Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 23 février 2000, 186440

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 186440
Numéro NOR : CETATEXT000007998879 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2000-02-23;186440 ?

Analyses :

JURIDICTIONS ADMINISTRATIVES ET JUDICIAIRES - MAGISTRATS ET AUXILIAIRES DE LA JUSTICE - MAGISTRATS DE L'ORDRE JUDICIAIRE.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire enregistrés les 24 mars 1997 et 9 juillet 1997 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour M. Patrick X... demeurant ... ; M. X... demande que le Conseil d'Etat :
1°) annule l'avis émis par la commission d'avancement du 28 novembre 1996 dans le sens du rejet de sa demande d'intégration directe dans la magistrature ;
2°) lui alloue la somme de 12 000 F au titre de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la loi n° 79-587 du 11 juillet 1979 ;
Vu la loi n° 93-21 du 7 janvier 1993 ;
Vu l'ordonnance portant loi organique n° 58-1270 du 22 décembre 1958 modifiée par la loi organique n° 70-642 du 17 juillet 1970, la loi organique n° 92-189 du 25 février 1992 ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Benassayag, Conseiller d'Etat,
- les observations de la SCP Waquet, Farge, Hazan, avocat de M. Y... LABOURE,
- les conclusions de M. Seban, Commissaire du gouvernement ;

Sans qu'il soit besoin d'examiner les autres moyens de la requête ;
Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que pour émettre le 28 novembre 1996 un avis de rejet de la demande de M. X... tendant à son intégration directe dans le corps judiciaire, dans les conditions prévues par l'article 22 de l'ordonnance susvisée du 22 décembre 1958, la commission d'avancement a entendu se fonder sur le passage du rapport rédigé par le directeur de l'Ecole nationale de la magistrature, à l'issue du stage probatoire de 6 mois suivi par le requérant en application des dispositions de l'article 25-3 de l'ordonnance du 22 décembre 1958, qui mentionnait l'appréciation nuancée de trois magistrats du parquet, maîtres de stage ; que toutefois ce même rapport qui, dans son ensemble, concluait favorablement à l'intégration, soulignait les appréciations élogieuses portées sur le stage de M. X... par les quatorze autres magistrats, maîtres de stage ; que dans ces conditions, et eu égard aux motifs des réserves émises par trois des magistrats, maîtres de stage, la décision de la commission est entachée d'une erreur manifeste d'appréciation ; qu'il en résulte que M. X... est fondé à en demander l'annulation ;
Sur les conclusions de M. X... tendant à l'application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 :
Considérant qu'il y a lieu dans les circonstances de l'espèce de faire application des dispositions de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991 et de condamner l'Etat à payer à M. X... la somme qu'il demande au titre des frais exposés par lui et non compris dans les dépens ;
Article 1er : L'avis de rejet de la demande de M. X... d'intégration directe dans le corps judiciaire, émis le 28 novembre 1996 par la commission d'avancement, est annulé.
Article 2 : L'Etat versera à M. X... une somme de 12 000 F au titre de l'article 75-I de la loi du 10 juillet 1991.
Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Y... LABOURE et au garde des sceaux, ministre de la justice.


Publications :

Proposition de citation: CE, 23 février 2000, n° 186440
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Benassayag
Rapporteur public ?: M. Seban

Origine de la décision

Date de la décision : 23/02/2000

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.