Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 5 ss, 05 mai 2000, 167667

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 167667
Numéro NOR : CETATEXT000007999947 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2000-05-05;167667 ?

Analyses :

AGRICULTURE - REMEMBREMENT FONCIER AGRICOLE.


Texte :

Vu la requête, enregistrée le 6 mars 1995 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentée par M. et Mme Roger Y..., demeurant ... ; M. et Mme Y... demandent au Conseil d'Etat :
1°) d'annuler le jugement en date du 28 novembre 1994 par lequel le tribunal administratif de Versailles a rejeté leur demande tendant à l'annulation de l'arrêté du 28 octobre 1992 par lequel le préfet de Seine-et-Marne a ordonné un remembrement sur le territoire de la commune de Boissy-aux-Cailles et a décidé qu'il n'y avait pas lieu à statuer sur leur demande tendant à ce qu'il soit sursis à l'exécution de cet arrêté ;
2°) d'annuler cet arrêté et de surseoir à son exécution ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code rural ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de Mme Le Bihan-Graf, Auditeur,
- les conclusions de M. Chauvaux, Commissaire du gouvernement ;

Sur la fin de non-recevoir opposée par le ministre :
Considérant que, M. Roger Y..., qui exploite en fermage des parcelles situées sur le territoire de la commune de Boissy-aux-Cailles (Seine-et-Marne), a produit une attestation par laquelle M. et Mme X..., propriétaires des parcelles qu'il exploite, déclarent s'approprier ses conclusions ; que, dès lors et en tout état de cause, cette attestation, bien que postérieure au jugement attaqué, a pour effet de régulariser sa demande ;
Sur la légalité de l'arrêté attaqué :
Considérant que l'article 20 du décret n° 86-1415 du 31 décembre 1986 pris pour l'application des dispositions du chapitre 1er du titre I du livre I du code rural, dispose que, préalablement à l'arrêté fixant le périmètre du remembrement : "La commission communale ou intercommunale établit, en application de l'article 4 du code rural, un projet précisant le ou les modes d'aménagement foncier qu'elle envisage de retenir ainsi que le ou les périmètres correspondants" ; que l'article 21 du même décret prévoit que : "La commission communale ou intercommunale soumet ce projet à une enquête dans les conditions suivantes. L'enquête d'une durée de quinze jours est ouverte et organisée par le président de la commission qui désigne le commissaire-enquêteur" ;
Considérant que M. Y... soutient, sans être contesté, que le commissaire-enquêteur désigné par le président de la commission communale d'aménagement foncier pour diriger l'enquête publique sur le projet de remembrement était propriétaire de terres situées à l'intérieur du périmètre de remembrement ; que cette situation est contraire aux garanties d'objectivité que le commissaire-enquêteur doit présenter en raison de la nature de ses fonctions ; qu'il s'ensuit que M. Y... est fondé à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Versailles a rejeté sa demande tendant à l'annulation de l'arrêté préfectoral du 28 octobre 1992 ;
Article 1er : Le jugement du tribunal administratif de Versailles en date du 28 novembre 1994 et l'arrêté du préfet de Seine-et-Marne du 28 octobre 1992 sont annulés.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Roger Y..., au maire de Boissy-les-Cailles et au ministre de l'agriculture et de la pêche.

Références :

Arrêté 1992-10-28
Décret 86-1415 1986-12-31 art. 20, art. 21


Publications :

Proposition de citation: CE, 05 mai 2000, n° 167667
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mme Le Bihan-Graf
Rapporteur public ?: M. Chauvaux

Origine de la décision

Formation : 5 ss
Date de la décision : 05/05/2000

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.