Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6 ss, 08 mars 1996, 172936

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 172936
Numéro NOR : CETATEXT000007934980 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1996-03-08;172936 ?

Analyses :

ELECTIONS - ELECTIONS MUNICIPALES.


Texte :

Vu la requête enregistrée au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 21 septembre 1995, présentée par M. Jean-Luc O..., demeurant 15 place Clément Ader à Cazères-sur-Garonne (31220) ; M. O... demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 24 juillet 1995 par lequel le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa demande tendant à l'annulation des opérations électorales auxquelles il a été procédé le 11 juin 1995 en vue de la désignation des conseillers municipaux de la commune de Cazères-sur-Garonne (Haute-Garonne) ;
2°) annule les opérations électorales susmentionnées ;
3°) lui alloue la somme de 10 000 F au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code électoral ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Benassayag, Conseiller d'Etat,
- les conclusions de M. Piveteau, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur la fin de non-recevoir soulevée par M. D... :
Considérant qu'il résulte de l'instruction que M. D... a, lors d'une réunion publique tenue le 9 juin 1995 avec les candidats de la liste "Poursuivons ensemble", indiqué qu'à la suite d'une erreur de saisie informatique, la commune de Cazères-sur-Garonne avait réglé, pendant plus d'une année, 19 factures à l'Union des commerçants et Artisans de Cazères (UCAC) dont les dirigeants figuraient sur la liste adverse alors que celles-ci provenaient de l'Union des Agriculteurs de Comminges (UAC) et que l'UCAC avait placé les sommes indûment perçues en conservant les intérêts après restitution desdites sommes à la commune ; que M. O... a eu la possibilité de s'exprimer lors de cette réunion ; qu'il n'a pas, à cette occasion, réfuté les faits exposés par M. D..., dont l'exactitude a d'ailleurs été établie au cours de l'instruction ; que, dès lors, alors même que le montant global des factures litigieuses se serait élevé à 24 276,50 F et non, comme M. D... l'avait mentionné, à "30 ou 40 000 F", les propos litigieux n'ont pas revêtu de caractère diffamatoire ; que par suite, ceux-ci ne peuvent être regardés comme ayant constitué une manoeuvre de nature à avoir altéré le résultat du scrutin ;
Considérant que de ce qui précède il résulte que M. O... n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Toulouse a rejeté sa protestation ;
Sur les conclusions tendant à l'application de l'article 75-1 de la loi du 10 juillet 1991 :
Considérant que les dispositions précitées font obstacle à ce que l'Etat soit condamné à verser à M. O... la somme qu'il demande ; qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire droit aux conclusions de M. D... tendant à ce que M. O... soit condamné à lui verser la somme qu'il demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;
Article 1er : La requête de M. O... est rejetée.
Article 2 : Les conclusions présentées par M. D... et tendant à l'application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 susvisée sont rejetées.
Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Jean-Luc O..., à M. F..., à M. D..., à M. J..., à M. Z..., à M. X..., à M. B..., à M. C..., à M. H..., à M. M..., à M. P..., à M. Q..., à M. Y..., à M. I..., à Mme A..., à Mme E..., à Mme G..., à Mme K..., à Mme N..., à Mme L... et au ministre de l'intérieur.

Références :

Loi 91-647 1991-07-10 art. 75-1


Publications :

Proposition de citation: CE, 08 mars 1996, n° 172936
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Benassayag
Rapporteur public ?: M. Piveteau

Origine de la décision

Formation : 6 ss
Date de la décision : 08/03/1996

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.