Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 20 mars 2000, 208655

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 208655
Numéro NOR : CETATEXT000008061531 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2000-03-20;208655 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - ENTREE EN SERVICE - CONCOURS ET EXAMENS PROFESSIONNELS.


Texte :

Vu l'ordonnance du 2 juin 1999 du président du tribunal administratif de Nantes, enregistrée le 7 juin 1999 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, par laquelle celui transmet au Conseil d'Etat la demande de Mme Marie-Renée X..., demeurant ... ;
Vu la demande, enregistrée au greffe du tribunal administratif de Nantes le 7 septembre 1998, présentée par Mme X... ; Mme X... demande la révision des notes qu'elle a obtenues tant aux épreuves écrites qu'aux épreuves orales du concours interne pour le grade de contrôleur du travail de la session du printemps 1998 ;
Vu les autres pièces du dossier dont il ressort que le ministre de l'emploi et de la solidarité sollicité par le Conseil d'Etat déclare s'en remettre à ses écritures précédentes ;
Vu la loi n° 84-16 du 11 janvier 1984 modifiée ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de M. Pignerol, Auditeur,
- les conclusions de Mme Roul, Commissaire du gouvernement ;

Considérant qu'aux termes du dernier alinéa de l'article 20 de la loi susvisée du 11 janvier 1984 modifiée : "Le jury peut si nécessaire, et pour toute épreuve, se constituer en groupes d'examinateurs. Toutefois, afin d'assurer l'égalité de notation des candidats, le jury opère, s'il y a lieu, la péréquation des notes attribuées par chaque groupe d'examinateurs et procède à la délibération finale" ; que le principe même de la péréquation suppose la possibilité pour le jury d'attribuer une note inférieure à celles proposées par chacun des membres d'un groupe d'examinateur ; qu'il résulte des pièces du dossier que la différence entre la note attribuée sur sa copie à l'épreuve de droit du travail de Mme X... et celle qui lui a été définitivement attribuée ne résulte pas d'une erreur matérielle, mais de la péréquation opérée par le jury entre les copies corrigées par différents correcteurs ; que, dès lors, le moyen tiré de ce que le jury aurait commis une erreur de droit en attribuant à la requérante une note fixée après péréquation à un niveau plus bas que celle attribuée initialement par un groupe de correcteurs doit être écarté ;
Considérant qu'il n'appartient pas au juge administratif de contrôler l'appréciation faite par le jury d'un concours de la valeur des épreuves subies par les candidats ; qu'il n'est pas établi, ni même allégué, que le jury ait attribué ses notes à Mme X... en se fondant sur des considérations étrangères à la valeur des épreuves ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que Mme X... n'est pas fondée à contester les notes qui lui ont été attribuées par le jury du concours interne au grade de contrôleur du travail du printemps 1998 ;
Article 1er : La requête de Mme X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à Mme Marie-Renée X... et au ministre de l'emploi et de la solidarité.

Références :

Loi 84-16 1984-01-11 art. 20


Publications :

Proposition de citation: CE, 20 mars 2000, n° 208655
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Pignerol
Rapporteur public ?: Mme Roul

Origine de la décision

Date de la décision : 20/03/2000

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.