Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6 / 2 ssr, 07 avril 1999, 167289

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 167289
Numéro NOR : CETATEXT000007986325 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1999-04-07;167289 ?

Analyses :

JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES ET JUDICIAIRES - MAGISTRATS ET AUXILIAIRES DE LA JUSTICE - MAGISTRATS DE L'ORDRE JUDICIAIRE.


Texte :

Vu la requête enregistrée le 22 février 1995 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par Mme Claudine X..., épouse Y..., demeurant ... ; Mme CROZE demande au Conseil d'Etat d'annuler pour excès de pouvoir le décret du 11 janvier 1995 portant nomination de magistrats, en tant que :
1°) il ne procède pas à sa nomination au poste de président de chambre de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence ;
2°) il nomme à ces fonctions M. A... et Mme B... ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi du 30 décembre 1921, modifiée ;
Vu l'ordonnance n° 58-1270 du 22 décembre 1958, modifiée ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Guyomar, Auditeur,
- les conclusions de M. Lamy, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par une requête enregistrée le 22 février 1995, Mme CROZE, président de chambre à la cour d'appel de Nîmes, a demandé au Conseil d'Etat d'annuler le décret du 11 janvier 1995 portant nomination de magistrats, en tant qu'il nomme M. A... et Mme B... en qualité de président de chambre à la cour d'appel d'Aix en Provence ; que, par lettre du 3 mars 1999, Mme CROZE a fait connaître au Conseil d'Etat qu'elle se désistait de cette requête, en tant qu'elle concerne M. A... ; que ce désistement partiel est pur et simple ; que rien ne s'oppose en ce qu'il en soit donné acte ;
Considérant qu'aux termes de l'article 29 de l'ordonnance n° 58-1270 du 22 décembre 1958, notifiée " ... Dans la mesure compatible avec le bon fonctionnement du service et les particularités de l'organisation judiciaire, les nominations des magistrats tiennent compte de leur situation de famille" ;
Considérant que le garde des sceaux, ministre de la justice, devait examiner la demande de Mme CROZE, qui avait sollicité sa mutation à la cour d'appel d'Aix en Provence en tenant compte de sa situation de famille ; que, toutefois, ni le fait que l'intéressée avait précédemment exercé ses fonctions de magistrat à Aix-en-Provence, ni le fait qu'une de ses collègues nommée dans cette ville n'y résidait pas, ni le fait que Mme B... avait une moins grande ancienneté dans le grade, ne sont de nature à faire regarder l'appréciation des exigences du bon fonctionnement du service à laquelle s'est livrée en l'espèce l'administration, comme étant entachée d'une erreur manifeste d'appréciation ;
Considérant que le moyen tiré de ce que, pour écarter la candidature de Mme CROZE aux fonctions de président de chambre à la cour d'appel d'Aix-en-Provence, l'administration se serait fondée sur ce que le mari de l'intéressée exerce lui-même de telles fonctions à cette cour, manque en fait ;
Consdérant que l'administration ne peut légalement se donner pour règle de subordonner la mutation d'un magistrat au maintien de sa présence depuis plus de deux ans dans le même poste ; qu'il ne ressort cependant pas des pièces du dossier que l'administration ait entendu se fonder sur une telle règle pour refuser de donner suite à la demande de mutation à Aix-en-Provence de Mme CROZE, qui avait été nommée président de chambre à la cour d'appel de Nîmes depuis moins d'un an ;
Considérant que le fait que Mme CROZE avait demandé à être nommée président de chambre à la cour d'appel de Nîmes en raison du refus de l'administration de la nommer aux mêmes fonctions à la cour d'appel d'Aix-en-Provence, n'est pas de nature à entacher d'illégalité la disposition attaquée du décret du 11 janvier 1995 ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que Mme CROZE n'est pas fondée à demander l'annulation de ce décret, en tant qu'il nomme Mme B... en qualité de président de chambre à la cour d'appel d'Aix-en-Provence ;
Article 1er : Il est donné acte du désistement de Mme CROZE des conclusions de la requête dirigées contre le décret du 11 janvier 1995, en tant que celui-ci nomme M. A... aux fonctions de président de chambre à la cour d'appel d'Aix en Provence.
Article 2 : Le surplus des conclusions de la requête de Mme CROZE est rejeté.
Article 3 : La présente décision sera notifiée à Mme Claudine CROZE, à M. Guy A..., à Mme Z... Vieux et au garde des sceaux, ministre de la justice.

Références :

Ordonnance 58-1270 1958-12-22 art. 29


Publications :

Proposition de citation: CE, 07 avril 1999, n° 167289
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Guyomar
Rapporteur public ?: M. Lamy

Origine de la décision

Formation : 6 / 2 ssr
Date de la décision : 07/04/1999

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.