Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 1 ss, 05 juin 1992, 125008

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 125008
Numéro NOR : CETATEXT000007834072 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1992-06-05;125008 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - CESSATION DE FONCTIONS - RADIATION DES CADRES.

SANTE PUBLIQUE - ETABLISSEMENTS PUBLICS D'HOSPITALISATION - PERSONNEL - PERSONNEL ADMINISTRATIF - CESSATION DE FONCTIONS.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 12 avril 1991 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par l'HOPITAL GENERAL D'UZES ; l'HOPITAL GENERAL D'UZES demande au Conseil d'Etat :
1°/ d'annuler le jugement du 27 février 1991 par lequel le tribunal administratif de Montpellier a annulé la décision du directeur de l'HOPITAL GENERAL D'UZES en date du 20 juillet 1990 rayant M. Jean-Claude X... des cadres du personnel de l'établissement à compter du 5 juin 1990 ;
2°/ de rejeter la demande présentée par M. X... devant le tribunal administratif de Montpellier ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Vu la loi n° 81-647 du 10 juillet 1991 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de M. de Bellescize, Conseiller d'Etat,
- les conclusions de M. Le Chatelier, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par jugement en date du 11 octobre 1990, le tribunal administratif de Montpellier a annulé pour excès de pouvoir la décision en date du 5 juin 1987 par laquelle le directeur de l'HOPITAL GENERAL D'UZES avait placé M. X... en disponibilité pour convenances personnelles pour une durée d'une année ; que, par une décision du 18 décembre 1991, le Conseil d'Etat statuant au contentieux a rejeté l'appel formé contre ce jugement par l'HOPITAL GENERAL D'UZES ; qu'ainsi ledit jugement est devenu définitif ; qu'eu égard aux effets qui s'attachent aux annulations contentieuses, la décision du 5 juin 1987 doit être réputée n'être jamais intervenue ; que, dans ces conditions, la décision du directeur de l'HOPITAL GENERAL D'UZES, en date du 20 juillet 1990, rayant des cadres de l'établissement M. X... au motif que celui-ci n'avait pas présenté sa demande de réintégration dans le délai de deux mois précédant l'expiration de sa troisième période de disponibilité, est elle-même dépourvue de base légale ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que l'HOPITAL GENERAL D'UZES n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par son article 1er, le jugement attaqué, en date du 27 février 1991, a annulé la décision du 20 juillet 1990 ;
Considérant qu'aux termes de l'article R.222 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel : "Lorsqu'il paraît inéquitable de laisser à la charge d'une partie des sommes exposées par elle et non comprises dans les dépens, le tribunal administratif ou la cour administrative d'appel peut condamner l'autre partie à lui payer le montant qu'il ou elle détermine" ; que M. X..., par la voie de conclusions incidentes, demande que la somme de 2 000 F que le tribunal administratif de Montpellier, par l'article 2 du jugement attaqué, a condamné l'HOPITAL GENERAL D'UZES, à lui verser au titre des sommes exposées par lui et non comprises dans les dépens, soit portée à 10 000 F ; qu'il y a lieu, dns les circonstances de l'espèce, de faire droit à ces conclusions dans la limite de 6 000 F ;
Article 1er : La requête de l'HOPITAL GENERAL D'UZES est rejetée.
Article 2 : La somme de 2 000 F que l'HOPITAL GENERAL D'UZES a été condamné à verser à M. X... par l'article 2 du jugement en date du 27 février 1991 du tribunal administratif de Montpellier est portée à 6 000 F.
Article 3 : Le surplus des conclusions incidentes de M. X... est rejeté.
Article 4 : Le jugement du 27 février 1991 du tribunal administratif de Montpellier est réformé en ce qu'il a de contraire àla présente décision.
Article 5 : La présente décision sera notifiée à l'HOPITAL GENERAL D'UZES, à M. X... et au ministre de la santé et de l'action humanitaire.

Références :

Code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel R222


Publications :

Proposition de citation: CE, 05 juin 1992, n° 125008
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: de Bellescize
Rapporteur public ?: Le Chatelier

Origine de la décision

Formation : 1 ss
Date de la décision : 05/06/1992

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.