Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 1 ss, 31 mai 1996, 172577

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 172577
Numéro NOR : CETATEXT000007941236 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1996-05-31;172577 ?

Analyses :

ELECTIONS - ELECTIONS MUNICIPALES.


Texte :

Vu la requête enregistrée le 5 septembre 1995 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Alain Y... et autres demeurant chez Maître Patrick X..., ... ; M. Y... et autres demandent que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 1er août 1995 par lequel le tribunal administratif de Dijon a rejeté leur protestation contre les opération électorales qui se sont déroulées le 11 juin 1995 dans la commune d'Epervans ;
2°) annule ces opérations électorales ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code électoral ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. de la Ménardière, Maître des Requêtes,
- les conclusions de Mme Maugüé, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur la fin de non-recevoir opposée par M. Z... et autres :
Considérant que l'unique grief de la requête est tiré de la diffusion, le vendredi précédant le scrutin auquel il a été procédé le dimanche 11 juin 1995 pour le renouvellement des conseillers-municipaux de la commune d'Epervans, d'un tract mettant en cause la gestion du maire sortant, lui-même candidat ; que, toutefois, eu égard tant à la date de la diffusion, qui laissait aux adversaires un délai suffisant pour répondre, qu'à son contenu et à ses termes, qui n'excédaient pas les limites de ce qui peut être toléré dans de cadre de la polémique électorale ledit tract n'a pas été de nature à altérer la sincérité des résultats du scrutin du 11 juin 1995 ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. Y... et autres ne sont pas fondés à soutenir que c'est à tort que, par son jugement en date du 1er août 1995, le tribunal administratif de Dijon a rejeté leur protestation ;
Article 1er : La requête de M. Y... et autres est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Y... et autres, à M. Z... et autres et au ministre de l'intérieur.


Publications :

Proposition de citation: CE, 31 mai 1996, n° 172577
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. de la Ménardière
Rapporteur public ?: Mme Maugüé

Origine de la décision

Formation : 1 ss
Date de la décision : 31/05/1996

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.