Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 4 ss, 29 décembre 1995, 124838

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 124838
Numéro NOR : CETATEXT000007890923 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1995-12-29;124838 ?

Analyses :

ENSEIGNEMENT - QUESTIONS GENERALES - EXAMENS ET CONCOURS - JURY - DELIBERATIONS.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 6 avril 1991 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Jean-Pierre X..., demeurant 28 place Neuve, à Le Lude (72800) ; M. X... demande au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler le jugement en date du 7 février 1991, par lequel le tribunal administratif de Nantes a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du président du jury, en date du 6 juillet 1990, refusant de délivrer à sa fille Sylvie le baccalauréat du second degré, ensemble la décision confirmative, en date du 12 juillet 1990, du recteur de l'académie de Nantes ;
2°) d'annuler lesdites décisions ;
3°) d'enjoindre à l'administration de délivrer le baccalauréat du second degré à sa fille Sylvie ;
4°) de condamner l'Etat à lui verser une indemnité de 200 000 F au titre du préjudice subi ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 80-539 du 16 juillet 1980 modifiée ;
Vu le décret n° 62-1173 du 29 septembre 1962 modifié ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Raynaud, Auditeur,
- les conclusions de M. Schwartz, Commissaire du gouvernement ;

Sur les conclusions tendant d'une part à l'annulation du certificat de fin d'études supérieures et d'autre part au versement d'une indemnité de 200 000 F :
Considérant que les conclusions susanalysées constituent des demandes nouvelles qui ne sont pas recevables en appel ;
Sur les autres conclusions :
Considérant que le président du jury du baccalauréat a fait connaître à Mlle X..., par un télégramme du 6 juillet 1990, la décision d'ajournement prononcée par ledit jury ; qu'ainsi les conclusions susanalysées doivent être regardées comme tendant d'une part à l'annulation de la délibération dudit jury, en date du 5 juillet 1990, refusant l'admission de Mlle X... au baccalauréat du second degré, ensemble la décision confirmative du recteur, et d'autre part à la prescription d'une mesure d'exécution sur le fondement de l'article 6-1 de la loi du 16 juillet 1980 susvisée ;
Considérant qu'aux termes de l'article 3 du décret du 29 septembre 1962 susvisé, alors en vigueur : "Le diplôme de bachelier de l'enseignement du second degré est délivré par le ministre de l'éducation nationale dans les formes déterminées par les lois et règlements" ; que ce diplôme ne peut être attribué qu'aux candidats qui ont subi avec succès les épreuves d'examen réglementaires devant un jury désigné par le recteur d'académie ; que l'admission d'un candidat est prononcée au vu de la délibération dudit jury ; qu'il est constant que le jury, dans sa délibération du 5 juillet 1990, a refusé l'admission de Mlle X... ; que l'erreur matérielle qui a entaché la liste des résultats affichée au centre d'examen le 5 juillet 1990 est sans incidence sur la légalité de ladite décision ; qu'il ne ressort pas des pièces du dossier que le jury aurait omis d'examiner le livret scolaire de Mlle X... ; que le détournement de pouvoir allégué n'est pas établi ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X... n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Nantes a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du jury refusant de délivrer à sa fille Sylvie le baccalauréat du second degré, ensemble la décision confirmative, en date du 12 juillet 1990, du recteur de l'académie de Nantes ;
Considérant, par suite, que les conclusions tendant à ce que le Conseil d'Etat prescrive à l'administration de délivrer à Mlle X... le baccalauréat du second degré ne peuvent qu'être rejetées ;
Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Jean-Pierre X..., au recteur de l'académie de Nantes et au ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Références :

Décret 62-1173 1962-09-29 art. 3
Loi 80-539 1980-07-16 art. 6-1


Publications :

Proposition de citation: CE, 29 décembre 1995, n° 124838
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Raynaud
Rapporteur public ?: M. Schwartz

Origine de la décision

Formation : 4 ss
Date de la décision : 29/12/1995

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.