Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5 ss, 17 décembre 1997, 160166

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 160166
Numéro NOR : CETATEXT000007927039 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1997-12-17;160166 ?

Analyses :

POLICE ADMINISTRATIVE - POLICE GENERALE - SECURITE PUBLIQUE.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 18 juillet 1994 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. Raynald X... demeurant ... Calvados ; M. X... demande au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler le jugement du 17 mai 1994 par lequel le tribunal administratif de Caen a rejeté sa demande tendant 1) à l'annulation pour excès de pouvoir, d'une part, de la décision du 27 mai 1992 par laquelle le préfet du Calvados a refusé de renouveler son autorisation de détention d'arme ; d'autre part, de la décision du 16 juillet 1992 de la même autorité rejetant son recours gracieux ; 2) à la condamnation de l'Etat à lui verser la somme de cinq mille francs à titre de dommages et intérêts ;
2°) d'annuler les deux décisions susmentionnées ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 79-587 du 11 juillet 1979 modifiée par la loi n° 86-76 du 17 janvier 1986 ;
Vu le décret n° 73-364 du 12 mars 1973 relatif à l'application du décret-loi du 18 avril 1939 fixant le régime des matériels de guerre, armes et munitions ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Sanson, Maître des Requêtes,
- les conclusions de M. Chauvaux, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens de la requête :
Considérant que par une décision du 27 mai 1992, confirmée le 16 juillet 1992, le préfet du Calvados a refusé de renouveler l'autorisation de détention d'armes à titre sportif dont bénéficiait M. Raynald X... depuis le 19 avril 1989 ;
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que le rejet de la demande de M. X... a eu pour motif des faits commis trois ans plus tôt, soit une conduite sous l'emprise d'un état alcoolique ayant provoqué un accrochage au cours d'une manoeuvre de stationnement ; que l'intéressé n'a, par la suite, fait l'objet d'aucun renseignement défavorable ; qu'il produit au contraire diverses attestations médicales et de moralité favorables, en particulier des dirigeants de la société de tir locale ; qu'au surplus le préfet du Calvados, le 5 avril 1990, soit peu après la condamnation prononcée le 18 décembre 1989 par le tribunal correctionnel de Caen à la suite de l'infraction précitée, et alors qu'il avait la faculté de retirer l'autorisation de détention d'arme en cours de validité, a délivré à M. X... l'autorisation d'acquérir cinq cent cartouches pour l'usage de cette arme ; qu'en refusant, dans ces circonstances, en 1992 à M. X... le renouvellement de son autorisation de détention d'armes à titre sportif, le préfet du Calvados a commis une erreur manifeste d'appréciation ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X... est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Caen a rejeté sa demande ;
Article 1er : Le jugement du tribunal administratif de Caen du 17 mai 1994 et les décisions du préfet du Calvados du 27 mai 1992 et du 16 juillet 1992 sont annulés.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Raynald X... et au ministre de l'intérieur.


Publications :

Proposition de citation: CE, 17 décembre 1997, n° 160166
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Sanson
Rapporteur public ?: M. Chauvaux

Origine de la décision

Formation : 5 ss
Date de la décision : 17/12/1997

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.