Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 10 ss, 08 novembre 1995, 163218

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 163218
Numéro NOR : CETATEXT000007882258 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1995-11-08;163218 ?

Analyses :

ELECTIONS - ELECTIONS AU CONSEIL GENERAL - ELECTIONS A LA COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL.

ELECTIONS - ELECTIONS AU CONSEIL GENERAL - ELECTIONS A LA COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL - ELECTION DU PRESIDENT.


Texte :

Vu la requête enregistrée le 29 novembre 1994 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Jean-Bernard X... demeurant ... Appt 42 Le Messidor au Port (97420) ; M. X... demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement en date du 28 septembre 1994 par lequel le tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion a rejeté sa protestation tendant à l'annulation de l'élection de M. Y... en qualité de président du conseil général de la Réunion et de la désignation des membres de la commission permanente ;
2°) annule l'élection de M. Y... en qualité de président du conseil général de la Réunion ;
3°) annule la désignation des membres de la commission permanente ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 82-213 du 2 mars 1982, notamment ses articles 38 et 44 ;
Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Ollier, Auditeur,
- les conclusions de M. Combrexelle, Commissaire du gouvernement ;

Considérant, d'une part, que l'élection de M. Christophe Y... à la présidence du conseil général de la Réunion a été acquise par 26 voix contre 21 à l'issue du scrutin qui s'est déroulé le 4 avril 1994 ; que la circonstance qu'une délégation de vote aurait été irrégulièrement accordée par un conseiller général à un de ses collègues, à la supposer établie, n'aurait pas été de nature, compte tenu de l'écart des voix, à modifier le résultat du scrutin ;
Considérant, d'autre part, qu'il résulte de l'instruction qu'une seule candidature avait été déposée pour chaque poste à pourvoir au sein de la commission permanente lors de la séance du 4 avril 1994 ; que par suite les nominations des membres de la commission permanente prenaient effet immédiatement, conformément à l'article 38 de la loi du 2 mars 1982, sans qu'il y eût lieu de procéder à un vote ; que la circonstance ci-dessus mentionnée qu'une délégation de vote aurait été irrégulièrement consentie, à la supposer établie, eût par suite été sans influence sur la désignation des membres de la commission permanente ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. X... n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'élection de M. Y... en qualité de président du conseil général de la Réunion et de la désignation des membres de la commission permanente ;
Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire application des dispositions de l'article 75-I de la loi susvisée du 10 juillet 1991 et de condamner M. X... à payer à M. Y... une somme de 10 000 F au titre des sommes exposées par lui et non comprises dans les dépens ;
Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : M. X... est condamné à payer à M. Y... une somme de 10 000 F au titre de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991.
Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Jean-Bernard X..., à M. Y... et au ministre de l'outre-mer.

Références :

Loi 82-213 1982-03-02 art. 38
Loi 91-647 1991-07-10 art. 75


Publications :

Proposition de citation: CE, 08 novembre 1995, n° 163218
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Ollier
Rapporteur public ?: M. Combrexelle

Origine de la décision

Formation : 10 ss
Date de la décision : 08/11/1995

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.