Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 10 ss, 20 juin 1997, 184516

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 184516
Numéro NOR : CETATEXT000007954643 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1997-06-20;184516 ?

Analyses :

ELECTIONS - ELECTIONS MUNICIPALES.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 23 décembre 1996 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Jean-Marc Yvan Y..., demeurant ... ; M. Y... demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule le jugement du 11 décembre 1996 par lequel le tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 29 novembre 1996 par lequel le sous-préfet de Saint-Benoît a convoqué les électeurs de la commune de Saint-André pour le dimanche 15 décembre 1996 en vue du renouvellement du conseil municipal ;
2°) annule l'arrêté du 29 novembre 1996 par lequel le sous-préfet de Saint-Benoît a convoqué les électeurs de la commune de Saint-André pour le dimanche 15 décembre 1996 en vue du renouvellement du conseil municipal ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code électoral ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Pêcheur, Maître des Requêtes,
- les conclusions de Mme Denis-Linton, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur la fin de non-recevoir soulevée par le ministre délégué à l'outre-mer :
Considérant, en premier lieu, qu'aux termes de l'article L. 247 du code électoral : "L'arrêté de convocation est publié dans la commune quinze jours au moins avant l'élection" ; qu'il ressort des pièces du dossier, et qu'il n'est pas contesté, que l'arrêté par lequel le sous-préfet de Saint-Benoît a convoqué les électeurs de la commune de Saint-André pour le 15 décembre 1996 en vue du renouvellement du conseil municipal a été affiché en mairie de Saint-André le jour de son édiction, le 29 novembre 1996 ; qu'ainsi, le délai fixé par les dispositions précitées a été respecté ;
Considérant, en deuxième lieu, qu'aux termes de l'article L. 251 du code électoral : "Dans le cas où l'annulation de tout ou partie des élections est devenue définitive, l'assemblée des électeurs est convoquée dans un délai qui ne peut excéder deux mois, à moins que l'annulation n'intervienne dans les trois mois qui précèdent le renouvellement général des conseils municipaux" ; qu'il résulte de l'instruction que l'annulation des élections est devenue définitive le 22 novembre 1996, date de la lecture de la décision du Conseil d'Etat statuant au contentieux, soit antérieurement à l'édiction de l'arrêté attaqué ; que, dans ces conditions, le requérant n'est pas fondé à soutenir que cet arrêté aurait été pris en méconnaissance des dispositions de l'article L. 251 du code électoral ;
Considérant enfin que le moyen tiré de ce que l'arrêté attaqué aurait eu des "conséquences néfastes" est en tout état de cause dépourvu de précisions permettant d'en apprécier le bien-fondé ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que M. Y... n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Saint-Denis de la Réunion a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 29 novembre 1996 par lequel le sous-préfet de Saint-Benoît a convoqué les électeurs de la commune de SaintAndré pour le dimanche 15 décembre 1996 en vue du renouvellement du conseil municipal ;
Article 1er : La requête de M. Y... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Jean-Marc Yvan Y..., à M. JeanPaul Z..., à M. Claude X... et au ministre de l'intérieur.

Références :

Code électoral L247, L251


Publications :

Proposition de citation: CE, 20 juin 1997, n° 184516
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Pêcheur
Rapporteur public ?: Mme Denis-Linton

Origine de la décision

Formation : 10 ss
Date de la décision : 20/06/1997

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.