Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5 ss, 12 janvier 1996, 115254

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 115254
Numéro NOR : CETATEXT000007880080 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1996-01-12;115254 ?

Analyses :

AGRICULTURE - CHASSE ET PECHE - REMEMBREMENT FONCIER AGRICOLE - ATTRIBUTIONS ET COMPOSITION DES LOTS - AMELIORATION DES CONDITIONS D'EXPLOITATION.

AGRICULTURE - CHASSE ET PECHE - REMEMBREMENT FONCIER AGRICOLE - ATTRIBUTIONS ET COMPOSITION DES LOTS - PARCELLES DEVANT OU NON ETRE REATTRIBUEES A LEURS PROPRIETAIRES (ARTICLE 20 DU CODE RURAL) - IMMEUBLES A UTILISATION SPECIALE.

AGRICULTURE - CHASSE ET PECHE - REMEMBREMENT FONCIER AGRICOLE - COMMISSIONS DE REMEMBREMENT - COMMISSION DEPARTEMENTALE - COMPOSITION.

AGRICULTURE - CHASSE ET PECHE - REMEMBREMENT FONCIER AGRICOLE - COMMISSIONS DE REMEMBREMENT - COMMISSION DEPARTEMENTALE - POUVOIRS.

VOIRIE - COMPOSITION ET CONSISTANCE - CHEMINS RURAUX.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat les 6 mars 1990 et 6 juillet 1990, présentés pour M. Michel Y..., demeurant 25, rue A. et M. X... à Magny-en-Vexin (95420) ; M. Y... demande au Conseil d'Etat :
1° d'annuler le jugement en date du 19 décembre 1989 par lequel le tribunal administratif de Versailles a rejeté sa requête tendant à l'annulation de la décision du 29 novembre 1984 de la commission départementale d'aménagement foncier du Val d'Oise relative aux opérations de remembrement de la commune de Magny-en-Vexin ;
2° d'annuler pour excès de pouvoir ladite décision ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code rural ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Keller, Auditeur,
- les observations de la SCP Peignot, Garreau, avocat de M. Michel Y...,
- les conclusions de M. Descoings, Commissaire du gouvernement ;

Sur le moyen tiré de l'illégalité externe de la décision attaquée :
Considérant qu'il est constant que, lors de sa délibération du 29 novembre 1984, la commission départementale d'aménagement foncier du Val d'Oise était régulièrement composée ; qu'aucune disposition législative ou réglementaire ne prévoit que l'extrait du procèsverbal de ladite délibération adressé au requérant aurait dû être signé et mentionner la composition de ladite commission ; que, si le requérant soutient que la décision attaquée méconnaît les dispositions du décret du 7 janvier 1942, il n'apporte aucun élément permettant d'apprécier le bien fondé de ce moyen ; que, dès lors, le moyen tiré de l'illégalité externe de la décision attaquée doit être rejeté ;
Sur le moyen tiré de la méconnaissance de l'article 19 du code rural :
Considérant qu'aux termes de l'article 19 du code rural, dans sa rédaction applicable à l'espèce : "Le remembrement ( ...) a principalement pour but, par la constitution d'exploitations rurales d'un seul tenant ou à grandes parcelles bien groupées, d'améliorer l'exploitation agricole des biens qui y sont soumis. Il doit également avoir pour objet l'aménagement rural du périmètre dans lequel il est mis en oeuvre" ;
Considérant que l'amélioration prévue par les dispositions précitées s'apprécie non pas parcelle par parcelle, mais pour l'ensemble de l'exploitation ; qu'il ne ressort pas des pièces du dossier que les opérations de remembrement réalisées sur le territoire de la commune de Magny-en-Vexin ont été réalisées au détriment du requérant ; que les dispositions du "protocole d'accord" établi entre M. Y... et deux autres agriculteurs ne s'imposaient pas à la commission départementale ; que le requérant ne saurait utilement contester la légalité du remembrement des terres des autres propriétaires signataires dudit protocole ; qu'ainsi il n'est pas fondé à soutenir que la décision attaquée méconnaît les dispositions de l'article 19 du code rural ;
Sur le moyen tiré de la méconnaissance de l'article 20 du code rural :
Considérant qu'aux termes de l'article 20 3 du code rural, dans sa rédaction applicable à l'espèce : "Doivent être réattribués à leur propriétaire, sauf accord contraire, et ne subir que les modifications de limites indispensables à l'aménagement : ( ...) 5° De façon générale, les immeubles dont les propriétaires ne peuvent bénéficier de l'opération de remembrement, en raison de l'utilisation spéciale desdits immeubles" ;
Considérant que la circonstance que la parcelle ZK14, qui supportait une carrière désaffectée, ait pu servir de dépôt de cailloux ne saurait la faire regarder comme un immeuble à utilisation spéciale au sens des dispositions précitées ; qu'il s'ensuit que le requérant n'est pas fondé à demander que ladite parcelle lui soit réattribuée ;
Sur le moyen tiré de la méconnaissance de l'article 26 du code rural :

Considérant qu'aux termes de l'article 26 du code rural, dans sa rédaction applicable à l'espèce : "La commission communale, au cours des opérations de délimitation des ouvrages faisant partie du domaine communal, propose à l'approbation du conseil municipal l'état : 1° Des chemins ruraux susceptibles d'être supprimés, dont l'assiette peut être comprise dans les terres à remembrer au titre de propriété privée de la commune ; 2° Des modifications de tracé et d'emprise qu'il convient d'apporter au réseau des chemins ruraux et des voies communales. ( ...)" ;
Considérant qu'il résulte des dispositions ci-dessus qu'il n'appartient ni à la commission communale, ni à la commission départementale de procéder à la suppression ou à la modification de l'assiette d'un chemin rural ; qu'aucune disposition n'imposait à la commission départementale de proposer au conseil municipal la modification du tracé du chemin rural n° 9 demandée par le requérant, alors même qu'elle avait considéré que ladite modification était "réalisable" ; qu'ainsi le moyen tiré de ce que la décision attaquée aurait été prise en violation de l'article 26 du code rural n'est pas fondé ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. Y... n'est pas fondé à soutenir que la décision de la commission départementale d'aménagement foncier du Val d'Oise en date du 29 novembre 1984 est entachée d'excès de pouvoir ;
Article 1er : La requête de M. Y... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Michel Y... et au ministre de l'agriculture, de la pêche et de l'alimentation.

Références :

Code rural 19, 20, 26
Décret 1942-01-07


Publications :

Proposition de citation: CE, 12 janvier 1996, n° 115254
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Keller
Rapporteur public ?: M. Descoings

Origine de la décision

Formation : 5 ss
Date de la décision : 12/01/1996

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.