Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5 ss, 26 octobre 1992, 105240

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 105240
Numéro NOR : CETATEXT000007804427 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1992-10-26;105240 ?

Analyses :

URBANISME ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE - PLANS D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME - PLANS D'OCCUPATION DES SOLS - APPLICATION DES REGLES FIXEES PAR LES P - O - S - REGLES DE FOND - COEFFICIENTS D'OCCUPATION DES SOLS.

URBANISME ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE - PROCEDURES D'INTERVENTION FONCIERE - LOTISSEMENTS.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 16 février 1989 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. X..., demeurant ... ; M. X... demande au Conseil d'Etat :
1°/ d'annuler le jugement, en date du 5 janvier 1989, par lequel le tribunal administratif de Marseille a rejeté sa demande tendant à ce que les lots qui restent sa propriété dans le lotissement qu'il a été autorisé à créer à Saint-Saturnin d'Apt continuent à bénéficier d'un coefficient d'occupation des sols de 0,15,
2°/ d'accueillir sa demande présentée devant le tribunal administratif de Marseille ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu :
- le rapport de Mlle Laigneau, Auditeur,
- les conclusions de M. Daël, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur la recevabilité de la demande introductive d'instance :
Considérant que M. X... a obtenu du préfet du Vaucluse, le 17 octobre 1972, l'autorisation de lotir un terrain lui appartenant à Saint-Saturnin d'Apt ; que l'article 6 de cet arrêté prévoyait que les constructions à édifier devraient respecter un coefficient d'occupation des sols de 0,15 ; que, par arrêté préfectoral du 15 février 1979, a été approuvé le plan d'occupation des sols de la commune ; que ce plan a classé en zone ND, avec un coefficient d'occupation des sols de 0,10, le terrain servant d'assiette au lotissement autorisé le 17 octobre 1972 ; que les dispositions de ce plan se sont substituées aux dispositions moins restrictives qui régissaient le lotissement dont s'agit et qu'ainsi le coefficient d'occupation des sols de 0,10 s'est substitué à celui de 0,15 prévu par le règlement du lotissement sans que puissent y faire obstacle les certificats délivrés le 3 décembre 1973 par le préfet du Vaucluse à M. X..., lesquels se bornaient à attester que les formalités réglementaires préalables à la vente des lots avaient été accomplies ; qu'il résulte de ce qui précède que le requérant n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif a rejeté sa demande ;
Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. X..., à la commune de Saint-Saturnin d'Apt et au ministre de l'équipement, du logement et des transports.


Publications :

Proposition de citation: CE, 26 octobre 1992, n° 105240
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mlle Laigneau
Rapporteur public ?: Daël

Origine de la décision

Formation : 5 ss
Date de la décision : 26/10/1992

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.