Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 4 / 1 ssr, 28 juillet 1999, 194698

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 194698
Numéro NOR : CETATEXT000008063032 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;1999-07-28;194698 ?

Analyses :

PROFESSIONS - CHARGES ET OFFICES - CONDITIONS D'EXERCICE DES PROFESSIONS - MEDECINS.


Texte :

Vu la requête et le mémoire complémentaire, enregistrés au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat le 9 mars et 10 juillet 1998, présentés pour M. Olivier X..., demeurant ... ; M. X... demande au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler la décision du 7 janvier 1998 par laquelle la section disciplinaire du Conseil national de l'Ordre des médecins a) a rejeté sa demande tendant à l'annulation de la décision du conseil régional de Midi-Pyrénées du 17 décembre 1994 lui infligeant la sanction de l'interdiction d'exercer la médecine durant deux mois, b) a mis à sa charge les frais de l'instance ;
2°) de condamner le Conseil national de l'Ordre des médecins à lui verser la somme de 12 000 F au titre de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code de la santé publique ;
Vu le code de déontologie médicale ;
Vu la loi n° 95-884 du 3 août 1995 portant amnistie ;
Vu la loi n° 91-647 du 10 juillet 1991 ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Japiot, Maître des Requêtes,
- les observations de la SCP Richard, Mandelkern, avocat de M. X..., de la SCP Vier, Barthélemy, avocat de la section disciplinaire du Conseil national de l'Ordre des médecins,
- les conclusions de M. Schwartz, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que devant la section disciplinaire du Conseil national de l'Ordre des médecins, le requérant n'a pas contesté la faute commise en méconnaissant les articles 67 et 68 du code de déontologie médicale alors en vigueur, relatifs aux mentions que les médecins peuvent porter sur leurs ordonnances et leurs plaques professionnelles, mais seulement mis en cause l'adéquation de la sanction prononcée aux faits qui lui étaient reprochés ; que la décision attaquée qui précise que l'intéressé a persisté dans son attitude pendant plusieurs années malgré les nombreuses observations qui lui ont été adressées et les promesses qu'il a faites pour en déduire que la gravité des fautes justifie la sanction, est suffisamment motivée ;
Considérant que la section disciplinaire de l'ordre des médecins a pu sans méconnaître les dispositions de la loi du 3 août 1995 portant amnistie estimer que la violation, dans les conditions reprochées ci-dessus et souverainement appréciées par elle, des dispositions des articles 67 et 68 du code de déontologie médicale était contraire à l'honneur et, par suite, exclue du bénéfice de l'amnistie ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que M. X... n'est pas fondé à demander l'annulation de la décision attaquée ;
Sur l'application de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 :
Considérant que les dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 font obstacle à ce que le Conseil national de l'Ordre des médecins qui n'est pas, en tout état de cause, la partie perdante, soit condamné à verser à M. X... la somme qu'il demande au titre de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 ;
Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Olivier X..., au Conseil national de l'Ordre des médecins et au ministre de l'emploi et de la solidarité.

Références :

Loi 91-647 1991-07-10 art. 75
Loi 95-884 1995-08-03


Publications :

Proposition de citation: CE, 28 juillet 1999, n° 194698
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Japiot
Rapporteur public ?: M. Schwartz

Origine de la décision

Formation : 4 / 1 ssr
Date de la décision : 28/07/1999

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.