Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 1 / 4 ssr, 28 janvier 1994, 141111

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 141111
Numéro NOR : CETATEXT000007834694 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1994-01-28;141111 ?

Analyses :

TRAVAIL ET EMPLOI - CONDITIONS DE TRAVAIL.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire enregistrés les 7 septembre 1992 et 9 décembre 1992 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour la FEDERATION DES SERVICES CFDT, dont le siège est ... (75019), tendant à l'annulation du décret n° 92-660 du 13 juillet 1992 relatif aux bulletins de paie de certains salariés et modifiant le code du travail ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code du travail et notamment ses articles R.143-2 et R.143-3 ;
Vu le décret n° 74-840 du 4 octobre 1974 portant publication de la charte sociale européenne ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Aprés avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Faure, Maître des Requêtes,
- les observations de la SCP Masse-Dessen, Georges, Thouvenin, avocat de la FEDERATION DES SERVICES CFDT,
- les conclusions de M. Le Chatelier, Commissaire du gouvernement ;

Sur le moyen tiré de ce que le décret attaqué n'aurait pas fait l'objet d'une consultation préalable des partenaires sociaux :
Considérant qu'aucune disposition législative ou réglementaire n'oblige le Gouvernement à procéder à une consultation préalable des partenaires sociaux avant d'édicter des règles relatives à la simplification des bulletins de paie des salariés ; qu'une telle consultation n'est pas davantage rendue obligatoire par les stipulations de l'article 6 de la charte sociale européenne qui se borne à inviter les Etats à favoriser et à promouvoir la négociation collective ; que, dès lors, le moyen susénoncé n'est pas fondé ;
Sur le moyen tiré de ce que le décret attaqué serait contraire aux dispositions de la convention collective nationale des employés de maison du 3 juin 1980 :
Considérant qu'en introduisant, par le décret attaqué du 13 juillet 1992, un article R.143-3 dans le code du travail le Gouvernement a entendu modifier les dispositions de l'article R.143-2 du même code relatives aux mentions devant figurer sur les bulletins de paie des assistantes maternelles agréées employées par des particuliers et des salariés liés par un contrat à une personne physique pour un service rendu à domicile ; que si la convention collective nationale des employés de maison du 3 juin 1980 reprenait les dispositions de l'article R.143-2, cette circonstance ne faisait par obstacle à ce que le Gouvernement exerce son pouvoir réglementaire en modifiant cet article ; que, par suite, le moyen doit être écarté ;
Sur le moyen tiré de ce que le décret attaqué porterait atteinte à l'égalité des salariés :

Considérant que le décret attaqué qui édicte des règles de simplification du bulletin de salaire pour une catégorie d'emplois, à savoir les employés à domicile par des personnes physiques ainsi que les assistantes maternelles agréées n'est pas contraire au principe d'égalité des salariés placés dans les mêmes conditions d'emploi ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que la FEDERATION DES SERVICES CFDT n'est pas fondée à demander l'annulation du décret du 13 juillet 1992 susvisé ;
Article 1er : La requête de la FEDERATION DES SERVICES CFDT est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à la FEDERATION DES SERVICES CFDT, au Premier ministre et au ministre du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle.

Références :

Code du travail R143-2, R143-3
Décret 92-660 1992-07-13 décision attaquée confirmation


Publications :

Proposition de citation: CE, 28 janvier 1994, n° 141111
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Faure
Rapporteur public ?: Le Chatelier

Origine de la décision

Formation : 1 / 4 ssr
Date de la décision : 28/01/1994

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.