Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 7 / 5 ssr, 05 avril 2002, 244101

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 244101
Numéro NOR : CETATEXT000008094145 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2002-04-05;244101 ?

Analyses :

ELECTIONS - ELECTIONS PRESIDENTIELLES.


Texte :

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 14 mars et 22 mars 2002 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, présentés par M. Alain Y..., demeurant ... au Pré-Saint-Gervais (93310) ; M. Y... demande au Conseil d'Etat d'annuler pour excès de pouvoir le décret n° 2002-346 du 13 mars 2002 portant convocation des électeurs pour l'élection du Président de la République ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la Constitution ;
Vu le décret n° 76-950 du 14 octobre 1976 modifié ;
Vu le décret n° 2001-213 du 8 mars 2001 ;
Vu le code de justice administrative ;
Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de M. Lenica, Auditeur,
- les conclusions de Mme Bergeal, Commissaire du gouvernement ;

Sur l'intervention en défense de M. X... :
Considérant que M. X... ne justifie, à l'appui de son intervention, d'aucun intérêt se rapportant au maintien du décret attaqué par M. Y... ; que, dès lors, son intervention en défense n'est pas recevable ;
Sur la requête de M. Y... :
Considérant qu'aux termes de l'article 58 de la Constitution : "Le Conseil constitutionnel veille à la régularité de l'élection du Président de la République. Il examine les réclamations et proclame les résultats du scrutin" ; qu'il appartient à titre exceptionnel au Conseil constitutionnel, en vertu de la mission de contrôle de la régularité de l'élection du Président de la République qui lui est conférée par ces dispositions, de statuer avant le scrutin sur des requêtes dirigées contre les décrets portant convocation des électeurs pour cette élection, dès lors qu'une irrecevabilité opposée à ces requêtes risquerait de compromettre gravement l'efficacité de son contrôle des opérations électorales, vicierait le déroulement général du vote ou porterait atteinte au fonctionnement normal des pouvoirs publics ;
Considérant que le décret dont M. Y... demande au Conseil d'Etat l'annulation porte convocation des électeurs pour l'élection du Président de la République ; que l'existence, devant le Conseil constitutionnel, d'une voie de recours exceptionnelle contre un décret ayant cet objet fait obstacle à ce que la légalité de ce décret soit contestée, par la voie du recours pour excès de pouvoir, devant le Conseil d'Etat ; que, par suite, la requête de M. Y... n'est pas recevable ;
Article 1er : L'intervention de M. X... n'est pas admise.
Article 2 : La requête de M. Y... est rejetée.
Article 3 : La présente décision sera notifiée à M. Alain Y..., à M. Stéphane X..., au Premier ministre et au ministre de l'intérieur.

Références :

Décret 2002-346 2002-03-13 décision attaquée confirmation


Publications :

Proposition de citation: CE, 05 avril 2002, n° 244101
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Lenica
Rapporteur public ?: Mme Bergeal

Origine de la décision

Formation : 7 / 5 ssr
Date de la décision : 05/04/2002

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.