Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6 / 2 ssr, 23 octobre 1995, 142158

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 142158
Numéro NOR : CETATEXT000007856527 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1995-10-23;142158 ?

Analyses :

ETRANGERS - EXPULSION.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat les 21 octobre 1992 et 5 novembre 1992, présentés pour M. Kassoum X..., demeurant ... ; M. X... demande au Conseil d'Etat :
1° d'annuler le jugement en date du 1er juillet 1992 par lequel le tribunal administratif de Paris a, d'une part, rejeté les conclusions de l'exposant tendant à ce qu'il soit sursis à l'arrêté en date du 24 février 1992 par lequel le préfet de police de Paris a rejeté sa demande de carte de résident et l'a invité à quitter le territoire français, d'autre part, omis de statuer sur les conclusions à fin d'annulation dudit arrêté ;
2° d'ordonner qu'il sera sursis à l'exécution de l'arrêté préfectoral du 24 février 1992 ;
3° de renvoyer au tribunal administratif la requête d'annulation qui a été improprement qualifiée, pour qu'elle soit enregistrée et instruite dans des conditions régulières ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;
Vu l'ordonnance n° 45-2658 du 2 novembre 1945 modifiée ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de Mlle de Silva, Auditeur,
- les observations de la SCP Lyon-Caen, Fabiani, Thiriez, avocat de M. Kassoum X...,
- les conclusions de M. Sanson, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que M. X... a expressément saisi le tribunal administratif de Paris -et contrairement à ce que ce dernier a estimé- de conclusions tendant, d'une part, à l'annulation de l'arrêté du 24 février 1992 par lequel le préfet de police de Paris a rejeté sa demande de carte de résident et l'a invité à quitter le territoire français et, d'autre part, à ce qu'il soit sursis à l'exécution de cet arrêté ;
Mais considérant que M. X... n'établit pas être entré et avoir séjourné sur le territoire français de façon régulière ; que, par décision du 30 novembre 1989, le directeur de l'Office français des réfugiés et apatrides a refusé de lui reconnaître la qualité de réfugié ; que le recours formé contre cette décision a été rejeté par la commission des recours des réfugiés le 11 septembre 1991 ; qu'à cette date, l'autorisation provisoire de séjour délivrée à M. X... s'est trouvée résiliée ; que le maintien de l'arrêté attaqué, par lequel le préfet de police de Paris lui a refusé la délivrance d'une carte de résident en tant que réfugié politique et l'a invité à quitter le territoire national, n'entraîne aucune modification dans la situation de droit ou de fait du requérant telle qu'elle se présentait à la date où cet arrêté a été pris ; que, par suite, M. X... n'est pas fondé à se plaindre que par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Paris ait rejeté ses conclusions tendant à ce qu'il soit sursis à l'exécution dudit arrêté ;
Considérant, par ailleurs, que le tribunal administratif qui, par le jugement attaqué, a statué sur les conclusions à fin de sursis de l'arrêté du 24 février 1992, n'était pas tenu de se prononcer sur les conclusions à fin d'annulation dudit arrêté, conclusions qu'il lui appartiendra d'examiner ultérieurement ;
Article 1er : Les conclusions de la requête M. X... tendant à l'annulation du jugement attaqué sont rejetées.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Kassoum X..., au président du tribunal administratif de Paris et au ministre de l'intérieur.


Publications :

Proposition de citation: CE, 23 octobre 1995, n° 142158
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mlle de Silva
Rapporteur public ?: M. Sanson

Origine de la décision

Formation : 6 / 2 ssr
Date de la décision : 23/10/1995

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.