Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6 / 2 ssr, 30 novembre 1994, 100875

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 100875
Numéro NOR : CETATEXT000007865701 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1994-11-30;100875 ?

Analyses :

SANTE PUBLIQUE - ETABLISSEMENTS PUBLICS D'HOSPITALISATION - PERSONNEL - PERSONNEL ADMINISTRATIF.


Texte :

Vu, 1°) sous le n° 100 875, la requête sommaire et le mémoire complémentaire enregistrés les 9 août 1988 et 9 décembre 1988 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE, dont le siège est ... (13292), représentée par son directeur général en exercice à ce dûment habilité ; l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE demande que le Conseil d'Etat :
- annule le jugement du 25 mai 1988 par lequel le tribunal administratif de Marseille a annulé pour excès de pouvoir, à la demande de Mme Y..., d'une part, l'arrêté du directeur de l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE en date du 18 octobre 1985 prononçant la réintégration de Mme Y... et la plaçant en congé sans traitement du 7 novembre 1983 au 21 octobre 1985, d'autre part, l'arrêté du même jour suspendant Mme Y... à compter du 21 octobre 1985 et l'arrêté du 6 décembre 1985 prononçant le licenciement de Mme Y... pour insuffisance professionnelle ;
- rejette la demande de Mme Y... ;
Vu, 2°) sous le n° 130 502, la requête enregistrée le 30 octobre 1991 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée pour l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE, dont le siège est ... (13292), représentée par son directeur général en exercice à ce dûment habilité ; l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE demande que le Conseil d'Etat annule le jugement du 20 juin 1991 par lequel letribunal administratif de Marseille l'a condamnée à verser une indemnité de 265 790 F, augmentée des intérêts à compter du 7 novembre 1988, en réparation du préjudice financier subi par Mme Y..., une indemnité de 20 000 F au titre du préjudice moral et une de 3 000 F au titre de l'article R.222 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu les autres pièces des dossiers ;
Vu le code de la santé publique ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Piveteau, Auditeur,
- les observations de la SCP Coutard, Mayer, avocat de l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE et de Me Roue-Villeneuve, avocat de Mme Sylviane Dian Y...,
- les conclusions de M. Sanson, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que les requêtes enregistrées sous les n° 100 875 et 130 502 ont un lien de connexité et présentent à juger des questions semblables ; qu'il y a lieu, par suite, de retenir la compétence du Conseil d'Etat pour connaître de l'ensemble de ces deux affaires et d'y statuer par une seule décision ;
Sur la requête n° 100 875 :
Sur la légalité de l'arrêté du directeur général de l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE en date du 18 octobre 1985 plaçant Mme Y... en congé sans traitement du 7 novembre 1983 au 21 octobre 1985 :
Considérant que l'annulation par le jugement du tribunal administratif de Marseille en date du 21 octobre 1985, devenu définitif, du licenciement pour insuffisance professionnelle de Mme Y... prononcé le 8 août 1983 faisait obligation à l'administration de l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE de remettre l'intéressée dans la situation où elle se trouvait à l'époque où est intervenue la mesure illégale qui est réputée n'être jamais intervenue et de procéder à la reconstitution de sa carrière dans les conditions où elle aurait normalement dû se poursuivre si aucune irrégularité n'avait été commise ; qu'à la date à laquelle elle a été licenciée pour la première fois, Mme Y... était en position d'activité ; qu'en procédant à sa réintégration à compter du 21 octobre 1985 mais en la plaçant, rétroactivement, en congé sans traitement pour la période allant de son licenciement illégal à cette réintégration sans procéder à la reconstitution de sa carrière, le directeur de l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE a méconnu l'étendue de ses obligations ;
Sur la légalité de l'arrêté du 18 octobre 1985 suspendant Mme Y... de ses fonctions d'infirmière diplômée d'Etat à compter du 21 octobre 1985 :
Considérant qu'aux termes du premier alinéa de l'article L.845 du code de la santé publique dans sa rédaction en vigueur à l'époque des faits : "En cas de faute grave commise par l'agent, qu'il s'agisse d'un manquement à ses obligations professionnelles ou d'une infraction de droit commun, l'auteur de cette faute peut être immédiatement suspendu" ;

