Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5 / 3 ssr, 08 juillet 1994, 132295

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 132295
Numéro NOR : CETATEXT000007865344 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1994-07-08;132295 ?

Analyses :

POLICE ADMINISTRATIVE - OBJET DES MESURES DE POLICE - CIRCULATION ET STATIONNEMENT - CIRCULATION - CIRCULATION DES VEHICULES - MESURES D'INTERDICTION.


Texte :

Vu la requête enregistrée le 9 décembre 1991au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat présentée pour l'ASSOCIATION DES LOUEURS DE SCOOTERS SAINTOIS, dont le siège est à Terre-de-Haut Les Saintes (97137), représentée par son président en exercice ; l'ASSOCIATION DES LOUEURS DE SCOOTERS SAINTOIS demande au Conseil d'Etat :
1° d'annuler le jugement du 10 octobre 1991 par lequel le tribunal administratif de Basse-Terre a rejeté sa demande tendant à l'annulation et au sursis à exécution des arrêtés en date des 4 avril et 21 mai 1991 par lesquels le maire de Terre-de-Haut a, d'une part interdit la circulation des véhicules à moteur terrestres dans le périmètre du bourg de la commune et, d'autre part limité cette interdiction de 9 h à 12 h et de 14 h à 16 h ;
2° d'annuler pour excès de pouvoir ces arrêtés ;
3° de condamner la commune à lui verser la somme de 15 000 F au titre de l'article 75-I de la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code des communes ;Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Jactel, Auditeur,
- les observations de la SCP Delaporte, Briard, avocat de l'ASSOCIATION DES LOUEURS DE SCOOTERS SAINTOIS et de la SCP Célice, Blancpain, avocat de la commune de Terre-de-Haut ;
- les conclusions de M. Daël, Commissaire du gouvernement ;

Sur les conclusions dirigées contre l'arrêté n° 91-06 du 4 avril 1991 :
Considérant qu'en vertu des dispositions de l'article R.102 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel : "Sauf en matière de travaux publics, le tribunal administratif ne peut être saisi que par voie de recours formé contre une décision, et ce, dans les deux mois à partir de la notification ou de la publication de la décision attaquée" ;
Considérant que l'arrêté du 4 avril 1991 par lequel le maire de la commune de Terre-de-Haut a interdit, sauf aux riverains, la circulation des véhicules terrestres à moteur dans le périmètre du bourg de la commune, présente un caractère général ; que, dès lors, le délai de recours contentieux a commencé à courir à compter du jour de sa publication ou de son affichage ;
Considérant que par une attestation en date du 30 juillet 1991 un gardien de police municipale certifie que l'arrêté litigieux a bien été affiché à la mairie de Terre-de-Haut sur les panneaux prévus à cet effet le 5 avril à 9 heures ; que le délai pour présenter un recours pour excès de pouvoir devant le tribunal administratif expirait le 6 juin suivant ; qu'il est constant que la requête de l'ASSOCIATION DES LOUEURS DE SCOOTERS SAINTOIS n'a été enregistrée au greffe du tribunal administratif de Basse-Terre que le 28 juin 1991 ; que la circonstance que l'arrêté du 4 avril 1991 a été notifié à l'association requérante ne saurait avoir pour effet de proroger à son égard le délai de recours contentieux ; que dès lors l'association n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que le tribunal administratif, dont le jugement sur ce point est suffisamment motivé, a constaté que sa demande dirigée contre l'arrêté n° 91-06 du 4 avril 1991 avait été présentée tardivement et l'a, pour ce motif, déclarée irrecevable ;
Sur les conclusions dirigées contre l'arrêté du 21 mai 1991 :Sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens de la requête :

Considérant qu'en vertu des dispositions de l'article L.131-4 du code des communes, "le maire peut, par arrêté motivé, eu égard aux nécessités de la circulation : 1° Interdire à certaines heures l'accès de certaines voies de l'agglomération ..." ; que pour motiver son arrêté du 21 mai 1991, le maire de Terre-de-Haut s'est borné à citer le code des communes "notamment les articles L.131-3 et L.131-4" ; qu'il n'a pas précisé les circonstances de fait justifiant l'application à la commune de Terre-de-Haut d'une interdiction de la circulation des véhicules à moteurs terrestres de 9h à 12h et de 14h à 16h ; que dès lors, le maire n'a pas satisfait à l'obligation de motiver sa décision qui lui était faite par l'article L.131-4 du code des communes précité ; qu'ainsi les requérants sont fondés à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Basse-Terre a refusé d'annuler cette décision ;
Sur les conclusions tendant à l'application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 11 juillet 1991 :
Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce de faire application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 11 juillet 1991 et de condamner la commune de Terre-de-Haut à payer à l'ASSOCIATION DES LOUEURS DE SCOOTERS SAINTOIS la somme de 15 000 F qu'elle demande au titre des sommes exposées par elle et non comprises dans les dépens ;
Article 1er : L'arrêté du 21 mai 1991 est annulé.
Article 2 : Le jugement du tribunal administratif de Basse-Terre est annulé en tant qu'il a rejeté les conclusions de la demande dirigées contre l'arrêté du 21 mai 1991.
Article 3 : Le surplus des conclusions de la requête est rejeté.
Article 4 : La commune de Terre-de-Haut versera à l'ASSOCIATION DES LOUEURS DE SCOOTERS SAINTOIS une somme de 15 000 F au titre de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991.
Article 5 : La présente décision sera notifiée à l'ASSOCIATION DES LOUEURS DE SCOOTERS SAINTOIS, à la commune de Basse-Terre et au ministre des départements et territoires d'outre-mer.

Références :

Code des communes L131-4
Code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel R102
Loi 91-647 1991-07-11 art. 75


Publications :

Proposition de citation: CE, 08 juillet 1994, n° 132295
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Jactel
Rapporteur public ?: Daël

Origine de la décision

Formation : 5 / 3 ssr
Date de la décision : 08/07/1994

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.