Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 9 / 8 ssr, 02 février 1998, 129373

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 129373
Numéro NOR : CETATEXT000007962701 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1998-02-02;129373 ?

Analyses :

URBANISME ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE - CERTIFICAT D'URBANISME.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 9 septembre 1991 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée par le PREFET DU VAR ; le PREFET DU VAR demande au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler le jugement du 11 juillet 1991 par lequel le tribunal administratif de Nice a rejeté sa demande tendant à l'annulation du certificat d'urbanisme délivré le 10 septembre 1990 par le maire de Carqueiranne à la S.C.P. Ajalbert-Lauret, pour la propriété Fontana ;
2°) d'annuler pour excès de pouvoir cette décision ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code de l'urbanisme ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de Mme Guilhemsans, Maître des Requêtes,
- les conclusions de M. Goulard, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens de la requête :
Considérant qu'aux termes de l'article L. 111-5 du code de l'urbanisme : "Il ne peut plus être construit sur toute partie détachée d'un terrain dont la totalité des droits à construire, compte tenu notamment du coefficient d'occupation des sols en vigueur, a été précédemment utilisée. Lorsqu'une partie est détachée d'un terrain dont les droits à construire n'ont été que partiellement utilisés, il ne peut y être construit que dans la limite des droits qui n'ont pas été utilisés avant la division" ; qu'aux termes de l'article NB 14 du plan d'occupation des sols de la commune de Carqueiranne (Var) : "Le coefficient d'occupation des sols est fixé à 0,10. Toutefois, la construction ne doit pas excéder 250 m de surface de plancher développée hors oeuvre nette ..." ;
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que le terrain de 2708 m cadastré AR n° 55 pour lequel un certificat d'urbanisme a été demandé par la S.C.P. Ajalbert-Lauret, provient de la division en deux lots d'une parcelle de 5258 m , supportant déjà une construction d'une surface développée hors oeuvre nette de 225 m ; que, par application des dispositions du plan d'occupation des sols ci-dessus rappelées, la surface totale de l'ensemble des constructions édifiées sur le terrain primitif ne peut excéder 250 m ; que, par suite, le maire de Carqueiranne n'a pu, sans contrevenir aux dispositions précitées de l'article L. 111-5 du code de l'urbanisme, délivrer à la S.C.P. Ajalbert-Lauret un certificat d'urbanisme attestant de la possibilité d'édifier sur l'un des terrains issu de la division une construction supplémentaire d'une surface de plancher hors oeuvre nette de 250 m ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que le PREFET DU VAR est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Nice a rejeté sa demande d'annulation du certificat d'urbanisme délivré le 10 septembre 1990 à la S.C.P. Ajalbert-Lauret par le maire de Carqueiranne ;
Article 1er : Le jugement du 11 juillet 1991 du tribunal administratif de Nice et le certificat d'urbanisme délivré le 10 septembre 1990 à la S.C.P. Ajalbert-Lauret par le maire de Carqueiranne, sont annulés.
Article 2 : La présente décision sera notifiée au PREFET DU VAR, au maire de Carqueiranne (Var), à la S.C.P. Ajalbert-Lauret et au ministre de l'équipement, des transports et du logement.

Références :

Code de l'urbanisme L111-5


Publications :

Proposition de citation: CE, 02 février 1998, n° 129373
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Guilhemsans
Rapporteur public ?: M. Goulard

Origine de la décision

Formation : 9 / 8 ssr
Date de la décision : 02/02/1998

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.