Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7 / 10 ssr, 10 juillet 1996, 151589

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours en cassation

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 151589
Numéro NOR : CETATEXT000007915703 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1996-07-10;151589 ?

Analyses :

MARCHES ET CONTRATS ADMINISTRATIFS - RAPPORTS ENTRE L'ARCHITECTE - L'ENTREPRENEUR ET LE MAITRE DE L'OUVRAGE.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 3 septembre 1993 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée pour M. Z..., demeurant ... et pour M. Y..., demeurant ... ; M. Z... et M. Y... demandent au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler l'arrêt en date du 1er juillet 1993 par lequel la cour administrative d'appel de Nancy a, à la demande de l'office public d'habitations à loyer modéré de la communauté urbaine de Lille-Roubaix-Tourcoing, en réparation des désordres d'étanchéité affectant les façades de l'immeuble à usage de bureaux sis ..., d'une part, condamné les requérants avec M. X..., le bureau France Etudes Engeneering et les entreprises Lestarquit, Cuppens et SNC Bauters solidairement, à verser audit office la somme de 620 000 F avec intérêts capitalisés à compter du 25 janvier 1982, et, d'autre part, condamné les mêmes intéressés solidairement à verser audit office la somme de 5 000 F au titre des frais irrépétibles ;
2°) de condamner l'office public d'habitations à loyer modéré de la communauté urbaine de Lille-Roubaix-Tourcoing à payer les frais d'expertise ;
3°) de condamner l'office public d'habitations à loyer modéré de la communauté urbaine de Lille-Roubaix-Tourcoing à leur verser la somme de 10 000 F au titre de l'article L. 8-1 du code des tribunaux administratifs ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Vu le décret n° 63-766 du 30 juillet 1963 modifié par le décret n° 88-905 du 2 septembre 1988 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. de Lesquen, Maître des Requêtes,
- les observations de Me Boulloche, avocat de MM. Z... et Y..., de Me Ricard, avocat de l'office public d'habitations à loyer modéré de la communauté urbaine de Lille-Roubaix-Tourcoing, de Me Roger, avocat de la société Sibam, de l'entreprise Cuppens et de l'entreprise Bauters et de Me Choucroy, avocat de l'entreprise Lestarquit,
- les conclusions de M. Chantepy, Commissaire du gouvernement ;

Sur la régularité de l'arrêt attaqué :
Considérant qu'il résulte de la minute de l'arrêt attaqué que celui-ci comporte l'analyse des moyens présentés par les parties et la signature du président et du rapporteur ;
Sur le préjudice :
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que l'office public d'habitations à loyer modéré de la communauté urbaine de Lille-Roubaix-Tourcoing a fait édifier un immeuble à usage de bureaux sis ... ; que l'office public a mis en cause la responsabilité décennale des constructeurs de cet immeuble à raison de malfaçons constatées dans la réalisation de celui-ci ; que, toutefois, l'immeuble a été vendu le 28 janvier 1991, sans que l'office public ait au préalable fait effectuer les travaux nécessaires en vue de remédier aux désordres constatés ; que l'acquéreur de l'ouvrage l'a fait démolir ;
Considérant que, sans commettre une erreur de droit, la cour administrative d'appel de Nancy a pu légalement déduire des circonstances de l'espèce, qu'elle a souverainement appréciées, que le préjudice dont l'office public est fondé à se prévaloir du fait de la moins-value qui a affecté le prix de vente de l'immeuble s'élevait à la somme de 620 000 F ; que son arrêt est suffisamment motivé sur ce point et qu'il n'est pas entaché d'inexactitude matérielle ;
Considérant que l'arrêt avant-dire-droit en date du 22 octobre 1992 par lequel la Cour avait ordonné un supplément d'instruction en vue de permettre à l'office public de justifier du montant des indemnités qu'il demande, dans le délai de deux mois, n'était pas revêtu, sur ce point, de l'autorité de la chose jugée ; que le moyen tiré de la violation de cette autorité doit, dès lors, être rejeté ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que MM. Z... et Y... ne sont pas fondés à demander l'annulation de l'arrêt de la cour administrative d'appel de Nancy en date du 1er juillet 1993 qui les a condamnés, solidairement avec M. X..., le bureau France Etude Engeneering et les entreprises Lestarquit, Cuppens et la société en nom collectif Bauters à verser à l'office public la somme de 620 000 F, avec les intérêts à compter du 25 janvier 1982, et les intérêts des intérêts ;
Sur l'application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 :
Considérant qu'il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de faire application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 et de condamner MM. Z... et Y... à verser à l'office public d'habitations à loyer modéré de la communauté urbaine de Lille-Roubaix-Tourcoing la somme de 15 000 F au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;
Article 1er : La requête de MM. Z... et Y... est rejetée.
Article 2 : MM. Z... et Y... sont condamnés à verser à l'office public d'habitations à loyer modéré de la communauté urbaine de Lille-Roubaix-Tourcoing la somme de 15 000 F en application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991.
Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Z..., à M. Y..., à l'office public d'habitations à loyer modéré de la communauté urbaine de Lille-Roubaix-Tourcoing, au président de la cour administrative d'appel de Nancy et au ministre de l'intérieur.

Références :

Loi 91-647 1991-07-10 art. 75


Publications :

Proposition de citation: CE, 10 juillet 1996, n° 151589
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. de Lesquen
Rapporteur public ?: M. Chantepy

Origine de la décision

Formation : 7 / 10 ssr
Date de la décision : 10/07/1996

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.