Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 4 / 1 ssr, 10 mai 1996, 173921

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 173921
Numéro NOR : CETATEXT000007911234 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1996-05-10;173921 ?

Analyses :

ELECTIONS - ELECTIONS MUNICIPALES - ELIGIBILITE - INELIGIBILITES - AGENTS SALARIES DE LA COMMUNE.


Texte :

Vu la requête enregistrée le 23 octobre 1995 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Z..., demeurant ... ; M. Z... demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 14 septembre 1995 par lequel le tribunal administratif de Strasbourg a rejeté sa protestation dirigée contre l'élection de M. Y... en qualité de conseiller municipal de la commune de Hettange-Grande ;
2°) annule cette élection ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code électoral ;
Vu le code du travail ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Girardot, Auditeur,
- les conclusions de Mme Roul, Commissaire du gouvernement ;

Sur l'éligibilité de M. Y... :
Considérant qu'aux termes du troisième alinéa de l'article L. 231 du code électoral ; "Les agents salariés communaux ne peuvent être élus au conseil municipal de la commune qui les emploie ..." ;
Considérant, d'une part, qu'il ressort des termes mêmes du contrat passé par M. Y... avec la commune de Hettange-Grande (Moselle) que celui-ci était conclu "pour une période déterminée du 27 février 1995 au 31 mai 1995" et ne comportait pas de clause de tacite reconduction ; que, si le contrat prévoyait qu'il pourrait être prolongé au cas où Mme X..., professeur à l'école municipale de musique, dont M. Y... était chargé d'assurer le remplacement, bénéficierait, à l'issue de son congé de maternité, d'un "congé pathologique", il ne peut, en l'absence de toute manifestation de volonté des parties , être regardé comme resté en vigueur au delà du 31 mars 1995 du seul fait que Mme X... a effectivement bénéficié d'un tel congé ; qu'ainsi, M. Z..., qui ne peut se prévaloir des dispositions, non applicables aux contrats de droit public, de l'article L. 122-3-7 du code du travail, n'est pas fondé à soutenir qu'à la date du scrutin, du 11 juin 1995, M. Y... était lié par un contrat de travail à la commune de Hettange-Grande ;
Considérant, d'autre part, que s'il ressort des pièces du dossier que M. Y... a continué à diriger à titre bénévole l'école de musique de Hettange-Grande pendant le mois de juin 1995 et a participé, en cette qualité, à divers jurys d'examen, il est constant qu'il n'a perçu aucune rémunération pour ces activités ; qu'ainsi, il ne peut être regardé comme ayant eu, en raison de ces dernières, la qualité de salarié de la commune ;
Sur la régularité du scrutin :
Considérant que le respect de la condition posée au troisième alinéa de l'article L. 231, précité, du code électoral s'apprécie à la date du scrutin ; qu'ainsi, le fait que la candidature de M. Y... a été annoncée à un moment où il était encore lié par contrat à la commune de Hettange-Grande est sans influence sur la régularité du scrutin ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. Z... n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Strasbourg a rejeté sa protestation tendant à l'annulation de l'élection de M. Y... en qualité de conseiller municipal de la commune de Hettange-Grande ;
Article 1er : La requête de M. Z... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Z..., à M. Y... et au ministre del'intérieur.

Références :

Code du travail L122-3-7
Code électoral L231


Publications :

Proposition de citation: CE, 10 mai 1996, n° 173921
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Girardot
Rapporteur public ?: Mme Roul

Origine de la décision

Formation : 4 / 1 ssr
Date de la décision : 10/05/1996

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.