Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 17 mai 1991, 86426

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 86426
Numéro NOR : CETATEXT000007774071 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1991-05-17;86426 ?

Analyses :

POSTES ET TELECOMMUNICATIONS - TELECOMMUNICATIONS - TELEPHONE - CONTRATS D'ABONNEMENT - CONTENTIEUX.

PROCEDURE - INTRODUCTION DE L'INSTANCE - FORMES DE LA REQUETE - MINISTERE D'AVOCAT - OBLIGATION.


Texte :

Vu la requête, enregistrée au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat le 6 avril 1987, présentée pour la SOCIETE PALIMOCEAN, représentée par sa gérante en exercice, domiciliée au siège ... ; la SOCIETE PALIMOCEAN demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 7 octobre 1986 par lequel le tribunal administratif de Paris a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du 20 février 1986 de la direction opérationnelle des télécommunications de Paris-Nord rejetant sa réclamation concernant les relevés 5G et 6G/84 de sa ligne téléphonique, et à la réduction du montant des redevances figurant sur lesdits relevés ;
2°) lui accorde la réduction demandée ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code des postes et télécommunications ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Dubos, Maître des requêtes,
- les observations de Me Choucroy, avocat de la SOCIETE PALIMOCEAN représentée par sa gérante Mme X...,
- les conclusions de Mme Leroy, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'il résulte des mentions du jugement attaqué que la société requérante a été invitée par le secrétaire greffier en chef du tribunal, par une lettre du 27 mai 1986, à faire présenter sa requête par un avocat ; que si ladite société a déposé une seconde demande aux mêmes fins, il est constant qu'elle n'a pas régularisé sa première demande avant la date de la séance publique le 30 septembre 1986 ; que son pourvoi étant de ceux qui aux termes des articles R.78 et R.79 du code des tribunaux administratifs doivent être signés par un avocat, c'est à bon droit que le tribunal administratif de Paris l'a rejeté ; qu'il suit de là que la SOCIETE PALIMOCEAN n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Paris a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du 20 février 1986 rejetant sa réclamation concernant deux relevés téléphoniques et sa demande de réduction des redevances y afférentes ;
Article 1er : La requête de la SOCIETE PALIMOCEAN est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à la SOCIETE PALIMOCEAN et au ministre des postes, des télécommunications et de l'espace.

Références :

Code des tribunaux administratifs R78, R79


Publications :

Proposition de citation: CE, 17 mai 1991, n° 86426
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Dubos
Rapporteur public ?: Mme Leroy

Origine de la décision

Date de la décision : 17/05/1991

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.