Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 6 ss, 23 mai 2001, 179282

Imprimer

Type d'affaire : Administrative
Type de recours : Recours en cassation

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 179282
Numéro NOR : CETATEXT000008045959 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2001-05-23;179282 ?

Analyses :

FONCTIONNAIRES ET AGENTS PUBLICS - CESSATION DE FONCTIONS - ABANDON DE POSTE.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire enregistrés les 10 avril et 9 août 1996 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés pour Mme Marie-Antoinette Y..., M. José A...
Y..., M. Jean-Marc Delphin Y..., Mme Suzanne Y... épouse Z..., Mme Emmanuelle Y..., Mme Elise Josèphe Y..., M. Luidjy Joachim Y..., M. Lyvia X...
Y..., demeurant rue Joliot-Curie à Saint-Esprit, La Martinique (97270) agissant en qualité d'héritiers de M. Georges-François Y... ; les consorts Y... demandent au Conseil d'Etat d'annuler l'arrêt du 6 février 1996 par lequel la cour administrative d'appel de Paris a, à la demande de la commune de Saint-Esprit :
1°) annulé le jugement du 22 novembre 1994 du tribunal administratif de Fort-de-France la condamnant à verser à M. Y... une indemnité de 100 000 F majorée des intérêts légaux à compter du 12 janvier 1988 en réparation du préjudice ayant résulté pour lui de son licenciement par la commune ;
2°) rejeté l'appel incident des requérants tendant, d'une part, à ce que l'indemnité soit portée à 300 000 F, d'autre part, à la condamnation de la commune à leur verser une indemnité en réparation de leur préjudice personnel ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu le code de justice administrative ;
Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de M. Chaubon, Maître des requêtes,
- les observations de la SCP Nicolay, de Lanouvelle, avocat de Mme veuve Y... et de la SCP Gatineau, avocat de la commune de Saint-Esprit,
- les conclusions de M. Lamy, Commissaire du gouvernement ;

Considérant que, par l'arrêt attaqué, la cour administrative d'appel de Paris a annulé le jugement du 22 novembre 1994 du tribunal administratif de Fort-de-France qui avait condamné la commune de Saint-Esprit à indemniser M. Y... du préjudice qu'il avait subi en raison de son licenciement ;
Considérant, en premier lieu, qu'en jugeant que M. Y... n'établissait pas qu'après son congé de maladie du mois de janvier 1987, les services de la mairie de Saint-Esprit lui auraient indiqué qu'il n'y avait plus de travail et l'auraient invité à ne plus se présenter sur son lieu d'activité professionnelle, la cour administrative d'appel n'a pas méconnu les principes qui gouvernent la charge de la preuve ;
Considérant, en deuxième lieu, qu'en estimant que le licenciement de l'intéressé résultait du refus qu'avait opposé la commune à sa demande du 13 février 1989 de reprendre son travail, la cour a porté sur ces faits, qu'elle n'a pas dénaturés, une appréciation qui ne peut être discutée en cassation et n'a pas commis d'erreur de qualification juridique ;
Considérant, en dernier lieu, que la cour a retenu dans l'exercice de son pouvoir souverain d'appréciation que M. Y... ne s'était manifesté auprès de la commune que plus de deux ans après la suspension de son traitement ; que, dès lors, la cour administrative d'appel a pu légalement en déduire, sans commettre d'erreur de droit, qu'à supposer que le licenciement soit intervenu à la suite d'une procédure irrégulière, l'attitude de l'intéressé faisait obstacle à ce que lui fût reconnu un droit à réparation ;
Considérant qu'il résulte de ce qui précède que la requête des consorts Y... ne peut qu'être rejetée ;
Sur les conclusions de la commune de Saint-Esprit tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative :
Considérant qu'il n'y a pas lieu, dans les circonstances de l'affaire, de faire droit à ces conclusions et de condamner les consorts Y... à payer à la commune de Saint-Esprit la somme que celle-ci demande au titre des frais exposés par elle et non compris dans les dépens ;
Article 1er : La requête des consorts Y... est rejetée.
Article 2 : Les conclusions de la commune de Saint-Esprit tendant à l'application de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.
Article 3 : La présente décision sera notifiée aux consorts Y..., à la commune de Saint-Esprit et au ministre de l'intérieur.

Références :

Code de justice administrative L761-1


Publications :

Proposition de citation: CE, 23 mai 2001, n° 179282
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Chaubon
Rapporteur public ?: M. Lamy

Origine de la décision

Formation : 6 ss
Date de la décision : 23/05/2001

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.