Considérant que plusieurs rapports, émanant de chefs de service ou de surveillants-chef différents, établis à des époques différentes, relèvent à l'encontre de Mme Y... des fautes d'asepsie, de manque de soins, d'inattention à l'égard des malades et de négligences dans l'organisation de son travail, notamment dans la transmission aux autres équipes de soins des informations nécessaires à la bonne conduite du traitement des malades hospitalisés ; que, contrairement à ce qu'ont énoncé les premiers juges, ces faits ressortent des pièces du dossier et ne sont pas sérieusement contestés ; que la circonstance que Mme Y... souffrait d'une affection rhumatoïde est sans influence sur la gravité des faits qui lui sont reprochés ; qu'au demeurant, elle a été reconnue apte à l'exercice de ses fonctions d'infirmière par un médecin du travail ; qu'il suit de là que les fautes reprochées à Mme Y..., bien qu'elle n'ait pas repris ses fonctions à compter de l'annulation de son licenciement, présentent un caractère de gravité suffisant, eu égard au danger qu'un tel comportement faisait courir aux malades, pour justifier légalement sa suspension ;
Sur la légalité de l'arrêté du 6 décembre 1985 prononçant le licenciement de Mme Y... pour insuffisance professionnelle :
Considérant qu'aux termes du 1er alinéa de l'article L.888 du code de la santé publique dans sa rédaction en vigueur à l'époque des faits : "L'agent qui fait preuve d'insuffisance professionnelle et qui ne peut être reclassé dans un autre service ou dans un autre établissement peut, soit être admis à faire valoir ses droits à la retraite, soit être licencié. La décision est prise par l'autorité investie du pouvoir de nomination après observation des formalités prescrites en matière disciplinaire" ;
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier et notamment du procès-verbal de la réunion du conseil de discipline réuni le 13 novembre 1985, qu'un membre de la direction du centre hospitalier de la Timone, où exerçait Mme Y..., a assisté à l'intégralité des débats devant le conseil de discipline et ne s'est pas retiré pour la délibération, arguant du fait qu'il exerçait des fonctions au secrétariat du conseil de discipline ; mais qu'il est constant que Melle X..., directeur du personnel de l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE, exerçait esqualités, le secrétariat dudit conseil ; que la seule présence aux délibérations d'une personne qui n'était pas membre du conseil de discipline a eu pour effet d'entacher d'irrégularité l'avis émis par cet organisme ; que la circonstance que cette personne n'ait pas pris part au délibéré est sans influence sur l'irrégularité ainsi commise ;
Considérant que de ce qu'il précède il résulte que l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que le tribunal administratif de Marseille a annulé les arrêtés des 18 octobre 1985 plaçant Mme Y... en congé sans traitement et du 6 décembre 1985 licenciant l'intéressée pour insuffisance professionnelle ; qu'en revanche, elle est fondée à demander l'annulation de l'article 3 du jugement du 25 mai 1988, par lequel le tribunal administratif a prononcé l'annulation de l'arrêté du 18 octobre 1985 prononçant la suspension de Mme Y... à compter du 21 octobre 1985 ;
Sur la requête n° 130 502 :

Considérant que, par la présente décision, le Conseil d'Etat statuant aucontentieux confirme l'illégalité de l'arrêté du directeur de l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE en date du 6 décembre 1985 licenciant Mme Y... de ses fonctions d'infirmière diplômée d'Etat pour insuffisance professionnelle ;
Considérant que l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE n'apporte aucun élément de nature à établir que le tribunal administratif de Marseille aurait fait une évaluation exagérée des préjudices subis par Mme Y... du fait de son licenciement illégal ;
Considérant que c'est à bon droit que les premiers juges ont attribué à Mme Y... la somme de 3 000 F sur le fondement de l'article R.222 du code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la requête n° 130 502 de l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE doit être rejetée ;
Article 1er : L'article 3 du jugement du tribunal administratif de Marseille en date du 25 mai 1988 est annulé.
Article 2 : La demande présentée par Mme Y... devant le tribunal administratif de Marseille tendant à l'annulation de l'arrêté du 18 octobre 1985 par lequel le directeur de l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE l'a suspendue de ses fonctions est rejetée.
Article 3 : Le surplus des conclusions de la requête n° 100 875 et la requête n° 130 502 de l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE sont rejetés.
Article 4 : La présente décision sera notifiée à l'ASSISTANCE PUBLIQUE A MARSEILLE, à Mme Sylviane Y... et au ministre d'Etat, ministre des affaires sociales, de la santé et de la ville.

Références :

Code de la santé publique L845, L888
Code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel R222


Publications :

Proposition de citation: CE, 30 novembre 1994, n° 100875
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Piveteau
Rapporteur public ?: M. Sanson

Origine de la décision

Formation : 6 / 2 ssr
Date de la décision : 30/11/1994

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.