Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 10/ 4 ssr, 18 octobre 1991, 95027

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 95027
Numéro NOR : CETATEXT000007790236 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1991-10-18;95027 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - DISCIPLINE - MOTIFS - FAITS DE NATURE A JUSTIFIER UNE SANCTION.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire enregistrés les 8 février 1988 et 8 juin 1988 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M. X..., demeurant ... ; M. X... demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 17 novembre 1987 par lequel le tribunal administratif de Versailles a rejeté sa demande dirigée contre l'arrêté du 8 décembre 1986 par lequel le ministre de l'intérieur l'a révoqué de ses fonctions de gardien de la paix sans suspension des droits à pension ;
2°) annule pour excès de pouvoir cette décision ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;
Vu le code de procédure pénale ;
Vu la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 ;
Vu la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. Touvet, Auditeur,
- les observations de Me Foussard, avocat de M. Michel X...,
- les conclusions de Mme Denis-Linton, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que les instances disciplinaires de la fonction publique ne statuent pas en matière pénale et ne tranchent pas sur des droits et obligations de caractère civil ; qu'ainsi la procédure disciplinaire n'entre pas dans le champ d'application de l'article 6-2 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ; que les dispositions de l'article 9 de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen n'ont ni pour effet ni pour objet d'interdire que des mesures administratives soient prises à l'égard de personnes faisant l'objet de poursuites pénales ; que, dès lors, l'exception d'illégalité soulevée contre l'article 9 du décret du 25 octobre 1984 doit être écartée ;
Considérant que la circonstance que la sanction contestée par M. X... ait été prise au vu d'un dossier comprenant des procès-verbaux établis dans le cadre de l'information pénale ouverte à son encontre n'est pas à elle seule de nature à entacher d'illégalité ladite sanction ;
Considérant qu'il ressort du dossier que M. X..., fonctionnaire de police, a retiré au cours du mois de février 1986 les pneus d'un véhicule déposé à la fourrière de Draveil pour les placer sur son véhicule personnel ; que ces faits étaient de nature à justifier légalement une sanction disciplinaire ; qu'eu égard à la gravité de la faute, l'autorité administrative n'a pas commis d'erreur manifeste d'appréciation en décidant, à raison de ces faits, la révocation de l'intéressé sans suspension de ses droits à pension ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. X... n'est pas fondé à soutenir que c'st à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Versailles a rejeté sa demande dirigée contre l'arrêté du 8 décembre 1986 par lequel le ministre de l'intérieur l'a révoqué de ses fonctions de gardien de la paix sans suspension des droits à pension ;

Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. X... et au ministre de l'intérieur.

Références :

Arrêté 1986-12-08
Convention européenne 1950-11-04 sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales art. 6-2
Déclaration des droits de l'homme et du citoyen 1789-08-26 art. 9
Décret 84-961 1984-10-25 art. 9


Publications :

Proposition de citation: CE, 18 octobre 1991, n° 95027
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Touvet
Rapporteur public ?: Mme Denis-Linton

Origine de la décision

Formation : 10/ 4 ssr
Date de la décision : 18/10/1991

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.