Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 3 ss, 08 avril 1998, 170706

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 170706
Numéro NOR : CETATEXT000008001279 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1998-04-08;170706 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - ENTREE EN SERVICE - CONCOURS ET EXAMENS PROFESSIONNELS.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 3 juillet 1995 et 24 juillet 1995 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentés par M. Jean-Michel X..., demeurant ... ; M. X... demande au Conseil d'Etat d'annuler les décisions par lesquelles le jury du concours interne d'ingénieur en chef territorial de première catégorie, option "généraliste", session de 1995, a arrêté les résultats de ce concours ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 ;
Vu le décret n° 90-126 du 9 février 1990 ;
Vu le décret n° 90-722 du 8 août 1990 ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Seners, Maître des Requêtes,
- les conclusions de M. Touvet, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin de statuer sur la recevabilité de la requête :
Considérant qu'aux termes de l'article 7 du décret susvisé du 8 août 1990 fixant les conditions d'accès et les modalités d'organisation des concours pour le recrutement des ingénieurs territoriaux : "Le concours externe pour le recrutement des ingénieurs en chef territoriaux de première catégorie comporte une épreuve d'admissibilité qui a pour objet de vérifier l'aptitude du candidat à assumer des fonctions de coordination d'un service technique d'une collectivité territoriale (durée : cinq heures ; coefficient 5). Cette épreuve consiste en la rédaction d'une note à partir d'un dossier portant sur l'une des options suivantes, choisie par le candidat lors de son inscription : - généraliste ; -environnement-aménagement-urbanisme ; infrastructure ; -architecture-bâtiment ; -traitement automatisé de l'information et réseaux ; centre technique-usine" ; qu'aux termes de l'article 9 du même décret : "Les épreuves d'admissibilité du concours interne pour le recrutement des ingénieurs en chef territoriaux de première catégorie comprennent : ( ...) 2° Une épreuve consistant en l'analyse d'un document portant sur l'option choisie par le candidat lors de son inscription parmi la liste figurant à l'article 7 du présent décret" ; qu'aucun texte applicable audit concours interne ne détaille le programme de chacune des options de cette épreuve ;
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que le sujet proposé à l'épreuve d'analyse de document imposée dans l'option généraliste du concours interne d'ingénieur en chef territorial de première catégorie, lors de la session de 1995, invitait les candidats à définir la procédure à mettre en place afin de réaliser un projet communal d'extension d'une zone d'activité industrielle ; que ni l'intitulé de ce sujet ni la circonstance que les pièces qui l'accompagnaient étaient essentiellement constituées de documents d'urbanisme ne faisaient obstacle à ce que ledit sujet soit, en application des dispositions réglementaires susrappelées, proposé dans le cadre de l'option généraliste du concours précité ; que la circonstance que certains candidats auraient pu être avantagés par le fait qu'ils avaient eu à connaître de telles questions dans l'exercice de leurs fonctions n'a pu entraîner une rupture d'égalité entre les candidats ;
Considérant, par ailleurs, qu'il ne ressort pas des pièces du dossier que les documents accompagnant le sujet aient été, par leur mauvaise qualité, de nature à empêcher les candidats de répondre aux questions qui leur étaient posées ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X... n'est pas fondé à demander l'annulation des décisions par lesquelles le jury du concours interne d'ingénieur en chef territorial de première catégorie, option "généraliste", session de 1995, a arrêté les résultats de ce concours ;
Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Jean-Michel X..., au centre national de la fonction publique territoriale et au ministre de la fonction publique, de la réforme de l'Etat et de la décentralisation.

Références :

Décret 90-722 1990-08-08 art. 7, art. 9


Publications :

Proposition de citation: CE, 08 avril 1998, n° 170706
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Seners
Rapporteur public ?: M. Touvet

Origine de la décision

Formation : 3 ss
Date de la décision : 08/04/1998

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.