Facebook Twitter Appstore
Page d'accueil > Résultats de la recherche

§ France, Conseil d'État, 8 / 3 sous-sections reunies, 05 juin 2002, 242862

Imprimer

Type d'affaire : Administrative

Numérotation :

Numéro d'arrêt : 242862
Numéro NOR : CETATEXT000008121850 ?
Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2002-06-05;242862 ?

Texte :

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu la loi n°71-1130 du 31 décembre 1971 ;

Vu le code général des impôts et le livre des procédures fiscales ;

Vu le code de justice administrative, et notamment son article L. 113-1 ;

Entendus de l'Affaire N° 242862

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de M. Vallée, Maître des Requêtes, »

- les conclusions de M. Bachelier, Commissaire du gouvernement ;

Considérants de l'Affaire N° 242862

Dispositif de l'Affaire N° 242862

REND L'AVIS SUIVANT :

Ainsi que l'a jugé le Conseil d'Etat statuant au contentieux, par décision n° 227373 en date de ce jour, rendue sur la requête de M. Y..., il résulte des dispositions des articles 4 et 6 de la loi du 31 décembre 1971 que, sous réserve des dispositions législatives et réglementaires excluant l'application d'un tel principe dans les cas particuliers qu'elles déterminent, les avocats ont qualité pour représenter leurs clients devant les administrations publiques sans avoir à justifier du mandat qu'ils sont réputés avoir reçu de ces derniers dès lors qu'ils déclarent agir pour leur compte.

Aucune disposition législative ou réglementaire applicable au déroulement de la procédure d'imposition ne subordonne la possibilité pour un avocat de représenter un contribuable à la justification du mandat qu'il a reçu.

Il doit, par suite, être apporté à la question du tribunal administratif de Versailles une réponse positive.

Le présent avis sera notifié au tribunal administratif de Versailles, à M. Frédéric E... et au ministre de l'économie, des finances et de l'industrie.

Il sera également publié au Journal officiel de la République française.

SDP Délibéré de l'Affaire N°

Délibéré de l'Affaire N° 242862

Délibéré dans la séance du 15 mai 2002 où siégeaient : Mme Aubin, Président adjoint de la Section du Contentieux, Président ; M. Martin B..., Mme de Saint Pulgent, Présidents de sous-section ; Mme Z..., M. D..., M. de A..., Mme C..., M. Arrighi de Casanova, Conseillers d'Etat et M. Vallée, Maître des Requêtes-rapporteur.

Lu en séance publique le 5 juin 2002.

Signature 2 de l'Affaire N° 242862

Le Président :

Signé : Mme Aubin

Le Maître des Requêtes-rapporteur :

Signé : M. Vallée

Le secrétaire :

Signé : M. X...

Formule exécutoire notif de l'Affaire N° 242862

Pour expédition conforme,

Le secrétaire

Moyens de l'Affaire N° 242862

Vu les pièces du dossier transmises par le tribunal administratif ;

Vu, enregistrées le 15 février 2002, les observations de M. E... selon lesquelles la question posée par le tribunal administratif doit se décomposer ; à supposer qu'un mandat soit nécessaire, il convient en effet de s'interroger sur les questions de savoir si ce mandat doit être écrit, s'il doit être produit dans le délai de réponse à la notification de redressements, s'il doit avoir une date certaine et si le défaut de production dudit mandat est ou non régularisable ;

Vu, enregistrées le 4 avril 2002, les observations présentées par le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie ; le ministre soutient que les dispositions des articles L. 57, L. 59, R. 57-1 et R. 59-1 du livre des procédures fiscales prévoient que la procédure contradictoire de contrôle fiscal doit être suivie avec le contribuable lui-même ; que la représentation par une autre personne que le contribuable doit en conséquence être justifiée par la production d'un mandat pour respecter la règle du secret professionnel établie à l'article L. 103 du même livre ; que le principe posé par la loi du 31 décembre 1971 ne s'applique qu'en matière contentieuse, ainsi qu'en dispose l'article R. 197-4 du livre des procédures fiscales ; que le conseil national des barreaux, la conférence des bâtonniers et le barreau de Paris ont adopté le 30 octobre 1997 une position commune par laquelle ils ont affirmé que la représentation du contribuable par un avocat devant l'administration fiscale supposait un mandat ; que la production d'un mandat exprès constitue une mesure de sécurité pour les parties ;

Signature 1 de l'Affaire N° 242862

Le Président :

Le Maître des Requêtes-rapporteur :

Le secrétaire :

En tête de projet de l'Affaire N° 242862

N° 242862

M. E...

hd

M. Vallée

Rapporteur

Mme de Saint Pulgent

Réviseur

M. Bachelier

Comm. du Gouv.

8ème sous-section

P R O J E T visé le 9 avril 2002

--------------------------

En tête HTML de l'Affaire N° XXXXXX

En tête Visa de l'Affaire N° 213492

CONSEIL D'ETAT

'''''

'''''

'''''

'''''

Rapporteur

'''''

Commissaire du Gouvernement

Séance du

Lecture du

REPUBLIQUE FRANÇAISE

Le Conseil d'Etat

(Section du contentieux, ''''')

'''''

Formule exécutoire de l'Affaire N° XXXXXX

Ordonnance de l'Affaire N° XXXXXX

''

''

''

''

N° 242862- 5 -


Publications :

Proposition de citation: CE, 05 juin 2002, n° 242862
Inédit au recueil Lebon
RTFTélécharger au format RTF

Composition du Tribunal :

Rapporteur ?: M. Vallée
Rapporteur public ?: M. Bachelier

Origine de la décision

Formation : 8 / 3 sous-sections reunies
Date de la décision : 05/06/2002

Fonds documentaire ?: Legifrance

Legifrance
Association des cours judiciaires suprêmes francophones Organisation internationale de la francophonie

Juricaf est un projet de l'AHJUCAF, l'association des cours judiciaires suprêmes francophones,
réalisé en partenariat avec le Laboratoire Normologie Linguistique et Informatique du droit (Université Paris I).
Il est soutenu par l'Organisation internationale de la Francophonie et le Fonds francophone des inforoutes.