Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 2 ss, 06 septembre 2000, 214867

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 214867
Numéro NOR : CETATEXT000007999592 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2000-09-06;214867 ?

Analyses :

ETRANGERS - EXTRADITION.


Texte :

Vu la requête et le mémoire complémentaire, enregistrés au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat les 29 novembre 1999 et 4 janvier 2000, présentés par M. Udo Mario Josef X..., demeurant à la Maison d'arrêt de Colmar (68000) ; M. X... demande que le Conseil d'Etat annule pour excès de pouvoir le décret en date du 25 octobre 1999 accordant son extradition aux autorités allemandes ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la convention européenne d'extradition du 13 décembre 1957 ;
Vu la convention d'application de l'accord de Schengen du 19 juin 1990 ;
Vu la loi du 10 mars 1927 ;
Vu l'ordonnance n° 45-1708 du 31 juillet 1945, le décret n° 53-934 du 30 septembre 1953 et la loi n° 87-1127 du 31 décembre 1987 ;
Après avoir entendu en audience publique :
- le rapport de Mlle Verot, Auditeur,
- les conclusions de M. Honorat, Commissaire du gouvernement ;

Sur les conclusions aux fins de non-lieu à statuer du garde des sceaux, ministre de la justice :
Considérant que si les autorités allemandes ont retiré la demande d'extradition qu'elles avaient formée à l'encontre de M. X..., le Premier ministre n'a pas retiré le décret en date du 25 octobre 1999 leur accordant cette extradition ; qu'ainsi, contrairement à ce que soutient le garde des sceaux, ministre de la justice, la requête de M. X... tendant à l'annulation de ce décret n'est pas devenue sans objet ;
Sur la légalité du décret attaqué :
Considérant qu'aucune des circonstances invoquées par M. X..., relatives à son souhait de rester dans une prison française, n'est de nature à établir l'illégalité du décret attaqué ; qu'il n'est pas établi que son incarcération en Allemagne lui ferait courir les risques qu'il allègue ; que, par suite, M. X... n'est pas fondé à demander l'annulation du décret accordant son extradition aux autorités allemandes ;
Article 1er : La requête de M. X... est rejetée.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à M. Udo Mario Josef X... et au garde des sceaux, ministre de la justice.

Références :

Décret 1999-10-25


Publications :

Proposition de citation: CE, 06 septembre 2000, n° 214867
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: Mlle Verot
Rapporteur public ?: M. Honorat

Origine de la décision

Formation : 2 ss
Date de la décision : 06/09/2000

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.