Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5 / 3 ssr, 29 décembre 1995, 148627

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 148627
Numéro NOR : CETATEXT000007902127 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1995-12-29;148627 ?

Analyses :

POLICE ADMINISTRATIVE - POLICE GENERALE - CIRCULATION ET STATIONNEMENT - PERMIS DE CONDUIRE - SUSPENSION.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 4 juin 1993 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Maurice X..., demeurant ... ; M. X... demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 23 mars 1993 par lequel le tribunal administratif de Versailles a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 2 août 1991 du sous-préfet de l'arrondissement de Pontoise suspendant la validité de son permis de conduire pendant un mois ;
2°) annule ledit arrêté ;
3°) accorde à l'exposant 768 163,58 F de dommages et intérêts ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales ;
Vu le code de la route ;
Vu la loi n° 75-624 du 11 juillet 1975, complétée et modifiée par la loi n° 86-76 du 17 janvier 1986 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Vidal, Conseiller d'Etat,
- les conclusions de M. Descoings, Commissaire du gouvernement ;

Sur la légalité de l'arrêté du sous-préfet de Pontoise en date du 2 août 1991 :
Considérant qu'aux termes de l'article L. 18 alinéa 2 du code de la route : " ... La décision intervient sur avis d'une commission spéciale, après que le conducteur ou son représentant aura été mis en mesure de prendre connaissance de son dossier, y compris le rapport, et de présenter sa défense" ; que l'article R. 268-5 alinéa 2 précise que : " ... la commission entend le conducteur ou son mandataire, s'il est représenté, ou prend connaissance des explications écrites qu'il a adressées" ;
Considérant qu'il résulte des pièces du dossier que M. X... avait, par lettre recommandée avec avis de réception, fait parvenir, en temps utile, ses observations écrites à la commission de suspension du permis de conduire ; que, néanmoins, l'arrêté du 2 août 1991, pris par le sous-préfet de l'arrondissement de Pontoise sur avis rendu la veille par la commission de suspension du permis de conduire, mentionne expressément "le défaut d'explications" de l'intéressé ; qu'il ne résulte du dossier ni que cette mention soit, comme le soutient l'administration, le résultat d'une simple erreur matérielle, ni que les observations de M. X... aient été portées à la connaissance de la commission ;
Considérant, dans ces conditions, que l'arrêté litigieux a été pris sur la base d'une procédure irrégulière ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède, et sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens invoqués dans sa requête, que M. X... est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Versailles a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision prise à son égard par le sous-préfet de Pontoise ;
Sur les conclusions à fin d'indemnisation :
Considérant que M. X... fait valoir qu'il a subi du fait de la suspension de son permis de conduire différents préjudices dont il demande réparation ;
Considérant que le vice de procédure qui a entaché d'illégalité la décision de suspension du permis de conduire ne peut être regardé comme la cause des préjudices allégués ; que, dès lors, les conclusions à fin d'indemnité présentées par le requérant ne peuvent être accueillies ;
Article 1er : Le jugement du 23 mars 1993 du tribunal administratif de Versailles en tant qu'il rejette les conclusions de la demande de M. X... tendant à l'annulation de l'arrêté pris le 2 août 1991 par le sous-préfet de Pontoise et ledit arrêté sont annulés.
Article 2 : Le surplus des conclusions de la requête de M. X... est rejeté.
Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Maurice X... et au ministre de l'intérieur.

Références :

Code de la route L18, R268-5


Publications :

Proposition de citation: CE, 29 décembre 1995, n° 148627
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Vidal
Rapporteur public ?: M. Descoings

Origine de la décision

Formation : 5 / 3 ssr
Date de la décision : 29/12/1995

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.