Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 8 ss, 29 mai 1996, 173233

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 173233
Numéro NOR : CETATEXT000007941326 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1996-05-29;173233 ?

Analyses :

ELECTIONS - ELECTIONS MUNICIPALES.


Texte :

Vu la requête enregistrée le 29 septembre 1995 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Pierre B... demeurant Moulin de Bolhet à Guenrouët (44530) ; M. B... demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 7 septembre 1995 par lequel le tribunal administratif de Nantes a annulé son élection en qualité de conseiller municipal de la commune de Guenrouët (Loire-Atlantique) et proclamé élu M. A... à sa place ;
2°) rejette la protestation de M. A... ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code électoral ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Lamy, Maître des Requêtes,
- les conclusions de M. Bachelier, Commissaire du gouvernement ;

Sur la régularité du jugement attaqué :
Considérant que le tribunal administratif de Nantes n'avait pas à répondre aux différents arguments présentés par M. B... dans son mémoire en défense ; que son jugement est suffisamment motivé ;
En ce qui concerne le décompte des voix obtenues au 2ème tour de scrutin :
Considérant qu'il résulte de l'instruction qu'à l'occasion du deuxième tour des élections municipales, 16 votes ont été annulés à tort au premier bureau de vote de Guenrouët, pour avoir été exprimés à l'aide de professions de foi de la liste "Action, service et solidarité" qui contenaient une désignation suffisante des trois candidats proposés aux suffrages des électeurs ; que parmi ceux-ci 12 attribuaient leurs suffrages aux trois candidats de ladite liste (Mme X..., Mme Z... et M. A...), 1 désignait uniquement Mme X... et M. A..., 1 désignait Mme X..., M. A... et M. B..., candidat de l'autre liste, 1 désignait Mme X..., Mme Z... et M. C... candidat de l'autre liste ; que, par ailleurs, 4 votes ont été annulés à tort pour avoir été exprimés en utilisant la faculté de panachage, à l'aide de la profession susvisée et d'un bulletin de la liste "Vivre et agir ensemble" à Guenrouët, ce qui a eu pour effet de refuser d'attribuer compte tenu des choix exprimés et ainsi qu'il résulte de l'instruction : 1 voix à Mme X..., 1 voix à Mme Z..., 3 voix à M. A..., 12 voix à M. Y..., 2 voix à M. B... et 1 voix à M. C... ;
Considérant qu'au deuxième bureau de vote, c'est à tort qu'ont été regardés comme des bulletins nuls 2 votes exprimés à l'aide de la profession de foi de la liste "Action, service et solidarité" susvisée attribuant l'un 1 voix à M. A... et le second 1 voix à chacun des trois candidats de la liste (Mme X..., M. Z... et M. A...) ainsi qu'un vote exprimé à l'aide d'une profession de foi de la liste "Vivre et agir ensemble Guenrouët-le Cougou" comportant une désignation suffisante des candidats de la liste et attribuant une voix à chacun des candidats de ladite liste (M. C..., M. Y..., M. B...) ;
Considérant qu'il suit de là que le nombre total des suffrages recueillis pour chacun d'eux s'élève en conséquence à 437 pour M. C..., à 430 pour M. Y..., à 416 pour M. A... , à 412 pour M. B..., à 403 pour Mme X..., à 399 pour Mme Z... ; qu'ainsi, dès lors qu'il restait 3 conseillers municipaux à élire, c'est à bon droit que le tribunal administratif a proclamé élu M. A... en remplacement de M. B... ;
Considérant qu'il ressort de tout ce qui précède que M. B... n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que par le jugement attaqué le tribunal administratif de Nantes a annulé son élection et proclamé élu en qualité de conseiller municipal M. A... ;
Article 1er : La requête de M. B... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. B..., à M. A... et au ministre de l'intérieur.


Publications :

Proposition de citation: CE, 29 mai 1996, n° 173233
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Lamy
Rapporteur public ?: M. Bachelier

Origine de la décision

Formation : 8 ss
Date de la décision : 29/05/1996

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.