Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 8 / 9 ssr, 12 décembre 1997, 136224

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 136224
Numéro NOR : CETATEXT000007947061 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1997-12-12;136224 ?

Analyses :

URBANISME ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE - CERTIFICAT D'URBANISME.


Texte :

Vu la requête enregistrée le 6 avril 1992 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par le PREFET DU VAR ; le PREFET DU VAR demande au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler le jugement par lequel le tribunal administratif de Nice a rejeté son déféré tendant à l'annulation de l'arrêté du 28 juin 1991du maire de Cuers délivrant un certificat d'urbanisme à M. Y... ;
2°) d'annuler ce certificat d'urbanisme ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code de l'urbanisme ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Medvedowsky, Maître des Requêtes,
- les observations de la SCP Ancel, Couturier-Heller , avocat de la commune de Cuers,
- les conclusions de M. Arrighi de Casanova, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens de la requête :
Considérant qu'aux termes de l'article L. 111-5 du code de l'urbanisme : "Il ne peut plus être construit sur toute partie détachée d'un terrain dont la totalité des droits à construire, compte tenu notamment du coefficient d'occupation des sols en vigueur, a été précédemment utilisée. Lorsqu'une partie est détachée d'un terrain dont les droits de construire n'ont été que partiellement utilisés, il ne peut y être construit que dans la limite des droits qui n'ont pas été utilisés avant la division" ;
Considérant que les dispositions d'un plan d'occupation des sols relatives à la superficie minimale de terrain exigée et aux possibilités maximales d'occupation des sols sont au nombre des règles qui définissent les "droits à construire", au sens des dispositions précitées de l'article L. 111-5 du code de l'urbanisme ; que les droits à construire dont l'utilisation est prise en compte pour l'application de cet article sont ceux qui sont définis par la réglementation de l'urbanisme en vigueur à la date à laquelle l'autorité compétente se prononce sur la demande de permis de construire ou de certificat d'urbanisme ;
Considérant que l'article NB 1 du règlement du plan d'occupation des sols de la commune de Cuers (Var) range, parmi les occupations et utilisations du sol qui sont admises, "les constructions à usage d'habitation à raison d'un seul logement par construction et par unité foncière ..." ; qu'aux termes de l'article NB 14 du même règlement : "Le coefficient d'occupation des sols est fixé à ... 0,10 dans le secteur NB b ... Dans tous les secteurs, en cas d'impossibilité de raccordement à un réseau public d'eau potable ou d'assainissement, et dans la limite du coefficient d'occupation des sols fixé pour le secteur, la surface hors oeuvre nette sera limitée à 250 m " ;
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que le terrain de 3 730 m appartenant à M. X... est situé dans la zone NBb du plan d'occupation des sols de la commune de Cuers ; qu'il n'est pas relié au réseau public d'assainissement et comporte une propriété bâtie de 60 m ; qu'ainsi, en vertu des dispositions combinées de l'article L. 111-5 du code de l'urbanisme et des articles NB 1 et NB 14 du règlement du plan d'occupation des sols de la commune de Cuers, les possibilités de construire sur ce terrain étaient limitées à 190 m ; que, par suite, le maire de Cuers était tenu de délivrer un certificat d'urbanisme pour une superficie n'exédant pas 190 m ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que le PREFET DU VAR est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Nice a rejeté le déféré qu'il avait formé contre le certificat d'urbanisme délivré par le maire de Cuers, le 28 juin 1991, et déclarant constructible, sur chacun des lots A et C issus du projet de division en trois lots de la propriété de M. X..., un logement de 180 m de surfaces de plancher hors oeuvre nettes ;
Article 1er : Le jugement du tribunal administratif de Nice du 26 décembre 1991 est annulé.
Article 2 : Le certificat d'urbanisme délivré le 28 juin 1991 par le maire de Cuers à M. Y... est annulé.
Article 3 : La présente décision sera notifiée au PREFET DU VAR, au maire de Cuers, à M. Y... et au ministre de l'équipement, des transports et du logement.

Références :

Code de l'urbanisme L111-5


Publications :

Proposition de citation: CE, 12 décembre 1997, n° 136224
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Medvedowsky
Rapporteur public ?: M. Arrighi de Casanova

Origine de la décision

Formation : 8 / 9 ssr
Date de la décision : 12/12/1997

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.