Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7 /10 ssr, 22 janvier 1993, 89483

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 89483
Numéro NOR : CETATEXT000007792174 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1993-01-22;89483 ?

Analyses :

ENSEIGNEMENT - QUESTIONS PROPRES AUX DIFFERENTES CATEGORIES D'ENSEIGNEMENT - ENSEIGNEMENT DU SECOND DEGRE - PERSONNEL ENSEIGNANT - MAITRES D'INTERNAT ET SURVEILLANTS D'EXTERNAT.

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - NOTATION ET AVANCEMENT - NOTATION.


Texte :

Vu la requête, enregistrée au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat le 17 juillet 1987, présentée par M. X..., demeurant ... ; M. X... demande au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler le jugement en date du 22 avril 1987 par lequel le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande tendant à l'annulation de sa notation pour 1986 ;
2°) d'annuler cette notation et de lui donner communication du rapport du proviseur du lycée d'Albi du 25 mars 1986 ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 ;
Vu la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 ;
Vu le décret du 27 octobre 1938 relatif aux surveillants d'externat ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de Mlle Valérie Roux, Auditeur,
- les conclusions de M. Fratacci, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que les notes attribuées à M. X... pour l'année 1985-1986 par le proviseur du lycée Bellevue à Albi ont constitué la décision de notation de ce surveillant d'externat et non une simple mesure préparatoire ; que cette décision avait le caractère d'une décision faisant grief, susceptible de faire l'objet d'un recours pour excès de pouvoir ; que M. X... est fondé par suite à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Toulouse a rejeté comme irrecevable sa demande tendant à l'annulation de ladite décision ;
Considérant qu'il y a lieu d'évoquer et de statuer immédiatement sur la demande présentée par M. X... devant le tribunal administratif de Toulouse ;
Considérant, en premier lieu, qu'en l'absence de texte relatif à la notation des surveillants d'externat, il appartient au chef de service sous l'autorité duquel ces agents sont placés de procéder à leur notation ; que le proviseur du lycée Bellevue où était affecté M. X... ayant cette qualité, était compétent pour noter le requérant ;
Considérant, en deuxième lieu, que si M. X... soutient que la fiche de notation qui lui a été communiquée, ne comportait pas d'appréciation générale, il résulte de l'examen de ce document que ce moyen manque en fait ;
Considérant qu'il résulte des pièces du dossier qu'en abaissant d'un point en 1985-1986 la note qui avait été attribuée à M. X... l'année précèdente, le proviseur n'a pas commis une erreur manifeste d'appréciation ; que le détournement de pouvoir allégué n'est pas établi ; qu'il résulte de ce qui précède que M. X... n'est pas fondé à demander l'annulation de la note qui lui a été attribuée pour 1985-1986 ;

Considérant enfin que si M. X... demande la communication du rapport du proviseur exposant les motifs qui l'ont conduit à baisser sa note, se conclusions sont devenues sans objet, le document en cause lui ayant été communiqué ;
Article 1er : Il n'y a pas lieu de statuer sur les conclusions de la requête tendant à la communication du rapport du proviseur du Lycée d'Albi en date du 25 mars 1986.
Article 2 : Le jugement du tribunal administratif de Toulouse en date du 22 avril 1987 est annulé.
Article 3 : La demande présentée par M. X... devant le tribunal administratif de Toulouse et le surplus des conclusions de sa requête sont rejetés.
Article 4 : La présente décision sera notifiée à M. X... et au ministre d'Etat, ministre de l'éducation nationale et de la culture.


Publications :

Proposition de citation: CE, 22 janvier 1993, n° 89483
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mlle Valérie Roux
Rapporteur public ?: Fratacci

Origine de la décision

Formation : 7 /10 ssr
Date de la décision : 22/01/1993

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.