Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9 / 8 ssr, 08 janvier 1997, 137493

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 137493
Numéro NOR : CETATEXT000007921023 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1997-01-08;137493 ?

Analyses :

URBANISME ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE - PERMIS DE CONSTRUIRE.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 15 mai 1992 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Maurice Z... et Mme Christiane Y... demeurant ... ; M. Z... et Mme Y... demandent que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 20 février 1992 par lequel le tribunal administratif de Poitiers a rejeté leur demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 12 janvier 1989 du maire de Cognac (Charente) accordant à M. et Mme Serge X... un permis de construire pour la réalisation d'extension de leur habitation ;
2°) annule cet arrêté ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 86-13 du 6 janvier 1986, modifiée par la loi n° 88-13 du 5 janvier 1988 ;
Vu le code de l'urbanisme ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Boulard, Conseiller d'Etat,
- les observations de la SCP Le Prado, avocat de M. Serge X...,
- les conclusions de M. Goulard, Commissaire du gouvernement ;

Considérant, en premier lieu, qu'en vertu des dispositions du premier alinéa de l'article L. 315-2-1 du code de l'urbanisme, les règles d'urbanisme contenues dans les documents approuvés d'un lotissement cessent de plein droit de s'appliquer lorsqu'un plan d'occupation des sols a été approuvé, au terme de dix années à compter de la délivrance de l'autorisation de lotir, sous la seule réserve, mentionnée au deuxième alinéa du même article, d'une décision expresse de l'autorité compétente lorsqu'une majorité qualifiée de colotis a demandé le maintien de ces règles ; que l'omission des formalités d'information prévues à l'article R. 315-44-1 du même code, qui n'a pas eu pour objet et n'aurait pu légalement avoir pour effet de subordonner l'application de la loi à des conditions que celle-ci n'a pas prévues, ne peut faire obstacle à l'application des dispositions législatives précitées qui, en vertu du II de l'article 8 de la loi du 6 janvier 1986, modifiée par la loi du 5 janvier 1988, sont entrées en vigueur le 8 juillet 1988 ; que, par suite, et quand bien même il ne serait pas établi que les formalités d'information sus-évoquées aient été effectivement accomplies, les prescriptions du plan d'occupation des sols de la commune de Cognac (Charente), approuvé le 27 mars 1980, ont été, à la date du 8 juillet 1988, substituées de plein droit à celles qui étaient contenues dans les documents régissant le lotissement autorisé le 12 avril 1973 sur le territoire de cette commune, au lieudit "Les Demoiselles" ;
Considérant, en deuxième lieu, que le permis qui a été délivré le 12 mars 1986 par le maire de Cognac à M. et Mme X... pour une extension de construction à réaliser dans le lotissement "Les Demoiselles", mais a été annulé par un jugement du tribunal administratif de Poitiers du 25 mai 1988, était soumis au règlement alors applicable de ce lotissement ; que le nouveau permis de construire, délivré le 12 janvier 1989, était soumis aux seules dispositions du plan d'occupation des sols de la ville de Cognac ; que le fait que ce second permis ait eu pour objet de régulariser la construction ayant fait l'objet du permis annulé ne suffit pas à démontrer qu'il serait entaché de détournement de pouvoir ;
Considérant, en troisième lieu, qu'aux termes de l'article NB 7 du règlement annexé au plan d'occupation des sols de la commune de Cognac, applicable en l'espèce : "Implantation des constructions par rapport aux limites séparatives ...7-3 - Des implantations en limite séparative pourront être autorisées si ... la hauteur hors tout n'excède pas 3,50 m" ; qu'il résulte de ces dispositions que la limitation de hauteur à 3,50 m ne concerne que les implantations en limite séparative ; que par suite, et alors qu'il ressort des pièces du dossier quela hauteur de l'extension de construction décrite dans la demande déposée par M. et Mme X... n'excède pas 3,50 m en limite séparative, M. Z... et Mme Y... ne peuvent utilement invoquer le fait que la hauteur de la construction préexistante à cette extension dépasserait cette hauteur maximale ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. Z... et Mme Y... ne sont pas fondés à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Poitiers a rejeté leur demande tendant à l'annulation de l'arrêté précité du 12 janvier 1989 du maire de Cognac ;
Article 1er : La requête de M. Z... et Mme Y... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Maurice Z... et à Mme Christiane Y..., à M. et Mme Serge X..., à la commune de Cognac (Charente) et au ministre de l'équipement, du logement, des transports et du tourisme.

Références :

Code de l'urbanisme L315-2-1, R315-44-1
Loi 86-13 1986-01-06 art. 8
Loi 88-13 1988-01-05


Publications :

Proposition de citation: CE, 08 janvier 1997, n° 137493
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Boulard
Rapporteur public ?: M. Goulard

Origine de la décision

Formation : 9 / 8 ssr
Date de la décision : 08/01/1997

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.