résultant du silence gardé par le ministre de l'équipement, du logement des transports et de la mer sur la protestation qu'elle a formée contre les opérations électorales litigieuses ;
Article 1er : La requête de Mme X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à Mme X..., au conseil national de l'ordre des architectes, à M. Y... et au ministre de l'équipement, du logement, des transports et de la mer.

Références :

Décret 77-1481 1977-12-28 art. 3


Publications :

Proposition de citation: CE, 15 mai 1991, n° 115601
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: du Marais
Rapporteur public ?: Mme de Saint-Pulgent

Origine de la décision

Date de la décision : 15/05/1991

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.