Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 8 / 9 ssr, 28 juillet 1999, 123410

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 123410
Numéro NOR : CETATEXT000008083069 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1999-07-28;123410 ?

Analyses :

COLLECTIVITES TERRITORIALES - COMMUNE.


Texte :

Vu sous les n°s 123410, 123972, 124591, la requête enregistrée le 18 février 1991 au secrétariat du Contentieux du Conseil d'Etat, présentée pour M. Dominique X... demeurant à Canaloro, Sari di Porto Vecchio (20145) ; M. X... demande au Conseil d'Etat d'annuler le jugement du 21 décembre 1990 par lequel le tribunal administratif de Bastia a rejeté sa demande d'annulation de la décision relative à la vente par le service des domaines à M. Charles X... d'une moitié d'une parcelle délaissée de l'ancienne RN 196, située au droit de sa parcelle cadastrée 461 ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi du 24 mai 1842 ;
Vu la loi du 29 juillet 1881 ;
Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de Mme Belliard, Conseiller d'Etat,
- les observations de Me Luc-Thaler, avocat de M. Charles X...,
- les conclusions de M. Bachelier, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que les conclusions de M. Dominique X..., enregistrées par erreur sous trois numéros distincts, constituent une requête unique, sur laquelle il y a lieu de statuer par une seule décision ;
Considérant qu'à la suite d'un changement de tracé de la route nationale 196 sur le territoire de la commune de Sari-di-Porto-Vecchio, devenue Sari-Solezara (Corse du Sud), le service des domaines a procédé à la cession de diverses portions de la voie déclassée ; que M. X... auquel, par acte du 10 octobre 1985, une parcelle de 100 m cadastrée 992 a été cédée, conteste la décision antérieurement prise par l'administration de vendre à M. Charles X..., l'autre moitié de cette portion de voie ; qu'il fait appel du jugement par lequel le tribunal administratif de Bastia a rejeté sa demande d'annulation de cette décision ;
Considérant qu'aux termes de l'article 3 de la loi, alors en vigueur, du 24 mai 1842, relative aux portions de routes délaissées par suite de changement de tracé ou d'ouverture d'une nouvelle route : "Les propriétaires sont mis en demeure d'acquérir chacun en droit .... les parcelles attenantes à leurs propriétés ..." ;
Considérant qu'il ressort clairement des pièces du dossier qu'à la suite d'une adjudication publique du 21 août 1964, M. Charles X..., après acquisition du lot n° 5 comprenant la parcelle cadastrée 1065, était devenu, ainsi que M. Dominique X..., propriétaire riverain de l'ancienne R.N 196 ; qu'ainsi, c'est par une exacte application des dispositions ci-dessus rappelées, de la loi du 24 mai 1842 qu'a été prise, en 1983, la décision de céder à M. Charles X... la moitié attenante à sa propriété de la portion de voie déclassée ; que M. Dominique X... n'est, par suite, pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Bastia a rejeté sa demande ;
Considérant que les mentions manuscrites portées sur le mémoire de M. X... du 12 mars 1991 présentent un caractère injurieux et outrageant ; qu'il y a lieu, ainsi que le demande M. Charles X..., d'en prononcer la suppression, par application des dispositions de l'article 41 de la loi du 29 juillet 1881 ;
Considérant que, dans les circonstances de l'espèce, il n'y a pas lieu de condamner M. X..., par application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991, à payer à M. Charles X... la somme qu'il demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;
Article 1er : La requête de M. Dominique X... est rejetée.
Article 2 : Les mentions manuscrites portées sur le mémoire de M. X... du 12 mars 1991 sont supprimées.
Article 3 : Les conclusions présentées par M. Charles X..., au titre de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991, sont rejetées.
Article 4 : La présente décision sera notifiée à M. Dominique X..., à M. Charles X... et au ministre de l'économie, des finances et de l'industrie.

Références :

Loi 1842-05-24 art. 3
Loi 1881-07-29 art. 41
Loi 91-647 1991-07-10 art. 75


Publications :

Proposition de citation: CE, 28 juillet 1999, n° 123410
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Belliard
Rapporteur public ?: M. Bachelier

Origine de la décision

Formation : 8 / 9 ssr
Date de la décision : 28/07/1999

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.